Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté1996Projets collectifs de rechercheLithothèque franc-comtoise

1996
Projets collectifs de recherche

Lithothèque franc-comtoise

Projet collectif de recherche (1996)
Responsable d’opération : Christophe Cupillard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1L’année 1996, dernière année du programme trisannuel, a vu la poursuite de la recherche de nouveaux affleurements de silex et des analyses pétrographiques, réalisées par D. Bourgeois, tant sur les échantillons géologiques que sur les séries lithiques archéologiques.

L’étude des affleurements

2Les prospections ont été dirigés plus particulièrement dans les départements du Jura et du Doubs, en liaison avec des programmes de fouille, pour préciser le contexte lithologique de sites archéologiques dont les séries lithiques sont étudiées par ailleurs.

Département du Jura

3Dans le cadre de l’étude des sites mésolithiques de Choisey « L’Ormoy » et de Ruffey-sur-Seille « À Daupharde », réalisée sur le tracé de l’autoroute A39, les efforts ont porté respectivement sur les affleurements jurassiques de la région de Dole et sur ceux de la bordure du Revermont, au nord de Lons-le-Saunier. D’autre part, une prospection fine a été menée sur les affleurements du crétacé supérieur de la bordure du Jura. Ce silex a, en effet, été mis largement à contribution dans la partie sud de la Franche-Comté, du Paléolithique supérieur (grotte Saint-Vincent à Arlay) au Néolithique (sites lacustres de Chalain et Clairvaux-les-Lacs). Il est de plus bien représenté sur les sites mésolithiques de Choisey et de Ruffey-sur-Seille évoqués plus haut.

4Cette opération a consisté en une reconnaissance précise de gîtes disséminés et s’échelonnant de Lons-le-Saunier (Cesancey) à Saint-Julien (synclinal de Lains). Les analyses pétrographiques ont ainsi permis de mieux caractériser ces matériaux et d’étudier leur variabilité pétrographique.

Département du Doubs

5Les prospections ont porté sur les séries du Dogger et du Malm du premier plateau jurassien entre les vallées du Doubs et de la Loue (J.-L. Dousson, P. Berthier). D’autre part, les recherches ont été systématisées dans la haute vallée du Doubs, entre Mouthe et Villers-le-Lac, en relation avec la fouille de l’abri mésolithique et néolithique de « La Roche aux Pêcheurs » (Villers-le-Lac). Dans ce secteur, M. Sobritz, archéologue bénévole, a mis en évidence un important affleurement de silex sur les communes d’Arçon et de Vuillecin, en aval de Pontarlier. Là, certaines formations morainiques bien délimitées livrent d’abondants nodules siliceux : silex marin du Crétacé inférieur et silex lacustre de l’Éocène. Ce dernier, d’excellente qualité, est assez proche du silex lacustre de Haute-Saône daté de l’Oligocène inférieur. Il est à noter que si ce silex lacustre reste exceptionnel dans la haute chaîne, il n’en est pas de même pour le silex du Crétacé inférieur que l’on retrouve dans les formations hauteriviennes ou valanginiennes de la région de Pontarlier (synclinal des Etraches).

L’étude des séries lithiques archéologiques

6Intimement liée à des programmes de fouille ou de recherche, elle a été menée principalement sur des séries mésolithiques et subsidiairement néolithiques.

Le Mésolithique

7En 1996, D. Bourgeois a étudié les séries provenant des sites de Ruffey-sur-Seille « À Daupharde », de Choisey « L’Ormoy » (39 – fouille F. Séara), de Saint-Hippolyte « Baume de Montandon » (25 – fouille J.-F. Piningre 1984-1985), de Vuillecin « Pont Rouge » (25 – site de surface prospecté par M. Sobritz), de Vaire-Arcier (25 – site de surface étudié par J.-L. Dousson).

8De son côté, J. Affolter a examiné les silex de La Longeville « Courbe-Bief » (25 – site de surface prospecté par C. Cupillard) et a poursuivi son étude sur les séries de l’abri de « La Roche aux Pêcheurs » à Villers-le-Lac (25). Les données acquises permettent de préciser la nature des stratégies d’acquisition de la matière première à différentes périodes du Mésolithique et de mettre en évidence, sur les sites stratifiés, des évolutions dans les approvisionnements.

Le Néolithique

9Au début de l’année universitaire 1995-1996, une étude typologique et pétrographique a été lancée sur les haches polies en silex de Franche-Comté (DEA de C. Nolot, UFR lettres, sous la direction de A. Daubigney). Les études réalisées par D. Bourgeois montrent la prééminence du silex lacustre de Haute-Saône ainsi que le rôle non négligeable tenu par le silex crétacé du Bassin parisien. Ces observations confirment le rôle important joué par les minières de silex d’Étrelles dans la production de ces artefacts (Affolter, Cupillard 1995). Signalons enfin qu’une étude pétrographique des silex taillés de la station néolithique de Chalain III, réalisée par J. Affolter, doit paraître en 1997 dans le cadre de la monographie dirigée par P. Pétrequin (édition Maison des Sciences de l’Homme, Paris).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cupillard, « Lithothèque franc-comtoise » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26520

Haut de page

Auteur

Christophe Cupillard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Cupillard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search