Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199739 – JuraPont-de-Poitte – En Vicourt

1997
39 – Jura

Pont-de-Poitte – En Vicourt

Fouille d’urgence (1997)
Responsable d’opération : Gérald Barbet
Notice rédigée avec Philippe Gandel

Texte intégral

1Le lieu-dit « En Vicourt », sur la commune de Pont de Poitte dans le département du Jura, est répertorié comme site gallo-romain depuis le xixe s. On est en présence des vestiges d’une villa d’environ 4 ha, implantée à l’extrémité méridionale de la Combe d’Ain, entre la rive droite de l’Ain et la côte de l’Euthe. Ce fond de vallée glaciaire est drainé par le ruisseau du Bourbouillon, qui traverse le domaine. Un murger, monticule de gravats de 600 m2, qui matérialisait une partie du site a été en partie arasé par un exploitant agricole. Il fut alors décidé de conduire d’urgence, sur le secteur menacé, une intervention archéologique de sauvetage, laquelle eut lieu au cours du mois de juillet 1997.

2Dès 1861 et à nouveau en 1873, Noël-Jules Le Mire, alors directeur des forges de Franche-Comté, avait entrepris de fouiller certaines pièces de la villa. Les résultats de ces investigations, publiés, décrivent les structures dégagées (cave, hypocauste, forge) ainsi que le mobilier. Parmi celui-ci, deux découvertes notoires : d’une part, plusieurs dizaines de lingots de fer, attestant une activité métallurgique d’une certaine ampleur et d’autre part des décors en stuc, dont plusieurs têtes modelées, d’une grande originalité. Malheureusement, toute trace de ce mobilier disparaît à la fin du xixe s. En effet, le musée archéologique de Lons-le-Saunier ne possède dans ses réserves qu’une vingtaine de fragments de stuc, considérés cependant par Michel Frizot comme l’ensemble « le plus important que nous connaissons en Gaule, par sa variété ».

3Les fouilles de sauvetage de l’été 1997 firent apparaître l’angle nord d’un bâtiment, certainement la pars urbana de la villa. Il s’avéra rapidement que la quasi-totalité de ce secteur avait fait l’objet de la fouille du xixe s. Une chronologie du site put cependant être établie. Les couches archéologiques attestent une première occupation durant les cinquante premières années de notre ère, sans qu’aucune structure construite puisse être mise en évidence sur le secteur. C’est dans les années 50-70 qu’une villa proprement dite est édifiée. Le décor de cette demeure reste relativement austère ; aucune des sept salles mises au jour ne possédait d’enduits muraux et les sols étaient en terre battue. À la fin du iie s., l’édifice fait l’objet d’importants travaux d’embellissement visant également à améliorer le confort de ses occupants : création de chauffage par hypocauste, amélioration de la circulation (galerie, couloir), installation de sols en mortier remplaçant la terre battue. Ce secteur de la villa semble cependant définitivement abandonné à la fin du iiie s.

4C’est à la faveur de cette rénovation que des enduits peints sont mis en place dans toutes les pièces et des décors en stuc dans certaines d’entre elles. Les salles ayant été fouillées au xixe s. et leurs déblais à nouveau déplacés lors des travaux agricoles d’aménagement, la plus grande partie des éléments du décor est issue de couches remaniées. Cependant, ces couches de gravats ont livré pêle-mêle 2 974 fragments de stuc. La plupart des possibilités décoratives sont employées : panneaux muraux, voûtes avec pendentifs, décors architecturés, encadrements d’ouvertures, corniches avec frises. Les stucateurs ont utilisé ici douze types de moules, onze variantes de moulures et surtout une profusion de décors modelés allant des motifs végétaux aux scènes figurées.

5Les restitutions sont rendues délicates par les profondes perturbations subies par le site. Elles ne peuvent être basées que sur quelques couches restées en place dans les pièces à hypocauste, sur la comparaison des couches préparatoires de mortier et sur les collages. Seules quatre salles possédaient des stucs : deux chauffées par hypocauste, peut-être des chambres, et deux autres au sol en mortier de tuileau. Chacune a un décor très spécifique. Parallèlement à cette fouille, les recherches entreprises pour localiser les stucs perdus au xixe s. furent couronnées d’un certain succès. Les plus importants d’entre eux font actuellement partie d’une collection privée. Le propriétaire nous a permis de faire l’étude de ce mobilier, constitué essentiellement de têtes ornées de motifs végétaux, stylistiquement proches de celle mise au jour en 1997. Ces décors feront prochainement l’objet d’une publication.

Fig. 1 – Tête en stuc

Fig. 1 – Tête en stuc

Cliché : P. Gandel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tête en stuc
Crédits Cliché : P. Gandel.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Barbet, Philippe Gandel, « Pont-de-Poitte – En Vicourt » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26288

Haut de page

Auteurs

Gérald Barbet

Articles du même auteur

Philippe Gandel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérald Barbet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search