Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté200039 – JuraVerges – Le Château

2000
39 – Jura

Verges – Le Château

Surveillance de travaux (2000)
Responsable d’opération : Jean-Claude Jeanjacquot
Notice rédigée avec Georges Lambert et Jean-Jacques Schwien

Entrées d’index

Année de l'opération :

2000

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

surveillance de travaux
Haut de page

Texte intégral

1Cette belle demeure du xvie s. fait suite, selon les textes, à un château médiéval non localisé. Habité sans interruption depuis ses origines, elle est aujourd’hui dans un parfait état de conservation (fig. 1).

Fig. 1 – Vue générale depuis le nord-est

Fig. 1 – Vue générale depuis le nord-est

Cliché : G.-N. Lambert (CNRS).

2Deux opérations y ont été conduites cette année. Le réaménagement d’une salle voûtée au rez-de-chaussée a été précédé d’un relevé détaillé de ce niveau et de la cave sous-jacente. Le souhait de restaurer une tour d’angle arasée, mais dont la partie casemate au niveau du fossé était conservée, a permis, en outre, de nettoyer l’intérieur de ses gravats et dépotoirs avant d’en effectuer le relevé.

3Le château comprend un corps de logis de plan rectangulaire, flanqué actuellement de deux tours rondes. Les récents travaux du propriétaire ont permis de localiser une troisième tour, arasée jusqu’au sol ; une quatrième tour en formait sans doute le pendant : une citerne voûtée d’arêtes (qui sert aujourd’hui de réservoir aux pompiers du village) est accessible par une porte aménagée dans l’angle nord-est du logis.

4À l’intérieur, une partie des espaces d’origine est lisible. La cuisine est située au rez-de-chaussée. Une grande salle, avec une petite chapelle en encorbellement de tradition gothique, équipe tout l’étage du grand côté. Elle se situe (partiellement au moins) sur la salle voûtée d’arêtes quelque peu énigmatique : son plancher a visiblement été rapporté (deux niveaux de circulation ne correspondant pas aux seuils de portes), les deux colonnes de retombée de la voûte étant portées par deux piliers fondés sur le sol de la cave. Ces piliers, qui conservent des traces d’ancrage de solives dans l’axe du bâtiment, ressemblent à s’y méprendre à la structure interne du grenier de Chèvremont à Metz. La configuration initiale de ces deux salles superposées n’a pas encore pu être totalement définie. Toujours est-il que la cave a servi de cellier : une barre de frein pour la descente de tonneaux reste encastrée dans la niche (et jour) du mur opposé à l’escalier central.

5Parmi les éléments intéressants, il faut signaler la présence de latrines encore fonctionnelles (associées à des fosses de réception) et surtout les ouvertures de tir. Toutes les tours conservées comportent des couleuvrinières, mais une partie d’entre elles n’ont qu’un ébrasement interne, la bouche elle-même étant située au niveau du parement externe. Ce dispositif singulier n’aurait pu être compris sans l’observation de la tour arasée. Celle-ci conservait, en effet, au droit de l’orifice une rotule en pierre, percée et pivotant sur son axe vertical, ce qui permettait d’obturer l’ouverture depuis l’intérieur. En fait, dans cette chambre de tir voûtée, seules les deux ouvertures flanquant directement l’enceinte comportaient ce dispositif, alors que les deux autres, donnant sur l’extérieur du château, n’en avaient pas. Il est donc probable que la fonction de ces rotules était d’empêcher les tirs au travers de la bouche à feu depuis l’enceinte ou le logis (dans l’hypothèse d’un investissement du bâtiment), alors que les autres ne pouvaient être prises à revers.

6L’enceinte du site est aujourd’hui symbolique. Un bâtiment côté village, avec son passage voûté (servant actuellement de logement) correspond sans doute à l’ancienne porterie. La basse-cour se développait dans le prolongement du logis. Ses bâtiments sont pour l’essentiel en ruines ou détruits, mais on reconnaît encore l’emplacement des écuries grâce au pavage. À cet endroit, deux tours flanquent un mur encore haut de 2,50 m. Elles sont équipées pour la défense avec des armes à feu légères.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale depuis le nord-est
Crédits Cliché : G.-N. Lambert (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1003k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Jeanjacquot, Georges Lambert et Jean-Jacques Schwien, « Verges – Le Château » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25814

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Jeanjacquot

Articles du même auteur

Georges Lambert

CNRS

Articles du même auteur

Jean-Jacques Schwien

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Claude Jeanjacquot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search