Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté2000Projets collectifs de rechercheLes sources salées du Jura : 6 00...

2000
Projets collectifs de recherche

Les sources salées du Jura : 6 000 ans d’exploitation

Projet collectif de recherche (2000)
Responsable d’opération : Pierre Pétrequin
Notice rédigée avec Olivier Weller

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1L’hypothèse du travail qui fonde ce PCR sur l’exploitation préhistorique des sources salées en Franche-Comté était issue d’un modèle ethnoarchéologique construit quelques années plus tôt, à partir d’observations en Nouvelle-Guinée indonésienne sur les fonctionnements sociaux liés à la production de pains de sel à partir de saumures naturelles, sans faire appel à des récipients en terre cuite. Il s’agissait de mettre indirectement en évidence la production de sel dès le Néolithique, en travaillant, dans les cuvettes naturelles de sortie des saumures, sur de longues séquences stratigraphiques explorées à la tarière ou à la sonde à moteur. Cinq arguments devaient être décisifs pour reconnaître des exploitations préhistoriques : des accumulations de charbons de bois sans rapport avec d’éventuels défrichements et brûlis ; une évolution rapide du couvert forestier sous l’impact des défrichements destinés à fournir une énorme masse de combustible (approche anthracologique) ; une évolution rapide du couvert forestier à la suite de défrichements non liés à la mise en culture céréalière (approche palynologique) ; une accélération des vitesses de sédimentation dans les vallées qui abritent des sources salées, justement en raison de l’intensité des défrichements accrus ; des concentrations spatiales d’habitats, de tombes ou d’objets liés à des thésaurisations (longues haches de pierre) ou à des compétitions sociales (dépôts d’objets en bronze par exemple) (fig. 1).

Fig. 1 – Concentration des sites néolithiques autour de la source salée de Salins-les-Bains (Jura)

Fig. 1 – Concentration des sites néolithiques autour de la source salée de Salins-les-Bains (Jura)

DAO : P. Pétrequin (CNRS).

2Après cent vingt-cinq communes explorées et quelques quarante-cinq dates radiocarbone AMS, le pari est maintenant tenu. La première fabrication de sel est celle d’Abergement-la-Ronce, vers Dole (Jura), avec une date de 4343-4081 av. J.-C. qui la place au moment de l’arrivée du Chasséen sur la frange occidentale des plateaux jurassiens ; les indices archéologiques les plus anciens d’exploitation à Salins-les-Bains (Jura) remontent également à la fin du ve millénaire av. J.-C. Les exploitations se généralisent ensuite au tout début du ive millénaire, avec dans le Jura, Grozon (3965-3726 av. J.C.) et Mantry (3900-3540 av. J.-C.), et en Haute-Saône, Gouhenans (3750-3515 av. J.-C.), probablement en même temps que Montmorot « Étang du Saloir » et peut-être Lons-le-Saunier « Le Puits salé » (Jura).

3Même si les modalités de la fabrication du sel restent encore hypothétiques, ces dates hautes représentent une percée majeure pour notre recherche : l’exploitation du sel dans le Jura peut maintenant être replacée dans un contexte européen d’intensification des rapports sociaux qui, pour l’Europe occidentale, semblent culminer pendant la deuxième moitié du ve millénaire av. J.-C. Le scénario commence à être connu et coïncide, bien qu’indépendant, au phénomène historique de « chalcolithisation » mis en évidence pour la moitié orientale de l’Europe. La circulation à très longue distance de grandes haches en jadéite et en éclogite (fabriquées en plusieurs points des Alpes italiennes) est le meilleur marqueur chronologique du phénomène et l’on retrouve ces objets prestigieux jusqu’en Irlande, en Écosse, au Danemark et en Bretagne. Dix ans plus tôt, nous avons montré que ces échanges à l’échelle de toute l’Europe occidentale (1800 km à vol d’oiseau) avaient été le déclencheur de l’ouverture de la plupart des carrières/minières de silex et de roches dures pour les haches, comme dans le sud des Vosges à Plancher-les-Mines (Haute-Saône). Les plus anciennes fabrications de sel dans le Jura et en Haute-Saône s’inscrivent donc tout à fait dans le même phénomène, tandis que l’habitat s’organise, dès la fin du ve millénaire, autour d’habitats fortifiés sur les hauteurs (et, en particulier, autour des sources salées de Lons-le-Saunier et de Salins-les-Bains).

4Le nombre des dates radiocarbone pour la période de la fin du Néolithique jusqu’à La Tène est encore insuffisant pour tester un des autres présupposés du programme de recherche : la corrélation étroite qui pourrait exister entre les variations de la densité de population et les fluctuations de la production de sel franc-comtois. Les hiatus qui apparaissent d’ores et déjà autour des 35e et 25e s. av. J.-C. pourraient aller dans ce sens, lors de baisses démographiques rapides consécutives à des périodes longues de climat défavorable aux cultures céréalières, comme nous l’avons montré dans les bassins des lacs jurassiens de Chalain et de Clairvaux.

5Il ne faut pas pour autant vouloir attribuer à ce sel néolithique et protohistorique la valeur de l’or blanc médiéval. Il est hors de doute qu’il a donné lieu, comme d’ailleurs les carrières néolithiques de Plancher-les-Mines, à des productions régionales spécifiques et à certaines formes de contrôle territorial. Mais, on est loin d’avoir démontré que le sel, pendant ces périodes, était situé très haut dans l’échelle des valeurs sociales ; nous en voulons pour preuve momentanée le faible nombre des grandes haches néolithiques socialement valorisées en Franche-Comté, ou bien la répartition inégalitaire des dépôts de bronze ou des objets luxueux dans les sépultures de l’âge du fer, qui répondent aux conditions générales d’échange entre l’Italie et la mer du Nord, plutôt qu’à la richesse supposée des exploitants du sel jurassien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Concentration des sites néolithiques autour de la source salée de Salins-les-Bains (Jura)
Crédits DAO : P. Pétrequin (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Pétrequin, Olivier Weller, « Les sources salées du Jura : 6 000 ans d’exploitation » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25910

Haut de page

Auteurs

Pierre Pétrequin

CNRS

Articles du même auteur

Olivier Weller

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Pétrequin

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search