Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté2000Projets collectifs de rechercheLes châteaux médiévaux en pierre ...

2000
Projets collectifs de recherche

Les châteaux médiévaux en pierre de Franche-Comté

Projet collectif de recherche (2000)
Responsable d’opération : Jean-Jacques Schwien

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La première année de fonctionnement du PCR Châteaux de Franche-Comté a été consacrée à terminer l’inventaire des sources disponibles, engagé dans le cadre du PCR global sur les châteaux de l’Est de la France et dont un bilan régional avait été réalisé dans le rapport de 1998.

2Cet inventaire permet de considérer un potentiel de neuf cents sites médiévaux à l’échelle régionale dont deux cents mottes et vestiges en terre, cent cinquante châteaux (ruraux) en pierre, autant de bourgs castraux et cent édifices conservés au titre des Monuments Historiques. Ce patrimoine étant très mal connu, il nous a semblé prioritaire d’engager un programme de prospection visant à localiser et caractériser les vestiges conservés. Dans la mesure où un programme précédent avait déjà porté sur les fortifications de terre en Haute-Saône et dans le Territoire de Belfort (É. Affolter et J.-C. Voisin), avec des compléments sur le Finage (G. Chouquer, Y. Jeannin), nous avons opté pour l’étude des châteaux en pierre.

3Pour ce faire, nous avons élaboré une fiche d’inventaire des vestiges maçonnés. S’inspirant grandement de la fiche « motte » préconisée par une ATP du CNRS dans les années 1980, elle s’est aussi élaborée en liaison étroite avec le groupe de travail sur les granges monastiques de Franche-Comté (N. Bonvalot) : l’idée est de réaliser une base de travail commune susceptible de fournir à la carte archéologique du SRA l’outil qui manque pour les vestiges médiévaux.

4Les premières prospections, par ailleurs, réalisées avec l’aide de bénévoles et de l’association des étudiants en archéologie Sequani Novi, ont principalement porté sur les basses vallées du Doubs et de l’Ognon et sur la partie ouest du Jura. Celles-ci ont dû tenir compte de deux impératifs. Le premier est l’absence de formation à ce genre d’exercice pour la plupart des membres : l’analyse ne peut donc qu’être sommaire. Le second est notre méconnaissance globale des vestiges : il a donc semblé préférable de faire d’abord du repérage plutôt que des relevés précis. Ce repérage consiste en une visite d’une demi-journée d’un site permettant un croquis, si possible à l’échelle des principaux vestiges, quelques photos et une notice descriptive sommaire. Dans quelques rares cas, nous avons pu réaliser un travail plus complet.

5Nous avons ainsi sommairement décrit trente-cinq sites. Trente-neuf autres ont été visités en fonction d’opportunités diverses. Si on ajoute à cette liste les quinze sites qui ont fait l’objet de notices dans les rapports précédents, ce sont au total quatre-vingt-neuf châteaux qui forment le point de départ de notre base de données.

6Il est trop tôt bien sûr pour en tirer de premiers enseignements. Quelques orientations peuvent toutefois être données, qui guideront nos recherches futures.

7Une première observation importante concerne la période principale de construction. Sans encore vouloir avancer de statistiques, il s’avère qu’une bonne part de nos « châteaux » sont en fait des résidences construites ou fortement remaniées à la Renaissance. Ceci concerne autant les maisons fortes des plaines alluviales (Chevigny dans le Jura) que les sites de plateau (Verges et Le Pin dans le Jura).

8Une seconde observation a trait à la difficulté de proposer des fourchettes chronologiques pour les constructions antérieures à 1500. Ceci semble dû en grande partie à la géologie locale qui propose un calcaire dur, difficile à tailler : les éléments décoratifs – fournissant généralement de bons indices de datation – sont donc réduits au strict minimum. À cela s’ajoute le fait que les éléments de comparaison dans le domaine de l’architecture religieuse font encore défaut, à l’exception de la récente publication dirigée par É. Vergnolle sur le xiie s.

9Une troisième observation concerne la typologie de quelques éléments particuliers. Pour le moment, nous n’avons pas observé de site « majeur », soit un château qui aurait pu livrer dans un domaine ou un autre une nouvelle façon d’habiter ou de se défendre. En revanche, nous observons un type de donjon qui à défaut d’être novateur pourrait « caractériser » le patrimoine castral régional : il s’agit des édifices de plan carré à rectangulaire avec un mur médian, d’un type proche des donjons romans de l’Ouest : Le Pin, Cressia (Jura), Fondremand (Haute-Saône) (pour ceux dont nous avons pu voir l’intérieur). Seul le premier semble bien daté, de la fin du xve s.

10Une quatrième observation a trait au grand nombre de châteaux aujourd’hui encore habités. Ceci a plusieurs implications. L’essentiel d’entre eux est de ce fait en bon état, mais les nécessités du confort actuel font parfois faire des travaux qui dénaturent le site (logis de Chevigny) ou en tout cas ne font pas toujours l’objet des observations archéologiques (en élévation) même sommaires. Une part non négligeable des sites, en particulier ceux de plaine proches des agglomérations, est aussi transformée en annexe d’exploitations agricoles dont les exemples visités (basse vallée de l’Ognon) montrent qu’ils se dégradent alors rapidement. Une dernière observation est l’inadéquation totale entre l’intérêt de sites et leur protection au titre des Monuments Historiques. Alors qu’en Alsace, le PCR Châteaux avait conclu à une protection quasi exhaustive de tous les sites de quelque importance (quoique avec des compléments très récents), en Franche Comté on observe l’absence de politique globale de protection. De nombreux châteaux médiévaux importants (Charézier, Binans, Cressia) ne sont protégés d’aucune manière alors que d’autres dont il ne subsiste que quelques témoins (comme Montrond ou Orgelet - Jura) sont classés. Nous souhaitons de ce fait déboucher sur des propositions cohérentes qui, sans protéger à tout crin, permettent au moins d’inscrire des séries homogènes de sites.

Fig. 1 – Les châteaux médiévaux en pierre de Franche-Comté, recensés par prospections

Fig. 1 – Les châteaux médiévaux en pierre de Franche-Comté, recensés par prospections

DAO : J.-J. Schwien (SRA).

Fig. 2 –

11Burgille

12Europa

13Europa

14Europa

15Europa

16Europe

17Europe

18France

19France

20Francia

21Francia

22Frankreich

23Frankrijk

24France métropolitaine

25France métropolitaine

26France métropolitaine

27Francia metropolitana

28Francia metropolitana

29Metropolitan France

30Borgogna-Franca Contea

31Borgoña-Franco Condado

32Bourgogne-Franche-Comté

33Bourgogne-Franche-Comté

34Bourgogne-Franche-Comté

35Bourgogne-Franche-Comté

36Departamento de Doubs

37Departement Doubs

38Département Doubs

39Département du Doubs

40Dipartimento del Doubs

41Doubs (department)

42Burgille

43Burgille

44Burgille

45Burgille

46Burgille

47Burgille

xvie

Cliché : J.-J. Schwien (SRA).

48Les structures conservées des basses-cours de sites fortifiés sont assez rares, tant dans notre région qu’ailleurs. Celle-ci, dont les traces d’arrachement de l’enceinte sont encore nettement visibles, était défendue par deux canonnières permettant un tir rasant. Sa conservation est sans doute due à sa fonction complémentaire (et dès l’origine) de colombier avec deux ouvertures en partie supérieure. La toiture était couverte de laves.

Fig. 3 – Burgille (25), site de Cordiron (canton d’Audeux)

Fig. 3 – Burgille (25), site de Cordiron (canton d’Audeux)

Cliché : J.-J. Schwien (SRA).

49Cet ensemble comprend une ancienne tour-porche (xive s.) remplacée dans la seconde moitié du xve s. par un nouveau passage aménagé dans l’enceinte et équipé d’un pont-levis à flèches. La tour est caractérisée au rez-de-chaussée par trois ouvertures à arc brisé, deux percées dans les murs intérieur et extérieur (aujourd’hui murées) et la dernière réalisée dans un mur diaphragme ménageant un sas dans l’épaisseur du volume : ce sas pouvait en principe être équipé d’une herse mais dont il n’existe rien de visible actuellement. Les deux niveaux supérieurs, accessibles depuis le chemin de ronde surplombant la nouvelle entrée, sont habitables : ils comportent des cheminées, des fours dans l’épaisseur du mur, des fenêtres à banquettes et des latrines. Une échaugette a pu protéger le porche extérieur depuis le dernier niveau. Ce dernier conserve enfin des traces de logettes de pigeons, sans doute aménagées plus tardivement. Il est possible que cet ensemble correspondent à l’entrée du bourg castral de Cordiron plutôt que du château proprement dit.

Fig. 4 –

50Le Bélieu

51Europa

52Europa

53Europa

54Europa

55Europe

56Europe

57France

58France

59Francia

60Francia

61Frankreich

62Frankrijk

63France métropolitaine

64France métropolitaine

65France métropolitaine

66Francia metropolitana

67Francia metropolitana

68Metropolitan France

69Borgogna-Franca Contea

70Borgoña-Franco Condado

71Bourgogne-Franche-Comté

72Bourgogne-Franche-Comté

73Bourgogne-Franche-Comté

74Bourgogne-Franche-Comté

75Departamento de Doubs

76Departement Doubs

77Département Doubs

78Département du Doubs

79Dipartimento del Doubs

80Doubs (department)

81Le Bélieu

82Le Bélieu

83Le Bélieu

84Le Bélieu

85Le Bélieu

86Le Bélieu

Cliché : J.-J. Schwien (SRA).

87Ce site, qui a fait l’objet dans les années 1980 de recherches archéologiques développées, accompagnées de travaux de consolidation conséquents, est aujourd’hui en danger de disparition totale. Les murs du donjon, de la porterie et du logis avaient été dégagés et les arases protégées avec une chape de blocaille et mortier. Non protégé au titre des Monuments Historiques et abandonné depuis 20 ans, l’érosion y a repris son œuvre d’autant plus facilement que la gangue d’éboulis ne protège plus les maçonneries. De fait, ce qui tient le mieux aujourd’hui… ce sont les chapes de consolidation, les parements (ici du pignon du logis mais aussi du donjon) s’éboulant en-dessous : dès lors que cette ultime peau s’éboulera, le château sera redevenu un vulgaire tas de cailloux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les châteaux médiévaux en pierre de Franche-Comté, recensés par prospections
Crédits DAO : J.-J. Schwien (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Crédits Cliché : J.-J. Schwien (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25914/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 3 – Burgille (25), site de Cordiron (canton d’Audeux)
Crédits Cliché : J.-J. Schwien (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25914/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Crédits Cliché : J.-J. Schwien (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25914/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Schwien, « Les châteaux médiévaux en pierre de Franche-Comté » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25914

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Schwien

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Jacques Schwien

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search