Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199925 – DoubsMandeure – Les Cloux du Château

1999
25 – Doubs

Mandeure – Les Cloux du Château

Fouille programmée (1999)
Responsable d’opération : Pierre Mougin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Villes de Mandeure et Mathay

Texte intégral

1L’apport majeur des recherches effectuées en 1999 au lieu-dit « Cloux du château » (fig. 1) est sans conteste d’avoir confirmé et validé la présence de fortifications pressenties par les prospections et les fouilles entreprises dès 1997.

Fig. 1 – Plan de localisation des différentes opérations archéologiques

Fig. 1 – Plan de localisation des différentes opérations archéologiques

DAO : B. Turina, D. Watts.

2À l’intérieur des fortifications, des remblais sont effectués dans les bâtiments à l’ouest de l’ancienne rue, certainement pour y asseoir de nouveaux sols ou y implanter de nouvelles structures qui n’ont pu nous parvenir car arasées. Ces structures ont surtout été observées en 1998. Si l’on compare le relevé microtopographique du secteur avec les zones où des vestiges postérieurs au début du ive s. ont été observés, on se rend compte qu’on ne les retrouve que sur un « pseudo-plateau » équivalant ou dépassant la cote 335,5 m d’altitude, et uniquement conservées sur un tiers de la surface étudiée. C’est bien évidemment dans ce secteur que des traces d’occupation du ve et même du viie s. ont été étudiées. On peut toutefois noter la découverte en 1999 d’une petite agrafe qui n’est pas sans rappeler celle découverte en 1998, et qu’il faut très certainement mettre en relation avec les structures funéraires mérovingiennes observées à plusieurs reprises de l’autre côté du Doubs.

3À ce propos, il est regrettable que la présence d’un important gazoduc ne nous ait permis l’accès aux rives du Doubs, où ont été découvertes en 1984 des fondations en gros blocs de réemploi. Ces blocs maçonnés et compactés, repérés par Y. Jeannin sur une longueur d’environ 12 m, orientés obliquement en direction du Doubs, pourraient appartenir eux aussi au rempart ou à un de ces éléments adjacents : bastion ou jetée. La fouille de ce secteur reste envisageable avec le concours d’agents de GDF.

4Le système défensif mis en évidence permet de définir une enceinte d’une superficie d’environ 2 ha, appuyée sur le Doubs. Grâce à leur forme en demi-cercle, ces fortifications semblent se rattacher au groupe dit « en cloche » dont font partie Altenburg près de Brugg, Olten, Soleure en Suisse et Chalon-sur-Saône.

5Malheureusement, les fouilles de ces deux dernières années ne nous apportent que très peu d’informations sur l’aménagement des structures à l’intérieur de ces fortifications. En effet, le but des recherches étant de définir l’état de conservation des vestiges, nous n’avons pas opéré de grands décapages, ce qui rend impossible l’étude de l’organisation spatiale des vestiges.

6Nos observations nous permettent seulement d’affiner nos connaissances chronologiques de l’occupation de cet espace, du ier s. apr. J.-C. jusqu’au viie s. En 1999, le ier s. a pu être abordé et l’activité artisanale est alors attestée sur le site. Durant tout le iie et le début du iiie s., des niveaux d’habitats s’y succèdent et l’activité artisanale perdure. Un bâtiment, très certainement à vocation thermale a même été observé en 1998. Ces habitats longent une rue importante de l’agglomération, dont la chaussée, particulièrement soignée, est à plusieurs reprises rehaussée.

7Fin iiie-début ive s., on observe, certes, un réaménagement conséquent des structures d’habitat (fermetures de seuil, rehaussement de niveau de sol, création de nouvelles cloisons), mais en aucun cas une réorganisation de l’habitat de type militaire avec « casernes ». Cette présence pourrait peut-être s’observer dans les bâtiments sur trous de poteaux aménagés à l’emplacement de l’ancienne voie, tombée en désuétude. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous pouvons affirmer que le site était occupé au moins jusqu’au ve s. L’approche numismatique ne fait apparaître qu’une courte phase de récession entre 352 et 365. À partir de cette époque, des fortifications importantes ont été repérées tant dans les fouilles de 1998 que dans les sondages et les fouilles effectuées en 1999. L’apport de ces dernières est, entre autres, d’avoir pu mettre en évidence la structure interne de ces fortifications. Il s’agit d’un système bien connu dans l’Antiquité, reposant sur des fondations de pieux.

8Les fouilles de 1999 ne nous permettent pas de dater avec précision les fortifications de Mandeure. Par contre, les observations stratigraphiques effectuées en 1998 pourraient les faire remonter, comme pour le camp d’Altrip, à l’époque Valentinienne. Ceci correspond aussi à la période maximale d’activité de la Légion Prima Martia dans la région.

9Le mobilier militaire est quasi absent mais il a peut-être été récupéré. On doit rappeler que l’origine des tuiles Prima Martia découvertes à Mandeure au siècle dernier nous est inconnue. Doit-on voir alors dans ces vestiges une enceinte urbaine témoignant de la rétraction de la ville lors de temps difficiles plutôt qu’un castellum militaire ? Une telle disposition n’exclut pas toutefois la présence militaire sur le site ou dans l’agglomération d’Epomanduodurum.

Haut de page

Bibliographie

Mazimann J.-P. (dir.) 1999 : Mandeure – Cloux du Château. Programme H21, rapport d’évaluation, Besançon, Drac-SRA, 58 p. + annexes

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de localisation des différentes opérations archéologiques
Crédits DAO : B. Turina, D. Watts.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Mougin, « Mandeure – Les Cloux du Château » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25940

Haut de page

Auteur

Pierre Mougin

SIVU de Mandeure-Mathay

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Mougin

SIVU de Mandeure-Mathay

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search