Navigation – Plan du site
2008

Ordiarp – Maison Gentein

Responsable(s) des opérations : Jean-Luc Piat
Notice rédigée par : Jean-Luc Piat

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025442

Date de l'opération : 2008 (MH)

1Dans le cadre des travaux de rénovation et de réaménagement de l’ancienne maison forte de Gentein par ses propriétaires actuels, une opération de fouille archéologique préventive a été demandée par le service régional de l’archéologie, en amont et en accompagnement des travaux, pour orienter les choix de restauration et garder mémoire de l’état actuel de l’édifice avant les réfections projetées.

2La mission confiée au bureau d’étude Hadès, en association avec l’architecte du patrimoine Etienne Lavigne, était donc de précéder les travaux de dégagement des sols et des élévations pour réaliser l’observation archéologique des maçonneries et des niveaux d’occupation de l’ancienne résidence d’une famille aristocratique de la Soule - les barons de Jaunte - attestée dès le XIe s. dans la documentation écrite.

3 L’édifice actuel, de plan rectangulaire, conserve des élévations médiévales, remaniées aux époques modernes et contemporaines et des soubassements arasés mais visibles sur l’extérieur. La méconnaissance archéologique et historique de cette construction a constitué l’enjeu de l’étude : il y avait là potentialité à documenter la typologie constructive et fonctionnelle d’une résidence aristocratique en Béarn, son site d’implantation et son environnement proche, enfin sa chronologie de construction.

4Une étude archéologique du bâti, appuyée sur des relevés d’architecte, des relevés topographiques et orthophotographiques, enrichie par des relevés détaillés des maçonneries, a été engagée. Elle a permis d’établir une analyse stratigraphique des élévations. L’emploi d’une nacelle élévatrice a été nécessaire pour accéder aux parties extérieures des murs les plus haut. Les relevés d’élévation ont été complétés ensuite au fur et à mesure des travaux de piquage, dans le cadre d’un suivi de chantier.

5Par ailleurs, un sondage archéologique a été réalisé à l’extérieur du bâtiment, sous la forme d’une tranchée au pied de la façade nord afin d’observer des maçonneries arasées établies quelques mètres en avant. Après dépose d’une partie des planchers anciens de la maison, des sections de solives ont été prélevées pour analyse dendrochronologique par Christelle Belingard. Enfin, une étude historique du site et de son contexte d’implantation a été conduite par l’historienne Anne Berdoy.

6L’ensemble de ces travaux, certains encore en cours d’analyses, font apparaître la maison forte de Gentein, comme un édifice en moyen appareil calcaire d’assises régulières établi dans le courant du XIVe s., plus certainement dans la seconde moitié. La situation au confluent des deux ruisseaux de l’Arangoréna et du Saison, confère à l’ouvrage une position de contrôle au débouché des deux vallées. C’est en effet l’époque où un Pierre de Laxague reçoit en 1382 l’autorisation du roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine de surélever sa maison de pierre et de chaux dans sa terre de la salle de Gentein en Soule. Or, les éléments de bâtis observés pour la première phase de construction consistent en une baie à coussiège, une niche de latrines sur console, des fentes d’archères droites sans étrier et des portes en arc brisé en rez-de-chaussée et étage, caractéristiques des édifices bien datés du milieu du XIVe s. que l’on édifiait au même moment dans le Bordelais. L’originalité de la maison forte de Gentein est d’avoir disposé d’un mur d’enceinte, aujourd’hui presque totalement arasé, immédiatement périphérique à la maison, repéré en élévation et bien identifié à partir d’un sondage qui confirme sa contemporanéité avec la maison forte. Ce mur de ceinture devait venir protéger les accès du rez-de-chaussée et du premier étage, ce dernier niveau desservi par une galerie extérieure et une possible échelle de bois escamotable. Un deuxième étage a pu exister, mais une rehausse des murs plus tardive d’un siècle en a visiblement tronqué les dispositions.

7En effet, les niveaux de planchers primitifs sont modifiés à une période que l’on place, dans l’attente des résultats dendrochronologiques, entre la fin du XVe s. et le début du XVIe s. De nouvelles baies à croisées sont ouvertes sur la façade nord et surtout dans le pignon oriental à chacun des trois niveaux d’étage alors établis. C’est une période où l’on voit dans la documentation écrite, la maison de Gentein passer dans les mains de la famille noble d’Ursua, originaire de Navarre. Cette famille aurait entrepris des améliorations de la bâtisse auxquelles on peut faire remonter les réaménagements observés.

8Une troisième phase de réfection, entre les XVIIe s. et XVIIIe s., est identifiée au travers du percement de nouvelles baies sur les façades nord et sud et le bouchage d’ouvertures plus anciennes. Puis entre les XIXe s. et XXe s., le corps bâti principal s’adjoint de bâtiments annexes tournés vers l’exploitation agricole et un nouveau logement s’y accole avec le confort moderne pour la résidence des exploitants. Le mur d’enceinte est abattu. La salle de Gentein devient alors inhabitée, jusqu’aux récents travaux engagés par les nouveaux propriétaires pour y établir leur domicile.

9Les pistes de travail sur lesquelles débouchent cette mission doivent être soulignées : la richesse des résultats et la réussite de l’opération, sans compromettre le projet de réhabilitation, doivent à la veille opérée en amont du projet par les institutions en charge du patrimoine (service départemental de l’architecture, service régional de l’archéologie) et à la complémentarité de l’équipe pluridisciplinaire mise en place (architecte, topographe, archéologues du bâti, historien, dendrochronologue). Les propriétaires, convaincus par l’étude et bénéficiant d’une prise en charge financière de l’opération préventive, ont pu faire aboutir leur projet dans le respect de l’architecture ancienne en s’entourant des compétences nécessaires. C’est là une démarche originale qui mériterait d’être systématisée pour les bâtiments non protégés.

10L’édifice quant à lui, s’insère désormais dans une problématique historique entièrement renouvelée. On ignore encore où se localise le site primitif de cette famille de Gentein attestée dès le XIe s. et quel rôle il a pu jouer dans la structuration du terroir. La documentation révèle en tous les cas son influence dans l’encadrement des hommes. L’actuelle maison forte de Gentein, si heureusement documentée à partir de la fin du XIVe s., en serait-elle une émanation ? Elle offre quoiqu’il en soit l’opportunité de poser un jalon architectural remarquable dans les programmes des petites résidences aristocratiques médiévales du sud-ouest de la France, en résonance avec des exemples bordelais mais aussi navarrais.

11  (Fig. n°1 : Angle sud-est avec le mur d’enceinte au premier plan) et (Fig. n°2 : Pignon oriental repercé de trois croisées de la fin du XVe s.)

12Piat Jean-Luc

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Angle sud-est avec le mur d’enceinte au premier plan

Fig. n°1 : Angle sud-est avec le mur d’enceinte au premier plan

Auteur(s) : Piat, Jean-Luc (EP). Crédits : Piat, Jean-Luc, EP (2008)

Fig. n°2 : Pignon oriental repercé de trois croisées de la fin du XVe s.

Fig. n°2 : Pignon oriental repercé de trois croisées de la fin du XVe s.

Auteur(s) : Piat, Jean-Luc (EP). Crédits : Piat, Jean-Luc, EP (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Angle sud-est avec le mur d’enceinte au premier plan
Crédits Auteur(s) : Piat, Jean-Luc (EP). Crédits : Piat, Jean-Luc, EP (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2606/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. n°2 : Pignon oriental repercé de trois croisées de la fin du XVe s.
Crédits Auteur(s) : Piat, Jean-Luc (EP). Crédits : Piat, Jean-Luc, EP (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2606/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Luc Piat, « Ordiarp – Maison Gentein », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 27 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2606

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Luc Piat

EP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals