Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199525 – DoubsBesançon – Lycée Condé

1995
25 – Doubs

Besançon – Lycée Condé

Fouille préventive (1995)
Responsable d’opération : Corinne Goy
Notice rédigée avec Sylvie Cantrelle et Claudine Munier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1La fouille se situe dans l’emprise du lycée professionnel de Condé, rue d’Arènes ; le Conseil régional de Franche-Comté prévoit de réhabiliter le lycée en rénovant les bâtiments existants et en édifiant une nouvelle construction à l’emplacement de l’ancien gymnase, lieu de l’actuelle fouille. Cette dernière a débuté par un décapage de surface à la pelle mécanique effectué du 28 août au 30 septembre 1995. Depuis le 2 octobre, l’équipe se compose de quatorze archéologues et d’une dizaine de terrassiers embauchés sur le chantier dans le cadre d’un Contrat emploi solidarité (CES) et encadrés par l’association bisontine du GARE (Groupement d’action et de recherche sur l’exclusion). Le travail se poursuivra jusqu’au 28 juin 1996, soit dix mois de fouille pour une superficie de 2 800 m2.

2Les trois sondages de diagnostic réalisés dans le courant de l’été 1994 (sous la direction de Sylvie Cantrelle) avaient permis de mettre au jour une partie de l’amphithéâtre gallo-romain, des maisons médiévales et modernes, ainsi qu’une caserne construite à la fin de l’époque moderne.

Première moitié du xviiie s. – xxe s.

3La caserne de Condé, affectée aux artilleurs, est construite à partir d’avril 1739 d’après les plans de l’ingénieur Querret ; elle comportait à l’origine trois bâtiments : deux pavillons d’officiers donnant sur la place Saint-Jacques (actuels bâtiments du lycée Condé, place Marulaz) et un corps de caserne d’infanterie. Le projet prévoyait également d’autres constructions, comme latrines, égouts ou cantine.

4Du corps d’infanterie, achevé en 1743 et rasé après la dernière guerre mondiale, seule l’extrémité sud se situait dans l’emprise du chantier archéologique. De cette construction, étudiée dans les premiers mois de fouille, n’étaient conservées que les fondations, profondes parfois de 3 m, et une partie du pavage extérieur. Deux égouts maçonnés recouverts de grandes dalles longent le bâtiment. Un mur de clôture peu fondé, orienté nord-sud, sépare la caserne de l’enceinte de Vauban datant de la fin du xviie s. La cantine de la caserne est installée dans une maison sur cave de cette époque, située le long de la rue d’Arènes.

5Dans le courant du xixe s., il semble qu’une partie de l’enceinte soit nivelée et des écuries construites à son emplacement. La maison servant de cantine est alors remaniée.

6Les textes d’archives permettent une approche des différentes étapes de construction de la caserne, ainsi qu’une bonne connaissance de l’aménagement intérieur. Au xviie s., les 1 500 à 2 000 soldats établis à Besançon logeaient chez l’habitant, ce qui représentait un peu plus de 10 % de la population. À la fin de ce siècle, Vauban fait construire des casernes, notamment celles de Saint-Paul et du fort Griffon, ainsi que la citadelle. Dans le premier tiers du xviiie s., la présence de quatre régiments, totalisant 4 500 hommes, nécessite la construction de nouvelles casernes : trois nouveaux bâtiments s’ajoutent à celles de Saint-Paul et on crée celles de Saint-Pierre et celles d’Arènes. Le 11 décembre 1737, l’ingénieur Querret dresse les plans des casernes d’Arènes. Dès l’année suivante, des terrains privés sont achetés pour la construction des casernes ; ils correspondent au périmètre délimité par la place Saint-Jacques, les rues d’Arènes et de la Carotte, ancienne rue qui joignait la place Saint-Jacques à la rue d’Arènes. En avril 1739 la première pierre des bâtiments est posée. Le corps de caserne d’infanterie sera terminé en 1743, les deux pavillons avant 1750. Plusieurs autres constructions sont également prévues : des latrines et des égouts en 1742, une cantine et un mur de clôture en 1744, enfin un bâtiment pour loger une compagnie de mineurs en 1753.

7Le bâtiment destiné à l’infanterie comportait deux étages sur rez-de-chaussée mesurant 37 toises x 10 toises 4 pieds, soit 75 x 22 m (ou 1 650 m2). Le projet de l’architecte Querret prévoit 72 chambres pour loger 864 soldats, c’est-à-dire 4 lits et 12 soldats par chambre, sachant que chaque lit accueillait 3 soldats. Ces chambres sont organisées de part et d’autre d’un corridor central qui traverse le bâtiment dans sa longueur sur les trois niveaux du bâtiment. Chaque chambre comporte une porte d’entrée, une fenêtre et une cheminée et contient – selon les archives – quatre lits garnis (trois draps et une couverture par lit), une table, deux bancs, un porte-arme, une planche à pain, ainsi qu’une crémaillère pour la cheminée.

Époque médiévale et moderne

8À partir de 1688, Vauban fait édifier un vaste système de fortifications dans le secteur d’Arènes. L’enceinte se composait d’une levée de terre, arasée à la fin du xixe s., et d’un mur de soutènement dont les fondations sont visibles en limite ouest du chantier.

9À l’époque moderne, le site de Condé se trouve donc à l’intérieur de la ville, en bordure des fortifications. Les structures en cours de fouille montrent l’existence d’un bâti très dense, organisé de part et d’autre d’une rue orientée sud-est – nord-ouest que les documents d’archives permettent d’identifier à la rue Saint-Jacques, appelée plus tard rue de la Carotte. Il s’agit de maisons sur caves dont les niveaux actuellement étudiés remontent au xve s.

Période antique

10À ce jour, seuls certains vestiges de l’amphithéâtre sont visibles. Ils se situent à l’emplacement d’une des entrées principales de l’édifice, caractérisée par une maçonnerie monumentale et une rue empierrée. Celle-ci est largement perturbée par des inhumations médiévales. L’amphithéâtre avait déjà fait l’objet d’une fouille partielle à la fin du siècle dernier, à l’occasion de l’abaissement d’une courtine des remparts de Vauban. À cette occasion furent également retrouvés les vestiges de la chapelle cimetériale de Saint-Jacques-hors-les-murs, citée dans les textes en 1043 et reconstruite en 1301.

11L’actuelle fouille permettra peut-être d’avancer une date de construction pour l’amphithéâtre et d’étudier les niveaux gallo-romains, largement bouleversés par les aménagements médiévaux et modernes de cette partie de la ville.

Fig. 1 – Fondations de la caserne Condé

Fig. 1 – Fondations de la caserne Condé

Cliché : P. Haut.

Fig. 2 – Vue générale du chantier en cours de fouille

Fig. 2 – Vue générale du chantier en cours de fouille

Cliché : P. Haut.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fondations de la caserne Condé
Crédits Cliché : P. Haut.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Titre Fig. 2 – Vue générale du chantier en cours de fouille
Crédits Cliché : P. Haut.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Goy, Sylvie Cantrelle et Claudine Munier, « Besançon – Lycée Condé » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26533

Haut de page

Auteurs

Sylvie Cantrelle

Afan

Articles du même auteur

Corinne Goy

Afan

Articles du même auteur

Claudine Munier

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Corinne Goy

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search