Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199870 – Haute-SaôneSites de préparation mécanique de...

1998
70 – Haute-Saône

Sites de préparation mécanique des minerais de fer d’altération de Haute-Saône (minéralurgie)

Prospection thématique (1998)
Responsable d’opération : Hélène Morin-Hamon

Texte intégral

1Dans le cadre d’une recherche archéologique et historique avec le dépouillement en cours d’un important fonds d’archives, tant aux Archives nationales (série F14 F) que départementales (séries S, B et C), une recherche thématique est menée sur des sites de préparation mécanique du minerai de fer d’altération qui abondent dans le bassin supérieur de la vallée de la Saône : cantons de Fresnes-Saint-Mamès, Dampierre-sur-Salon, Gray. Un corpus de plusieurs sites découverts sur le terrain a été saisi sur le fichier informatisé « Gobannon ». Leur superficie varie de quelques mètres carrés à plusieurs hectares. Presque tous sont implantés à proximité d’une source ou d’un ruisseau. Les prospections ont permis de découvrir des vestiges dispersés et encore bien conservés.

2Deux ateliers de préparation mécanique, caractéristiques incluant l’ensemble de la chaîne de lavage, du captage au lavage puis au rejet, ont fait l’objet d’études approfondies : le site de la « Fontaine du Faix », à Renaucourt et le complexe de Bellevesvre à La Montbleuse.

3L’atelier de Renaucourt a révélé une organisation parfaitement structurée de l’espace avec la présence encore intacte de zones de stockage de minerai brut et lavé, une aire de lavage composée d’une retenue d’eau, d’un empellement et de glissières en partie muraillées. L’espace de lavage s’accompagne de substructions encore visibles au sol.

4Les zones d’épandage sont beaucoup moins nettes dans leur organisation. Les prospections ont permis de découvrir en amont une deuxième zone d’épuration, rectiligne, située en rive droite du ruisseau du Faix. Ces vestiges devront être étudiés dans une prochaine campagne.

5Les installations de La Montbleuse qui constituent un modèle d’implantation ont fait l’objet de prospections géophysiques. Il s’agissait de vérifier l’hypothèse d’une liaison entre les réservoirs et les bacs de lavage encore visibles d’une part, de déterminer l’existence ou non de structures intermédiaires : bacs, aires de tri, chenaux d’alimentation... d’autre part.

6Les différentes cartes de susceptibilité magnétique, de gradient magnétique et de conductivité confirmeraient la présence d’éléments anthropiques localisés entre les réservoirs et les ateliers. Deux types de structures ont été relevées : des structures de jonction entre les réservoirs et les bacs correspondant vraisemblablement à des canaux d’alimentation et des dépressions identifiées comme des ateliers de lavage intermédiaires ou antérieurs. Il reste à valider ces hypothèses par une série de sondages sélectifs.

7La plupart de ces ateliers s’organisent en système dans un environnement tabulaire qu’ils ont contribué à façonner et à modifier. La masse des déchets découverts, le nombre de sites retrouvés suggèrent une remarque : cette industrie s’organise en réseau le long des axes hydrologiques majeurs et en amont autour du maillage d’innombrables petits affluents. Elle peut selon les cas se dissocier et se compléter au niveau de l’atelier : c’est le cas à Renaucourt et à la Montbleuse. La spécificité des ateliers de lavage, leur évolution relèvent apparemment d’une dynamique originale et significative de l’ampleur des travaux miniers accomplis dans cette zone.

8Les prospections de surface ont été poursuivies sur le territoire des communes de Renaucourt, Francourt, Brotte-les-Ray, Vellexon-Queutrey-Vaudey, Chantes, Soing-Cubry-Charentenay, Frasne-le-Château, Valay Velesme-Echevanne, Cresancey. Ces investigations contribuent à cerner l’ampleur et la diversité des techniques développées et surtout à percevoir au travers d’une zone particulièrement représentative l’évolution technologique des systèmes utilisés et leur adaptation au contexte tant géomorphologique qu’hydrologique.

Fig. 1 – Renaucourt (Haute-Saône) : ateliers de lavage de la source du Faix

Fig. 1 – Renaucourt (Haute-Saône) : ateliers de lavage de la source du Faix

DAO : H. Morin-Hamon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Renaucourt (Haute-Saône) : ateliers de lavage de la source du Faix
Crédits DAO : H. Morin-Hamon.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Morin-Hamon, « Sites de préparation mécanique des minerais de fer d’altération de Haute-Saône (minéralurgie) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26191

Haut de page

Auteur

Hélène Morin-Hamon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Morin-Hamon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search