Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199725 – DoubsMontagney – La Forge

1997
25 – Doubs

Montagney – La Forge

Sondage (1997)
Responsable d’opération : Denis Morin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

Historique et présentation du site

1Les sources, en cours de dépouillement aux archives départementales et nationales sont rares et éparses. L’activité de la forge de Montagney a débuté vers 1689. L’annuaire du Doubs de 1847 signale une amorce d’activité dès 1500. L’usine en 1772 produit 225 t de fonte et 300 t de fer. En 1748 la forge est connue dans les archives pour fabriquer des boulets de canon. En 1812 l’usine comprend un haut fourneau, deux feux de forge, un martinet, un patouillet et deux moulins à blé. En 1826 la production atteint 200 t de fonte.

2La forge emploie vingt-huit ouvriers en 1826 et produit 200 t de fonte affinée, elle utilise 9 000 cordes de bois.

3En 1834, l’effectif est passé à soixante-quinze ouvriers et la production à 850 t de fonte d’où sont tirées 150 t de fer en barres et 400 t de fils de fer vendus à Paris et Lyon, le surplus des fontes allant vers la Haute-Saône. L’année 1840 sera l’apogée de l’usine avec 84 ouvriers. Dès 1842, le déclin s’amorce et ce sera la reconversion en moulin vers 1850.

4Le minerai pisolithique ou en grains provient de petites minières exploitées à ciel ouvert dans les villages environnants comme Cognières et dans la région du Val de Saône. Entre 1810 et 1840, on a extrait du minerai de fer à Rognon, Pessans, Mésandans, Cuse, Cubrial, Rougemont, Gondenans, Gouhelans et Morchamps. La forge utilisait également le minerai oolithique ou en roche des mines souterraines de Battenans et Rougemontot. En 1841, Montagney recevait 1 750 quintaux de minerai de ces deux mines souterraines.

5L’énergie hydraulique provient du barrage construit sur l’Ognon. En 1842 les difficultés d’approvisionnement en combustible provoquent le déclin de la forge puis son arrêt en 1850. L’énergie hydraulique du barrage sert ensuite au fonctionnement d’un moulin puis, à partir de 1922, à la production d’électricité. Nous connaissons les noms de plusieurs maîtres de forges : Seguin en 1689, Moniotte en 1742, Jean Rochet en 1744, Jean-François Carementrant en 1771, François Guyzen en 1776, Nicolas Gauthier en 1789. D’après un procès verbal de 1748, Montagney a un marché de munitions et produit annuellement 7 081 boulets de calibre 24 d’un poids total de 177 573 livres, puis 4 200 de calibre 16, 323 de calibre 12, 334 de calibre 8 et 2 260 de calibre 4.

6Les forges appartenaient à la famille de Choiseul la Baume, laquelle avait construit sous Louis XV, pour un rendez-vous de chasse, la maison appelée « le château » et qui domine les usines. Peu avant 1810, la famille de Grammont en devient propriétaire et remet tout à neuf. Vers 1850, la famille de Mérode a pris la relève. La forge cesse alors son activité et sera vendue en 1934. En 1836, la forge de Montagney utilisa pour la première fois du bois vert dans ses hauts fourneaux, le résultat n’étant pas concluant, on récupéra les chaleurs perdues du haut fourneau pour son séchage. Ce bois desséché était mélangé au charbon de bois pour l’affinage de la fonte. Inscrit sur la liste supplémentaire de l’Inventaire des Monuments Historiques depuis février 1998, le site fait l’objet de mesures de nettoyage, dégagement et protection de la part de ses propriétaires. À l’initiative de la commune, des propriétaires et des archéologues miniers, une association a vu le jour, avec pour ambition de mettre en place un programme de consolidation et de valorisation. Afin d’exercer une surveillance active des travaux de déblaiement et de curage des canaux, une demande de sondage a été sollicitée auprès du SRA. Plusieurs opérations de déblaiement ont été réalisées avec l’aide de élèves du collège Louis Pergaud de Villersexel et des étudiants de l’université de Franche-Comté. En 1997, l’opération a porté sur le nettoyage de l’intérieur du bâtiment du haut fourneau et la surveillance des terrassements visant à dégager le canal de fuite de la roue hydraulique.

Halle de soufflerie

7L’espace de soufflerie a fait l’objet d’un dégagement de parquets endommagés qui recouvraient le sol. Cette opération a permis de révéler entre les lambourdes, des soubassements supportant la meule dormante d’un moulin à noix ainsi que les fondations d’un bâtiment antérieur. L’embrasure des soufflets et ses abords ont fait l’objet d’un nettoyage.

La cuve

8Utilisée comme citerne, la cuve du haut fourneau a été vidée des matériaux qui l’encombraient. L’orifice du gueulard a été nettoyé, révélant ainsi la structure interne du bâtiment. Plusieurs coupes ont été levées pour déterminer le volume interne du haut fourneau. Le gueulard mesure 1,30 m de diamètre et 0,80 m à la sole, le plan de jonction des deux troncs de cônes mesure 2 m de diamètre. La chemise interne du gueulard à la sole mesure 6 m. de hauteur, du gueulard à la jonction des deux troncs de cône 3,6 m. Le volume total de la cuve du haut fourneau est de 11,7 m3.

Canal de d’amenée

9Le dégagement à la pelle mécanique du canal de fuite par les propriétaires a été poursuivi. Hormis quelques fragments de scories denses, aucun matériel spécifique n’a été enregistré dans les déblais. L’emplacement de deux roues hydrauliques a été mis au jour à l’occasion de cette opération. Ils correspondent aux emplacements du patouillets et des feux d’affineries.

Salle des machines

10Dans cette salle encombrée à l’origine de déblais et carcasses de voitures, figure un canal maçonné étroit qui devait servir de point d’ancrage aux poutrages de la roue hydraulique et des engrenages qui l’accompagnaient. Un sondage a permis de mettre en évidence le sol initial du bâtiment constitué d’argile plastique jaune compacte recouverte d’une couche de charbon de bois.

Forge

11Parmi les observations réalisées au cours de cette opération, figure la découverte d’une petite forge, vraisemblablement destinée à réparer l’outillage, localisée entre le bâtiment principal et un ancien bâtiment ouvrier aujourd’hui disparu.

12Les travaux de déblaiement qui se poursuivront en 1998 devraient permettre de nettoyer les abords de ce haut fourneau en ménageant les zones sensibles tout en étudiant les structures encore intactes. La topographie détaillée du bâtiment est en cours.

Fig. 1 – Cadastre napoléonien (1832)

Fig. 1 – Cadastre napoléonien (1832)
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cadastre napoléonien (1832)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Morin, « Montagney – La Forge » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26219

Haut de page

Auteur

Denis Morin

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Denis Morin

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search