Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199939 – JuraPrésilly – Citerne du château

1999
39 – Jura

Présilly – Citerne du château

Fouille d’évaluation d’urgence (1999)
Responsable d’opération : Jean-Jacques Schwien

Entrées d’index

Année de l'opération :

1999

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le château de Présilly, dans le canton d’Orgelet, est incontestablement l’une des plus belles résidences fortifiées de Franche-Comté. Érigée par les Dramelay au xiiie s., elle conserve aujourd’hui encore son massif donjon carré et son enceinte polygonale. Les bâtiments d’habitation ainsi que la porterie et une barbacane pentagonale appartiennent toutefois à des réaménagements des xve-xvie s.

2L’état préoccupant des ruines avait conduit un prêtre à la retraite, l’abbé de Perthuis, à y effectuer d’importants travaux de déblaiement et de consolidation entre 1949 et 1975 ; il avait aussi fait classer le monument au titre des Monuments historiques en 1954. Depuis 1992, une association de bénévoles, les Balladins du Château, a repris les travaux : le chantier de jeunes effectue des terrassements préalables aux consolidations par une entreprise spécialisée.

3Si l’essentiel de ces travaux ne nécessite qu’un suivi léger de la part du Service régional de l’archéologie, la restauration de la citerne, envisagée en l’an 2000, a cependant nécessité une investigation plus importante. Celle-ci a été réalisée par le chantier de l’été 1999.

4Cette citerne est située dans la cour du château, au pied du donjon et forme un grand trou percé dans le pavage superficiel. Elle a été découverte ou redécouverte par l’abbé de Perthuis. Son état de conservation à ce moment-là, ainsi que les fouilles qui y ont été entreprises ne nous sont pas connus précisément. Dans sa publication des travaux (Gaucher de Salins, Le château de Présilly. Description archéologique, sl., sd. = publication d’une conférence donnée à Lons-le-Saunier le 23 septembre 1967 et publiée sous un pseudonyme), le responsable du chantier décrit un quadrilatère de 2,80 x 2,15 m, profond de 5 m, présentant une eau limpide sans doute apportée par des sources, conservant les traces d’une voûte ; il précise enfin que son exploration est inachevée.

5Notre fouille a consisté en un nettoyage des parois hautes de la citerne, envahie de ronces et de végétation sur les parois éboulées, en forme de tronc de cône, de la partie haute, puis en évacuation des gravats (moellons, mortier, terre) qui s’y étaient accumulés à nouveau depuis les travaux de l’abbé.

6Les derniers décimètres étaient composés d’une matière organique noire qui a livré plusieurs objets intéressants : deux chaudrons (l’un en cuivre, l’autre en fonte), de nombreuses semelles en cuir (certaines cloutées), une écuelle en bois, ainsi que les éléments dépareillés, mais complets, d’un grand seau en bois. Aucun autre élément, céramique en particulier, n’y étant conservé, il est délicat d’avancer une datation précise : si la forme des objets métalliques et en cuir pourrait nous placer dans une période récente, la qualité des objets en bois exclut l’hypothèse d’un abandon au fond de la citerne à l’époque de l’abbé. Il est plus probable que nous ayons eu à fouiller le dernier niveau que l’abbé avait laissé, croyant sans doute avoir affaire à une structure très profonde ou peut-être gêné par la présence de l’eau.

7Le nettoyage superficiel des parois en terre entre le pavage de la cour et l’arase des maçonneries a aussi livré du mobilier. Un Carolus de la ville de Besançon, daté de 1610-1616 (détermination J. Wilhelm, Ass. num. de Peugeot) appartient à la phase finale de l’utilisation du château. Un denier de Besançon, émis entre 1260 et 1350, associé à de la céramique gris-noir sans décor ou glaçure, correspond vraisemblablement à une couche d’occupation médiévale antérieure au pavage actuel.

8Notre fouille a permis de corriger légèrement les dimensions données par l’abbé, soit un rectangle de 2,80 x 2 m pour une profondeur sous le pavage de 5,50 m (et une hauteur utile de 4,50 m). Elle a surtout permis de préciser la fonction de la structure. Celui-ci hésitait, en effet, entre une citerne (réservoir) ou un puits (alimenté par des sources). Or, le mode de construction même indique sans réserve que nous avons affaire à une citerne : les mœllons sont maçonnés avec un mortier de tuileau hydrofuge, destiné à rendre les parois étanches. Le fond lui-même est constitué d’une chape de mortier aux angles arrondis ; en son centre, une dépression circulaire a une fonction de cunette, soit un trou qui permettait d’écoper l’eau du fond lors des nettoyages de la structure. Mais la meilleure preuve en a été apportée par notre opération elle-même puisque, grâce à une pompe, nous avons évacué toute l’eau au cours du chantier ; la citerne est ensuite restée vide pendant plusieurs jours, jusqu’au premier orage qui a apporté de l’eau par ruissellement.

9Il reste malgré tout que notre structure est construite selon un volume inhabituel. Les citernes sont généralement de plan rectangulaire, leur profondeur étant égale à leur largeur : à Oliferne (commune de Vescles, Jura), par exemple, la citerne mesure 4,80 x 3,20 m pour une profondeur de 2,80 m, soit un volume d’eau maximal de 43 m3 environ. Or, ici, nous avons une structure dont la profondeur mesure le double de la longueur. Ses parois, de plus, sont loin d’être verticales puisque deux côtés au moins sont construits en biais dans le tiers inférieur : il est possible que les manœuvres aient simplement suivi le banc rocheux. Le volume d’eau, par ailleurs, est largement inférieur aux normes habituelles puisqu’il atteint à peine 25 m3 : il est clair que ce n’est pas la seule source d’approvisionnement en eau du site.

10Le nettoyage de l’arase sommitale a aussi confirmé l’existence initiale d’une voûte en plein cintre : plusieurs dalles grossièrement équarries et posées en biais étaient conservées dans les angles. Le comblement, en revanche, n’a livré aucun indice sur la nature du pertuis et de la margelle ; mais ces éléments, s’ils ont existé, ont sans aucun doute déjà été évacués lors des travaux de l’abbé. Aucune trace de l’amenée de l’eau, en outre, n’a été observée : il faut supposer que la citerne était alimentée par les chéneaux de la toiture du donjon mais selon un système (aérien) qui reste hypothétique.

11La restauration de la voûte est prévue lors du chantier de jeunes de l’année 2000, après accord de la Conservation régionale des Monuments historiques. Si un projet de voûte peut aisément être proposé à partir des observations de terrain, il faudra chercher ailleurs des modèles de pertuis et de margelle : pour le premier, nous préconiserons celui du château d’Oliferne et, pour le second, une margelle de citerne exceptionnellement conservée dans la maison-forte de Neuvier (Terres-de-Chaux, Doubs).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Schwien, « Présilly – Citerne du château » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/25985

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Schwien

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Jacques Schwien

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search