Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199925 – DoubsMontagney – La Forge (haut fourne...

1999
25 – Doubs

Montagney – La Forge (haut fourneau, xvie-xixe s.)

Surveillance de travaux (1999)
Responsable d’opération : Denis Morin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La forge de Montagney a fait l’objet d’une opération de nettoyage et de suivi tout au long de l’année 1999.

2Le nettoyage du bâtiment du haut fourneau s’est poursuivi avec en particulier le décombrement du plafond qui jouxte la plate-forme du gueulard. La rampe d’accès a été également dégagée. Un chantier de jeunes bénévoles a permis de décombrer la totalité du rez-de-chaussée du bâtiment des ouvriers contigu au haut fourneau. Plusieurs tonnes de gravats ont été évacuées de ces locaux, permettant ainsi de dégager et de mettre hors humidité la plupart des pièces. Les parties fonctionnelles du haut fourneau désormais accessibles – le gueulard et la cuve – ont fait l’objet d’un relevé topographique de détail. Le massif, qui abrite la cuve, est une tour monumentale maçonnée de forme pyramidale à section carrée, d’une hauteur de 6,50 m. Il est contrebuté par des voûtes en berceau jetées de chaque côté des embrasures de soufflerie et de coulée. La maçonnerie est consolidée par place de tirants verticaux en fonte destinés à contenir les moellons. Le gueulard mesure 1,30 m de diamètre et 0,80 m à la sole ; le plan de jonction des deux troncs de cônes mesure 2 m de diamètre. La chemise interne du gueulard à la sole mesure 6 m de hauteur ; du gueulard à la jonction des deux troncs de cône, on compte 3,6 m. La paroi de la cuve est constituée de briques réfractaires provenant de Montet dans l’Allier. Un remplissage d’argile réfractaire rouge compactée compose l’intérieur de la structure encore visible au niveau des étalages. L’installation de la tuyauterie de soufflerie a nécessité d’entailler le haut du massif du haut fourneau à l’aplomb de la tuyère et de ménager un orifice circulaire maçonné en briques de 0,50 m de diamètre. Au-dessus de la tympe, un orifice rectangulaire de 0,64 m sur 0,195 m a été percé dans le massif. La construction repose sur une plaque de fonte surmontée de quatre lits de briques. Il s’agit d’une cheminée d’appel d’air destinée à évacuer l’excès de chaleur, de vapeur et de fumée provoquées par la fonte en fusion.

3Localisé dans l’angle droit du massif et à mi-hauteur, un point d’ancrage quadrangulaire marque l’emplacement d’une plaque de fonte boulonnée, constituant une potence destinée à supporter un système de palan.

4Les encoches de poutre localisées dans les murs de la pièce et le massif principal démontrent l’existence d’une structure en élévation solidement ancrée à cet endroit, qui pourrait correspondre à l’emplacement d’un système de soufflerie par pistons.

5La halle de soufflerie comporte plusieurs éléments fonctionnels (fig. 1) :

  • l’orifice de soufflerie, point de convergence des tuyères ;

  • deux points d’ancrage maçonnés au sol conservant encore la présence de vestiges ligneux ;

  • un système de récupération de l’air chaud. Cette embrasure destinée au captage des vents chauds constitue un aménagement postérieur à la construction de l’édifice.

Fig. 1 – Plan schématique des différentes unités fonctionnelles du haut fourneau

Fig. 1 – Plan schématique des différentes unités fonctionnelles du haut fourneau

DAO : D. Morin (CNRS).

6La pièce a fonctionné ultérieurement comme moulin à huile, dont l’énergie était assurée au moyen de courroies de transmission. Devenue une entreprise spécialisée dans la fabrication de munitions, la maçonnerie a subi une série de réaménagements et de réparations dues aux contraintes thermiques et aux innovations survenues dans les dernières années de fonctionnement de l’usine :

  • système d’évacuation de l’air chaud et des fumées ;

  • évolution et transformation du système de soufflerie ;

  • processus de récupération et d’adduction d’air chaud.

7Ces mutations sont visibles dans l’architecture et dans le détail des structures en élévation. La reconstruction, qui affecta la forge en 1810, date à laquelle le haut fourneau fut racheté par le Marquis de Grammont, n’a semble-t-il pas provoqué de modifications au niveau du massif. En réalité, le haut fourneau a conservé le volume initial de sa cuve, base de sa production. Les modifications subies sont principalement liées à une meilleure efficacité du système de ventilation – installation d’une soufflerie par pistons et récupération d’air chaud d’une part – et dans l’amélioration des conditions de travail – évacuation des fumées, ventilation des ateliers, manipulation des gueuses et de la fonte en fusion. L’architecture et les structures identifiées à Montagney révèlent les dispositifs techniques entrepris pour optimiser la production de base même de leur système jusque dans la première moitié du xixe s. Les innovations mises en place à la forge de Montagney restent sélectives et s’appuient sur une métallurgie traditionnelle basée sur la fabrication de fonte au charbon de bois comme dans l’ensemble de la Franche-Comté.

8Les recherches en archives qui se sont poursuivies ont été concentrées sur les fonds familiaux à Paris (Bibliothèque nationale). Les baux accordés par les Choiseul la Baume, découverts aux Archives départementales de Vesoul, permettent de suivre les grandes lignes de l’histoire de l’entreprise. Ils apportent des informations précieuses sur les aspects techniques et sur l’évolution du bâti.

9En 2000, il est prévu de procéder à la poursuite du décombrement des différents bâtiments annexes. À l’initiative de la commune, des propriétaires et de l’Association des Amis de la Forge de Montagney (AAFoM) qui s’est créée, l’ensemble du site fait l’objet d’un important projet de valorisation. Les études d’impact en cours devraient préciser les consolidations et reconstructions qui ne manqueront pas d’être exécutées pour présenter cet édifice industriel exceptionnel au public.

Fig. 2 – Coupe à travers le haut fourneau

Fig. 2 – Coupe à travers le haut fourneau

DAO : D. Morin (CNRS).

Haut de page

Bibliographie

Morin D. 2000 : La forge de Montagney (Doubs). Opération archéologique diagnostic. Document final de synthèse, Besançon, Drac/SRA, 41 p + annexes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan schématique des différentes unités fonctionnelles du haut fourneau
Crédits DAO : D. Morin (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2 – Coupe à travers le haut fourneau
Crédits DAO : D. Morin (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/25942/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Morin, « Montagney – La Forge (haut fourneau, xvie-xixe s.) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25942

Haut de page

Auteur

Denis Morin

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Denis Morin

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search