Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199525 – DoubsBesançon – Rue Charles-Nodier

1995
25 – Doubs

Besançon – Rue Charles-Nodier

Sauvetage urgent (1995)
Responsable d’opération : Corinne Goy

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Les sondages réalisés en 1992 au 21 rue Charles-Nodier par J.-O. Guilhot à l’emplacement d’un garage avec entrepôt avaient révélé des niveaux superficiels modernes très perturbés et des remblais antiques dans un secteur mal connu de la boucle de Besançon, mais qui avait néanmoins déjà livré des éléments de mosaïques (rues Chifflet et Lecourbe). Le service régional de l’archéologie a, de ce fait, demandé une fouille ponctuelle au cours des travaux de construction de l’immeuble d’habitation projeté, en l’occurrence deux sondages profonds de 25 m2 chacun après terrassement des niveaux superficiels perturbés.

2Cette opération a été menée pendant quatre mois (dont deux de terrain) en avril-juillet 1995 avec une équipe de six personnes. L’intervention a été relativement malaisée : la lecture et le relevé photographique des coupes stratigraphiques ont été effectués en lumière artificielle sous la dalle du rez-de-chaussée de l’immeuble en cours de construction ; les sondages de 3 m de profondeur ont dû être réduits à la base pour ménager les banquettes de sécurité ; les crues importantes (du Doubs et de la nappe phréatique) au cours de ce printemps ont beaucoup gêné la fouilles des parties basses malgré le pompage constant.

3La puissance stratigraphique entre le fond de fouilles et la rue actuelle est de 6 m (entre les cotes 237-243 NGF) dont seuls les 4 m de la base ont été étudiés en fouille planimétrique (3 m de couches archéologiques) et en sondage à la tarière (1 m de couches naturelles).

4La première occupation peut être datée de l’époque augustéenne avec un sol en terre, un foyer, un fossé creusé dans les alluvions naturelles (large de 0,40 m pour une profondeur observée de 0,70 m) ainsi qu’une fosse de 0,90 m de diamètre au bord matérialisé avec des pierres. La construction d’un mur construit à la fin du ier s. apr. J.‑C. ne peut être interprétée correctement, étant donné l’exiguïté du sondage. Ces structures sont recouvertes par un épais remblai daté entre la fin du ier s. et le iiie s. Une probable voie empierrée forme le dernier aménagement. L’épaisseur totale des niveaux antiques varie de 1,30 à 1,80 m. Parmi les éléments mobiliers intéressants, il faut signaler un petit ensemble d’os brûlés provenant de la fosse, des fragments d’enduits, dont certains sont peints, datés des années 200, un pot à cuire avec graffiti des environs de 200.

5Les niveaux médiévaux sont totalement absents du site. Les couches romaines cèdent immédiatement la place à un épais remblai d’époque moderne de 1,40 m d’épaisseur en moyenne que l’on peut mettre en liaison avec la réurbanisation du quartier au xviiie s. et la création de la rue Nodier en 1739, derrière l’abbaye Saint-Vincent. Il ne nous est malheureusement pas possible de mieux dater ce remblai pour savoir s’il précède ou accompagne cette urbanisation.

6L’opération de fouilles a été complétée par un travail de recherches en archives sur l’histoire du quartier depuis la fin du Moyen Âge, en particulier pour préciser l’urbanisation du xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Goy, « Besançon – Rue Charles-Nodier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26534

Haut de page

Auteur

Corinne Goy

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Corinne Goy

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search