Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199725 – DoubsBeure – Champs des Champs

1997
25 – Doubs

Beure – Champs des Champs

Fouille préventive (1997)
Responsable d’opération : Véronique Ganard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1La fouille préventive de Beure « Champs des Champs » s’inscrit dans le cadre du projet d’aménagement de la « Voie des Mercureaux » entre Beure et La Vèze au sud-ouest de la ville de Besançon. Programmée à l’issue d’une campagne de sondages, l’opération a porté sur une superficie de 82 000 m2. Localisé en rive gauche du Doubs, le site occupe un léger relief au débouché d’une petite vallée donnant accès au premier plateau jurassien. Le décapage a révélé une occupation dense matérialisée par 170 structures en creux de nature diverse : fosses, foyers en cuvettes, fossés, sépultures et trous de poteaux. L’analyse des vestiges mobiliers atteste l’existence de plusieurs phases d’occupation inscrites entre le viiie millénaire et le iie s. av. J.-C. (Mésolithique, Bronze final IIIb et Hallstatt ancien, La Tène ancienne, moyenne et finale).

2L’occupation mésolithique a été mise en évidence au sein d’un paléosol assimilé à un bras mort du Doubs. Elle est matérialisée par une concentration d’artefacts en silex (produits de débitage, et quelques pièces d’outillage) dont l’extension a été reconnue sur une surface de 60 m2.

3Au total, quinze ensembles architecturaux correspondant en grande majorité à des structures de stockage protohistoriques (treize greniers) ont été isolés. Très pauvres en matériel, la plupart de ces constructions reste non datée précisément. Pour la fin de l’âge du bronze et le début de l’âge du fer, les vestiges d’occupation correspondent à quelques éléments épars et à une dizaine de fosses d’extraction concentrées sur les placages limoneux à proximité du Doubs. Le mobilier, essentiellement céramique, plaide en faveur de deux phases d’occupation distinctes, inscrites entre le ixe s. et la première moitié du viiie s. av. J.-C. La répartition des vestiges, toute nature confondue, semble indiquer un habitat étendu dont la structuration échappe en grande partie, en l’absence de données architecturales. Le début de La Tène se caractérise par la présence de trois inhumations en fosses accompagnées d’objets de parure (fibules en bronze et en fer, bracelets, anneau en or) qui situent les différents dépôts entre La Tène A et La Tène B1 ou B2.

4En l’absence de toute trace d’installation domestique, le problème de la localisation de l’habitat correspondant reste posé. En effet, l’occupation domestique du site ne semble débuter qu’à partir de La Tène moyenne (B2/C1) pour se prolonger jusqu’au début de La Tène finale (C2/D1).

5Pour La Tène moyenne, on retiendra l’existence de quelques structures en fosses (dont un probable silo) ayant livré un petit ensemble clos de céramiques, sans équivalent actuellement dans la région.

6L’occupation de La Tène finale est illustrée par deux ensembles architecturaux (un grenier et les vestiges d’un grand bâtiment) pouvant figurer l’emplacement d’une ferme et ses annexes de stockage.

7Malgré son aspect partiel et des conditions de réalisation difficiles, la fouille de Beure apporte des informations particulièrement intéressantes sur un secteur encore peu documenté de la moyenne vallée du Doubs. À l’échelon régional, ces vestiges complètent une documentation encore très lacunaire sur l’habitat de plaine protohistorique et sur la période de La Tène en particulier. Au passage de l’âge du bronze au premier âge du fer, les ensembles céramiques viennent une fois de plus illustrer l’évolution typologique qui s’opère entre le ixe et le milieu du viiie s. av. J.-C. et offrent des perspectives de comparaisons intéressantes avec les mobiliers en cours d’étude des fouilles de l’A39. Quelques sépultures en tombes plates de La Tène ancienne sont attestées dans la vallée du Doubs et de l’Ognon (Besançon « Les Vareilles », Servigney, Blussangeaux), mais en raison de l’ancienneté des fouilles, on dispose de peu d’informations sur l’architecture et le contenu de ces tombes. Ces sépultures offrent pour la Franche-Comté un nouveau jalon sur l’abandon de l’inhumation sous tumulus et la généralisation de l’inhumation en tombe plate au début de La Tène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Ganard, « Beure – Champs des Champs » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26215

Haut de page

Auteur

Véronique Ganard

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Véronique Ganard

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search