Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199525 – DoubsClerval – 26 rue de Verdun

1995
25 – Doubs

Clerval – 26 rue de Verdun

Découverte fortuite (1995)
Responsables d'opération : Yves Jeannin et Jean-Jacques Schwien

Entrées d’index

Année de l'opération :

1995

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

découverte fortuite
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La commune, propriétaire de la maison sise au 26 rue de Verdun, a souhaité réhabiliter cette maison au cours de l’année 1995. Il s’agit de l’une des deux maisons du bourg ancien de Clerval possédant encore des colombages et qui ont fait l’objet d’une mention particulière au règlement de la ZPPAU. Il y a été précisé que leur réhabilitation tendrait au dégagement et à la remise en valeur des colombages dans la mesure où, après expertise, il s’avérerait que ces colombages étaient faits pour être vus.

2À la demande de l’Architecte des Bâtiments de France, le service régional de l’archéologie a été amené à y intervenir pour en évaluer l’intérêt scientifique. De prime abord, la maison était d’un intérêt tout à fait secondaire. Elle se présentait comme un appentis adossé au pignon d’une grande maison classique en pierre de taille (1 rue de la Porte de Chaux, xviiie ou xixe s. ?) bien que sans trace visible de percement d’une communication intérieure. Sur le plan cadastral du xixe s., elle n’est pas distinguée de cet immeuble. Elle possède sa propre entrée (rue de Verdun) donnant sur un étroit escalier qui permet de gagner l’étage et le comble. Ce comble en appentis a été rehaussé d’un côté pour l’aménagement d’une chambre (avec lucarne), ce qui confère à l’ensemble de la maison un aspect disharmonieux.

3Une analyse plus attentive a cependant révélé des aspects intéressants. De plan trapézoïdal, elle est construite sur une cave voûtée parallèle à la rue de Verdun et ouvrant, rue Porte de Chaux, par un escalier avec porche en plein cintre dont la mouluration remonte au xve ou xvie s. Cette cave est malheureusement encombrée de canalisations récentes de tous types. Le rez-de-chaussée est enduit extérieurement de ciment noir rendant difficile toute analyse architecturale ; ses baies sont visiblement issues des remaniements du xxe s., en particulier une ancienne vitrine de magasin. Le mur gouttereau de l’étage est en colombage avec un encorbellement sur sablière moulurée d’une baguette ; son hourdis est fait de briques sur-cuites anciennes (préindustrielles). La maison comporte aussi d’un côté un demi-pignon en pierre avec une petite ouverture murée. Le pignon opposé est aligné sur le nu de la façade du 1 rue Porte de Chaux : les premiers sondages dans ce mur ont clairement montré les ancrages des sablières hautes et basses de l’étage à colombage dans le mur gouttereau de la maison mitoyenne ; des enduits successifs y sont discernables avec des cartels de diverses raisons sociales (dont « Hotel » et « Prix Fixe ») ; la fonction commerciale de cet immeuble, bien en vue, fut donc indubitable. La charpente présente des traces d’adaptation de tous types : poutres de sapin et poutres de chêne, chevron sectionné et posé sur une sorte de coyau inversé... La panne faîtière est contreventée alors qu’elle est appuyée sur le mur de la maison voisine. Dans ce mur mitoyen, un curieux alignement vertical de pierres d’attente ne correspond à rien dans notre structure.

4Ce petit immeuble est donc curieux et complexe. À première vue, il apparaît comme une annexe de la grande maison classique mitoyenne. Pourtant la communication paraît problématique : il n’y a pas de correspondance entre les niveaux de l’un et de l’autre. Par contre, le plan de la cave suggère un petit immeuble cohérent ; il en est de même pour la distribution interne.

5À partir de cette analyse architecturale, le Service Régional de l’Archéologie a demandé un décroutage complet de la façade et du pignon enduit. Il a révélé une structure en colombage homogène et bien conservée. Le premier étage de la façade est composé de poteaux verticaux reliant les sablières hautes et basses, le contreventement étant assuré par une traverse horizontale intermédiaire et une croix de Saint-André dans chacun des panneaux ainsi délimités ; la fenêtre d’étage est à encadrement en bois avec feuillure extérieure et trace d’un meneau vertical, l’allège comportant elle aussi une croix de Saint-André. Le pignon quant à lui est formé de simples poteaux verticaux à structure serrée. L’analyse dendrochronologique sur huit échantillons, réalisée par Burghard Lohrum (Ettenheimmünster, RFA), a livré des dates convergentes, la construction se situant au plus tard au printemps 1735. Le curieux encorbellement ainsi que le raccord avec le pignon en pierre (bûchage du corbeau ?) incite à penser que la façade a été déplacée en sous-œuvre lors de la modification du tracé de la Nationale. Il s’ensuit aussi que cet immeuble est antérieur à la maison classique en pierre contre laquelle elle est accolée, bien que leurs relations « stratigraphiques » relatives n’aient pas pu être totalement explicitées.

6Au vu de ces éléments, l’Architecte des Bâtiments de France a conservé visibles les éléments en colombage et supprimé la surélévation du toit.

Fig. 1 – Pignon à pan de bois de l’étage de la maison

Fig. 1 – Pignon à pan de bois de l’étage de la maison

Cliché : Y. Jeannin (SRA).

Fig. 2 – Élément de l’étage côté rue

Fig. 2 – Élément de l’étage côté rue

Cliché : Y. Jeannin (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Pignon à pan de bois de l’étage de la maison
Crédits Cliché : Y. Jeannin (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26539/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Fig. 2 – Élément de l’étage côté rue
Crédits Cliché : Y. Jeannin (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26539/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Jeannin, Jean-Jacques Schwien, « Clerval – 26 rue de Verdun » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26539

Haut de page

Auteurs

Yves Jeannin

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Jean-Jacques Schwien

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Yves Jeannin

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-Jacques Schwien

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search