Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199839 – JuraÉvans – Les Carcailles : dépôt de...

1998
39 – Jura

Évans – Les Carcailles : dépôt de vaisselle en bronze de l’âge du Bronze

Découverte fortuite (1998)
Responsable d’opération : Jean-François Piningre

Entrées d’index

Année de l'opération :

1998

Nature de l'opération :

découverte fortuite
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

Circonstances de la découverte

1Le dépôt d’Évans (Jura) a été découvert le samedi 4 juillet 1998 au lieu-dit Les Carcailles, lors de l’extraction de terre destinée à l’aménagement d’un jardin. Lorsque les premiers récipients ont été remarqués, les objets avaient été chargés dans le godet de la pelle mécanique et dans une benne, de telle sorte que les conditions exactes de leur dépôt restent inconnues. Ces objets étaient enfouis au centre d’une doline comblée de limons argileux à une profondeur qui a pu être estimée à 1,50 m environ. Les traces d’oxydation et quelques récipients maintenus solidaires par les oxydes de cuivre indiquent que certains d’entre eux avaient été déposés emboîtés les uns dans les autres, sans doute en plusieurs lots.

Composition et datation du dépôt

2Le dépôt se compose exclusivement de vaisselle métallique en tôle de bronze. Parmi la quarantaine de récipients identifiés figurent un grand nombre de tasses et de coupes, un chaudron, deux passoires, un vase décoré et un lot de petites fioles à panse biconique. Leur état de conservation est variable. La majorité des surfaces de ces récipients est recouverte d’oxydes, bien que sur quelques-uns d’entre eux des plages de métal vif plus ou moins étendues laissent encore apparaître les traces de martelage et de montage. Quatorze récipients sont complets ou peu endommagés ; le restant présente des dégradations, quelquefois importantes, et des lacunes dues aux conditions de découverte : déchirures, déformations, écrasement. La plupart des fragments manquant ont été recueillis dans les déblais et permettront une restitution de la plus grande partie des récipients.

3Les comparaisons avec des dépôts contenant des récipients semblables, retrouvés en Hongrie, en Bohème ou en Allemagne et plus près de nous en Bourgogne à Blanot (Côte-d’Or), permettent de situer le dépôt d’Évans dans le courant du xe s. av. J.-C.

Intérêt archéologique

4Le lot de vaisselle du Bronze final d’Évans appartient à une catégorie de dépôts de prestige particulièrement bien représentés en Europe centrale. Dans le contexte de l’Europe occidentale, cette découverte revêt un intérêt exceptionnel, compte tenu de la rareté des dépôts de vaisselle de l’âge du bronze final connus en France – moins d’une dizaine –, ainsi que du nombre important de récipients qu’il contient qui supplante numériquement les dépôts de vaisselle de bronze de France et d’Allemagne.

5Par sa composition, le dépôt d’Évans offre de nouvelles perspectives d’études de la dinanderie de la fin de l’âge du bronze en Europe de l’Ouest et plus particulièrement dans les domaines jurassien et bourguignon. Les récipients communs qu’il partage avec le dépôt de Blanot (Côte-d’Or), notamment les fiasques inconnues dans les autres dépôts européens, ouvrent des possibilités d’études comparatives intéressantes entre ces deux dépôts de l’Est de la France. La série de coupes et de tasses carénées du type de Jenisovice/Kirkendrup, qui constituent le type dominant du dépôt d’Évans, est de loin la plus importante à l’échelle européenne et dépasse celle du site éponyme tchèque. D’autres objets se distinguent par leur singularité ou font référence à des exemplaires de Hongrie, de Bohème ou de Moravie.

6L’étude du dépôt d’Évans devrait donc permettre d’apporter un éclairage nouveau sur la répartition et la diffusion à l’échelle européenne de ces productions et offrir de nouvelles bases de réflexion sur la symbolique de ces ensembles particuliers, dont la composition et les conditions d’enfouissement suscitent encore différentes hypothèses.

Statut du dépôt et projet d’étude

7Grâce à la compréhension des inventeurs, MM. P. Mosca et G. Rebillet, et à la suite de l’intervention de N. Bonvalot et J.-F. Piningre (SRA Franche-Comté), le dépôt d’Évans a fait l’objet d’une acquisition par le Musée d’Archéologie de Lons-le-Saunier (20 %) avec une aide importante de la Direction des Musées de France (40 %) et du FRAM de la Région Franche-Comté (40 %). Son étude est en cours dans le cadre de l’UMR 5594 du CNRS « Archéologie, cultures et société en Bourgogne et France orientale du Néolithique au Moyen Âge ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Piningre, « Évans – Les Carcailles : dépôt de vaisselle en bronze de l’âge du Bronze » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26150

Haut de page

Auteur

Jean-François Piningre

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Piningre

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search