Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199639 – JuraRuffey-sur-Seille – À Daupharde

1996
39 – Jura

Ruffey-sur-Seille – À Daupharde

Fouille préventive (1996)
Responsables d'opération : Frédéric Séara et Véronique Ganard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Un des apports majeurs de l’opération archéologique, menée sur le tracé de la future autoroute A39, est d’avoir souligné le rôle essentiel des plaines alluviales pour la détection et l’étude des implantations pré et protohistoriques. Grâce à son contexte de conservation et à la chronologie de sa fréquentation, le gisement de « À Daupharde », a largement contribué à la connaissance de ces unités géomorphologiques favorables aux investigations archéologiques. Situé en rive droite de la rivière la Seille, à 8 km au nord-ouest de la ville de Lons-le-Saunier, ce site a connu des conditions de sédimentation propices à la préservation d’occupations s’échelonnant entre le Mésolithique ancien et le Bronze final IIIb, soit une fourchette chronologique allant de 8300 à 800 av. J.‑C. Par le biais de ces occupations, c’est toute une séquence archéologique méconnue en Franche-Comté ou à une échelle plus large qui a pu être ainsi documentée. C’est plus particulièrement le cas du Mésolithique qui, grâce à la masse documentaire recueillie (18 000 pièces en silex, 10 000 restes de faunes et une soixantaine de foyers) à partir des séquences couvrant les phases ancienne, moyenne et récente, a permis la réalisation d’études classiques, typologiques et technologiques, mais également novatrices comme celles concernant le domaine de l’organisation spatiale de l’habitat. Si les conditions de conservation des gisements permettent de préciser l’organisation de l’habitat, des modèles vérifiables spatialement, en raison du caractère extensif des occupations (25 000 m2), peuvent être proposés et confrontés d’un point de vue chronologique. Toutes ces études et plus particulièrement celle de la faune, ont contribué à définir la finalité de ces occupations qui correspondent dans leur grande majorité à des campements de chasse. Un accent tout particulier a été mis sur l’analyse de l’évolution géomorphologique de cette plaine alluviale, afin de reconstituer le milieu physique contemporain de chaque occupation et d’évaluer son impact sur les différentes implantations. Le site de Ruffey-sur-Seille a permis, parallèlement à l’étude du Mésolithique, d’améliorer nos connaissances sur des périodes plus récentes comme le Néolithique, le Campaniforme, l’Épicampaniforme et le Bronze final IIIb.

Le Mésolithique

2Les niveaux mésolithiques, individualisés dans des limons de débordement, sont marqués par la seule présence d’industrie lithique, de restes de faune, de pierres brûlées et de structure de combustion.

3La première phase d’occupation, datée au radiocarbone de la seconde moitié du Préboréal (8300 av. J.-C), constitue la fréquentation dont l’intensité est la plus marquée. L’industrie lithique, composée de 8 487 pièces, est façonnée à partir de la chaille locale, mais également du silex crétacé supérieur du secteur de Cesancey et plus ponctuellement du silex du Bassin tertiaire de Haute-Saône, évoquant des déplacements d’environ 80 km. L’outillage, dominé par les triangles isocèles et les pointes à base transversale, appartient à un faciès régional inédit, proche du Beuronien. L’organisation spatiale révèle une subdivision de l’espace occupé en terme d’unités domestiques, dont certaines ont pu être corrélées sur la base des remontages lithiques. Ces unités se composent d’un foyer, majoritairement de type simple et à plat, autour duquel se sont déroulées les différentes activités concernant la taille des matières siliceuses et le traitement de la faune sans secteurs privilégiés. La faune est dominée par le sanglier, suivi par le cerf, le castor, le chevreuil, l’aurochs et le renard. La très nette domination du sanglier avec 60 % des restes et quatorze individus au minimum, ainsi que la répartition des restes anatomiques évoquent une spécialisation de l’occupation liée à la chasse du sanglier.

4La seconde phase d’occupation, appartient à la transition Préboréal/Boréal, soit aux environs de 8000 av. J.‑C. L’industrie lithique, composée de 3 661 pièces est principalement réalisée à partir du silex du Crétacé supérieur. La composition de l’outillage est dominée par les triangles scalènes, dont de nombreux exemplaires sont allongés et certains retouchés sur le troisième côté peuvent être assimilés à des triangles de Montclus. La seconde catégorie d’armatures est constituée par les triangles isocèles, ce qui confirme le caractère ancien de cet assemblage évoqué par les datations radiocarbones. Cette série est complétée par quelques pointes de Sauveterre et de rares pointes à base transversale. Cette industrie lithique possède un substrat véritablement sauveterrien et présente de nombreuses similitudes avec la couche C5c de Fontfaurès en Quercy dans le Lot. Cette série se rattache à un stade évolué du Sauveterrien ancien et pourrait constituer une industrie de transition entre le stade ancien et le stade moyen, ce qui semble être confirmé par les datations au 14C. L’organisation spatiale a pu être définie à partir d’un pôle principal d’occupation concentrant sept foyers appartenant au type simple avec ou sans galets calcaires chauffants. Ils conditionnent l’organisation spatiale et définissent avec les vestiges associés à quatre unités domestiques, dont la contemporanéité a pu être vérifiée sur la base des remontages lithiques. Ces unités sont complétées par des zones périphériques de rejet de faune. Le spectre de la faune est dominé par le sanglier avec 38 % des restes, suivi par le cerf et l’aurochs. Le renard et le chevreuil complètent ce spectre. Seules les petites espèces comme le sanglier, le chevreuil et le renard semblent avoir été consommées sur place. Il semble que nous ayons affaire à une occupation spécialisée dans la chasse des grands ruminants comme le cerf et l’aurochs.

5La troisième phase d’occupation appartient au stade moyen du Mésolithique daté de la première moitié du Boréal, soit des environs de 7800 av. J.‑C. L’industrie lithique, composée de 3 902 pièces, est façonnée dans des proportions sensiblement identiques à partir de la chaille et du silex. L’outillage est largement dominé par les triangles scalènes avec des exemplaires allongés et la présence de triangles de Montclus. Les lamelles à dos occupent une place relativement importante avec 5,1 %, tandis que les pointes à base transversale font également défaut. Leur faible nombre constitue une originalité par rapport aux occupations régionales contemporaines. La série est complétée par seulement deux pointes de Sauveterre. La filiation avec le complexe sauveterrien est marquée par la supériorité des triangles scalènes, par la présence de triangles de Montclus, de pointes de Sauveterre et par le faible nombre de pointes à base transversale. Pour nos régions, le Sauveterrien fait au Boréal, une remarquable montée, partageant le Massif jurassien en deux zones d’influence, l’une à industrie sauveterrienne et l’autre à Mésolithique moyen à pointes à base transversale. Il s’agit de l’occupation la plus extensive dont le caractère morcelé ainsi que l’analyse spatiale tendent à prouver qu’il s’agit de plusieurs petites unités d’habitation apparemment diachroniques. Le spectre faunique, dominé par le cerf et le sanglier, ne révèle pas de caractère spécifique. Cette phase d’occupation a pour particularité d’avoir livré une incinération située à proximité d’un foyer qui, par la présence de restes humains brûlés, correspond vraisemblablement au bûcher. D’un diamètre de 20 cm, elle est constituée de fragments crâniens et d’os longs faiblement brûlés appartenant à un adulte. Ce dépôt est surmonté d’une boulette d’ocre. Il s’agit en l’état actuel de nos connaissances de la plus ancienne incinération connue en France.

6La quatrième phase d’occupation appartient au Mésolithique récent daté de l’Atlantique ancien, soit environ 5600 av. J.‑C. L’industrie lithique, composée de 2 051 pièces principalement façonnées à partir de la chaille, se distingue par un débitage extrêmement régulier obtenu par la percussion indirecte. L’outillage est dominé par les lames et lamelles encochées et denticulées ainsi que par les trapèzes constitués en majorité par des exemplaires effilés dont certains sont assimilables au trapèze de Vielle. L’occupation, partiellement fouillée, révèle les mêmes composantes spatiales avec l’existence d’unités domestiques organisées autour de foyers principalement de type simple. La faune est dominée par l’aurochs dont les proportions représentées ici sont inhabituelles dans ce type de gisement. La composition des restes anatomiques souligne la présence de l’ensemble du squelette à l’exception des vertèbres caudales. La découverte exceptionnelle d’un bucrane confère un caractère singulier à cette occupation. Il semble que nous soyons en présence d’une occupation spécialisée dans la chasse de l’aurochs marqué ici par l’abattage, le dépeçage et le prélèvement de certaines parties anatomiques.

Le Néolithique

7Le Néolithique est représenté par deux phases d’occupations dont la première se rattache au Néolithique moyen I. Deux zones de concentrations de vestiges céramiques, lithiques et osseux, correspondant à des sols d’habitat ou à des dépotoirs, ont été mises au jour au sein d’un paléosol ayant livré quelques structures. Parmi celles-ci, il faut signaler la présence de foyers à plat à pierres de chauffe et celle de deux tronçons d’un (ou deux ?) four(s) à pierres calcaires chauffantes, recoupé (s) par un chenal, l’ensemble s’étirant sur une longueur de 12 m. Deux datations radiocarbones permettent de situer cette première phase d’occupation aux environs de 4600 av. J.‑C. Au plan culturel, l’impact des influences méridionales (Pré-Chasséen, Chasséen ancien) en direction du Nord du Jura semble se préciser aussi bien dans la typologie des mobiliers que dans l’apparition de certaines structures domestiques (fours). Des concentrations de mobiliers, piégées dans un chenal ou conservées à même le sol sous la forme de « dépôts », attestent une réoccupation du site au Néolithique moyen II de type Néolithique moyen bourguignon. Compte-tenu du caractère isolé de ces vestiges, il est difficile de définir le statut de cette occupation.

8Ces données viennent compléter la documentation disponible concernant l’évolution du Néolithique moyen dans les plaines alluviales qui, jusqu’à présent, n’ont pas focalisé les recherches plutôt tournées vers les grottes, les habitats de bord de lacs et les sites fortifiés.

Le Campaniforme et l’Épicampaniforme

9Ces différentes occupations sont illustrées exclusivement par des vestiges matériels issus principalement du remplissage de chenaux.

10Le Campaniforme est attesté par quelques tessons isolés, décorés dans le style « International ». L’Épicampaniforme, correspondant à un stade plus évolué (stade initial du Bronze ancien), est illustré par un niveau de dépotoir piégé dans un chenal ayant livré de nombreux vestiges céramiques, lithiques et osseux. Outre les décors « barbelés » caractéristiques de cet horizon, il faut signaler la présence de motifs de lignes horizontales, de chevrons et de scalariformes incisés ou imprimés au peigne. La découverte de témoins épicampaniformes constitue une information de première importance pour la connaissance de la mise en place des cultures du Bronze ancien et des relations nord-sud au début du iie millénaire av. J.‑C. La chronologie et les affinités culturelles de cette céramique restent toutefois à préciser.

Le Bronze final IIIb

11Cette occupation est illustrée par quinze structures fossoyées et par des concentrations lâches de vestiges inorganisés qui marquent peut-être l’emplacement de l’habitat. Les structures correspondent à de grandes fosses polylobées, à quelques silos et à deux batteries de fours à pierres calcaires chauffantes totalisant un nombre de huit unités. Ces diverses structures ont pour particularité d’avoir livré un mobilier céramique abondant et homogène, datés aux environs de 800 av. J.‑C. Ce corpus de formes, qui manquait jusqu’à présent dans le contexte régional, offre l’occasion d’élaborer une typochronologie pour la période charnière du BF IIIb/Ha C.

12L’interprétation de cet habitat extensif aux structures particulières reste toutefois incomplète et délicate en raison des contraintes dictées par l’emprise autoroutière et de l’absence de plan d’habitation.

13Les occupations mésolithiques de Ruffey-sur-Seille ont permis de constituer une masse documentaire essentiel-

14le qui sera désormais incontournable à l’étude du Mésolithique régional, voire extra-régional. Les conditions exceptionnelles de conservation des vestiges permettent d’aborder le problème du Mésolithique en des termes nouveaux et de rompre avec cette tradition faisant de la typologie l’essence même de cette dynamique de recherche. Les vestiges néolithiques et protohistoriques apportent des informations intéressantes pour la connaissance du Néolithique, du début et de la fin de l’âge du bronze dans le domaine jurassien occidental. Le caractère inédit de certaines phases d’occupation représentées sur le site de « À Daupharde », s’explique par ce cadre particulier d’investigations mais également par la difficulté de reconnaître des occupations dont les indices de révélation sont parfois très ténus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Séara, Véronique Ganard, « Ruffey-sur-Seille – À Daupharde » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26455

Haut de page

Auteurs

Frédéric Séara

Afan

Articles du même auteur

Véronique Ganard

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Frédéric Séara

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Véronique Ganard

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search