Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199825 – DoubsSaint-Vit – Les Champs Traversain...

1998
25 – Doubs

Saint-Vit – Les Champs Traversains : nécropole du haut Moyen Âge et enclos protohistorique

Fouille programmée (1998)
Responsable d’opération : Jean-Pierre Urlacher
Notice rédigée avec Sophie Manfredi-Gizard et Françoise Passard

Entrées d’index

Année de l'opération :

1998

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département du Doubs

Texte intégral

1Au cours de la quatrième année de fouille pluriannuelle, une surface de 900 m2 a été ouverte au sud-est du site. Le premier objectif a été de déterminer la nature exacte de la structure centrale de l’enclos à double fossé, attribuée à la période protohistorique. Dans un second temps, l’extension du site funéraire médiéval a été reconnue dans sa partie est. Ce secteur, de stratigraphie complexe, a complété de vingt-six sépultures supplémentaires et de leurs structures annexes le plan initial de la nécropole.

2L’enclos circulaire à double fossé, le plus important de l’ensemble repéré d’abord par photographie aérienne, puis au cours des investigations 1978-1980 dans la plaine de Saint-Vit, présente un diamètre de 60 m environ. Au centre, un tertre artificiel en terre, aujourd’hui très étalé et partiellement arasé, a été édifié pour protéger une structure en pierre. La fouille de 1998 a permis d’établir « l’écrêtement » superficiel de la structure centrale et le démantèlement du niveau supérieur de l’amas de pierres sous le seuil de labour. Deux couronnes concentriques formées de dallettes calcaires et de blocs de lapiaz constituaient l’armature centrale. Un bourrage d’argile à petits cailloutis, de même provenance sédimentaire que le tertre d’argile superficiel, comblait l’espace entre ces deux aménagements. Au centre, un espace libre de 2,50 m par 2,50 m était cerné de blocs massifs sur lesquels s’appuyait la première couronne. La masse du tertre n’a livré aucun élément attribuable à une sépulture conservée, à l’exception de quelques dents et d’un fragment d’os long. Le mobilier d’époque protohistorique se limite à quelques tessons et à une céramique incomplète dont les fragments sont répartis sur l’ensemble de la structure. La violation ancienne du tertre est par ailleurs attestée par la présence d’éléments de la période antique et mérovingienne (verrerie, perles…).

3L’ensemble funéraire mérovingien, essentiellement organisé autour de ce tertre, permet de mettre l’accent sur les thèmes dominants qui avaient motivé la programmation de cette fouille pluriannuelle :

  • la séquence chronologique des vie et viie s., au moment de l’expansion et de la stabilisation du pouvoir franc dans le royaume de Burgondie, peut ainsi être élaborée à partir de la topo-chronologie et de la typologie du mobilier en association avec les données de la numismatique. Elle vient compléter les différents travaux récents sur cette période, également (Bourgogne, Franche-Comté, Suisse occidentale). Les 176 sépultures étudiées jusqu’ici indiquent une occupation continue depuis la seconde moitié du vie s. jusqu’au tiers du viie s. ;
  • la pratique de l’inhumation habillée : en relation avec l’évolution chronologique, l’observation des modifications des pratiques funéraires est également rendue possible par l’intensité de cette coutume, malgré les signes de christianisation de la population. Son ampleur permet une analyse typochronologique approfondie du mobilier et permet de cerner l’intensité des modes franques dans ce secteur de la vallée du Doubs ;

  • les structures funéraires apparaissent comme une caractéristique très forte de ce site : leur observation permet de déterminer des évolutions chronologiques et culturelles. En 1998, de nouvelles formes d’inhumation ont ainsi pu être mises en évidence, peut-être en rapport avec des statuts sociaux. Leur relation avec la structure ancienne protohistorique peut également être approchée ;

  • enfin, le peuplement de cette zone, à partir des données anthropologiques, pourra apporter des éléments de réponses à la réalité de la colonisation germanique et au maintien de la population indigène. Une approche plus approfondie de l’occupation de la basse vallée du Doubs depuis la fin de l’Antiquité doit ainsi être abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Urlacher, Sophie Manfredi-Gizard et Françoise Passard, « Saint-Vit – Les Champs Traversains : nécropole du haut Moyen Âge et enclos protohistorique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26128

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Urlacher

Conseil départemental du Doubs

Articles du même auteur

Sophie Manfredi-Gizard

Conseil départemental du Doubs

Articles du même auteur

Françoise Passard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Pierre Urlacher

Conseil départemental du Doubs

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search