Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199925 – DoubsBonnay – Chemin de la Source, rue...

1999
25 – Doubs

Bonnay – Chemin de la Source, rue Saint-Lazare

Fouille d’urgence (1999)
Responsable d’opération : Sophie Gizard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département du Doubs

Texte intégral

1Les travaux de reprise du réseau souterrain d’adduction et d’évacuation des eaux usées du village de Bonnay sont à l’origine de la découverte fortuite de vestiges d’époque gallo-romaine, chemin de la Source et rue Saint-Lazare au cœur du village ancien.

2Daniel Daval, prospecteur bénévole averti par un riverain, s’est rendu sur les lieux ; constatant la présence d’éléments de construction, il a alerté le service régional de l’archéologie.

3Une surveillance des travaux de terrassement a été mise en place dans l’urgence absolue et sans moyens particuliers affectés.

  • 5 Daval D. 1992 à 1995 : Prospections sur la moyenne vallée de l’Ognon, Besançon, Drac-SRA.

4De rares mentions laissaient supposer une occupation antique à Bonnay. En effet, le dictionnaire des communes du Doubs mentionne la découverte de fragments de mosaïque antique sur le territoire communal sans plus de précisions. Par ailleurs, le repérage, en prospection5, de deux petits bâtiments gallo-romains au nord-ouest du village au lieu-dit Le Groseiller confirme la présence d’une implantation étendue à cette époque.

5Pour des raisons d’hygiène et de sécurité, la progression des travaux n’a pu être interrompue, les observations archéologiques ont été réalisées au fur et à mesure de leur avancement. Le réseau mis en place à cette occasion reprenant le tracé des anciennes canalisations n’a eu qu’un impact très partiel sur les niveaux antiques. En revanche, celui mis en place en 1933, puis complété dans les années 1960, a plus largement affecté les vestiges ; cependant, aucune mention ne signale alors leur observation.

6Trois secteurs présentent des vestiges structurés, les niveaux archéologiques observés font globalement apparaître une organisation similaire. Sous les niveaux de remblai moderne et/ou contemporain (puissance de 60 à 90 cm), apparaît un niveau de remblai gallo-romain (puissance variant de 30 à 60 cm).

Chemin de la source

7On observe deux salles séparées par un mur transversal : une salle froide au nord-est et une salle, de 2,75 m, chauffée par hypocauste au sud-est. La dalle d’assise du système d’hypocauste, l’area, ainsi que deux pilettes d’hypocauste sont conservées. Un amoncellement de petites dallettes de brique et de mortier de tuileau rose évoque la présence d’une suspensura (fig. 1).

Fig. 1 – Implantation des tranchées et relevé des structures archéologiques

Fig. 1 – Implantation des tranchées et relevé des structures archéologiques

DAO : S. Gizard (CG25).

Rue Saint-Lazare

8Sous un sol en béton compact, apparaît un système d’hypocauste partiellement conservé, composé de trois pilettes incomplètes, à l’origine formées par environ 8 briques (40 cm de hauteur). Les deux éléments supérieurs sont plus larges, formant des chapiteaux sur lesquels reposent des briques bipédales soutenant un sol de béton de tuileau d’une épaisseur de 6 cm environ.

9Le mur 3, transversal à la tranchée, orienté nord-ouest/sud-est, est enduit d’un mortier rose fin fixant une tubulure qui traverse la suspensura ; la salle suivante est caractérisée par un niveau de sol en béton. Quelques briques reposant sur ce sol peuvent évoquer une portion de pavement en place.

10Dans la partie sud-ouest de la rue Saint-Lazare, les remblais antiques comportent de nombreux fragments d’éléments de construction.

11Dans deux cas, on constate une forte concentration de briques et de tuileaux au contact du niveau de sol. Faute d’avoir pu dégager ces phénomènes ponctuels sur une surface élargie, il est difficile de les interpréter. Le niveau de circulation est composé d’un mortier de tuileau compact, supporté par un niveau plus ou moins régulier de mortier gris sableux. Ce dernier niveau repose soit sur le sol naturel argileux, soit sur un blocage de pierres destiné à niveler le sol, ou le drainer ? L’eau apparaît dans le fond des tranchées à plusieurs reprises. Deux larges murs perpendiculaires à la tranchée ont été recoupés.

12L’observation de ces coupes fait apparaître une succession de salles ; deux d’entre elles sont aménagées sur un système de chauffage par hypocauste. L’étendue des vestiges entre le chemin de la Source et la rue Saint-Lazare indique qu’il s’agit d’un bâtiment de grande taille. L’absence de céramique et de mobilier ne permet pas d’apporter de précisions chronologiques.

13La présence de tesselles en pâte de verre coloré et de fragments de revêtement de marbre laisse supposer qu’il s’agissait d’un bâtiment luxueux. Cependant, il reste difficile de se prononcer sur sa destination exacte.

14La proximité de sources suppose l’utilisation de l’eau, la situation de ces vestiges évoque la configuration des thermes de Jonvelle en Haute-Saône ; cependant, aucun bassin ni chambre de chauffe (praefurnium) n’ont été observés. On pourrait donc également supposer que les systèmes d’hypocauste correspondent à des pièces chauffées de la pars urbana d’une luxueuse villa.

  • 6 Descouvrières A. 1968 et 1970 : Les vestiges gallo-romains de Jonvelle. Rapports de fouille.
  • 7 Barbet G., Gandel P. 1997 : Chassey-lès-Montbozon : un établissement rural gallo-romain, Paris, Le (...)

15À Jonvelle, la partie thermale ne comporte qu’une seule salle sur hypocauste, (salle no 1, caldarium)6. À l’inverse, dans d’autre villae de la région – comme à Chassey-lès-Montbozon (Haute-Saône) par exemple – il existe plusieurs salles contiguës sur hypocauste sans fonction thermale7.

Haut de page

Notes

5 Daval D. 1992 à 1995 : Prospections sur la moyenne vallée de l’Ognon, Besançon, Drac-SRA.

6 Descouvrières A. 1968 et 1970 : Les vestiges gallo-romains de Jonvelle. Rapports de fouille.

7 Barbet G., Gandel P. 1997 : Chassey-lès-Montbozon : un établissement rural gallo-romain, Paris, Les Belles Lettre (ALUB 627).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Implantation des tranchées et relevé des structures archéologiques
Crédits DAO : S. Gizard (CG25).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Gizard, « Bonnay – Chemin de la Source, rue Saint-Lazare » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25934

Haut de page

Auteur

Sophie Gizard

Conseil départemental du Doubs

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Gizard

Conseil départemental du Doubs

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search