Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199525 – DoubsSaint-Vit – Les Champs Traversain...

1995
25 – Doubs

Saint-Vit – Les Champs Traversains, nécropole mérovingienne

Fouille programmée (1995)
Responsable d’opération : Jean-Pierre Urlacher
Notice rédigée avec Sophie Manfredi-Gizard et Françoise Passard

Entrées d’index

Année de l'opération :

1995

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département du Doubs

Texte intégral

1Ce site, localisé dans la plaine alluviale du Doubs, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Besançon, fait partie d’un vaste ensemble de vestiges repérés et en partie étudiés, qui témoignent d’une longue occupation des terroirs de fond de vallée depuis le Mésolithique. La nécropole mérovingienne, partiellement reconnue au cours de sondages en 1980, est installée sur un enclos protohistorique à double fossé (Urlacher et al. 1988). Une fouille programmée a débuté en 1995 afin d’analyser le développement de ce cimetière dont la chronologie connue jusqu’ici s’étend entre le milieu du vie s. et la première moitié du viie s.

  • 2 Cette pratique, contemporaine ou légèrement postérieure aux ensevelissements, est couramment observ (...)

2Les structures funéraires permettent de déterminer plusieurs types d’inhumations installées dans des fosses différemment aménagées : chambres funéraires, fosses de dimensions plus modestes avec cercueils ou planches de calages. Le volume des plus importantes peut atteindre une quinzaine de mètres cubes. Plusieurs tombes sont entourées d’un fossé circulaire, fermé ou ouvert et deux autres sont cernées d’un enclos à gros poteaux, peut-être destinés à supporter une superstructure. Les défunts inhumés dans cette partie du site témoignent de classes sociales et d’affinités culturelles bien caractérisées, confirmant les hypothèses mises en avant en 1988. Malgré la pratique quasi-systématique du pillage2, la présence de sépultures de guerriers équipés de plusieurs types d’armes (épée, angon, bouclier, lance, flèches...) et de tombes féminines aux parures caractéristiques (amulettes, châtelaines, peignes) souvent accompagnées de céramiques pourraient ainsi attester l’implantation d’un groupe franc dans ce secteur de la Burgundia.

3Les affinités avec des populations installées dans le secteur de Bâle et dans le Nord de la Franche-Comté sont tout à fait argumentées par les modes de dépôts et d’architecture des sépultures, mais la moyenne vallée du Doubs et ses abords entre Besançon et Dole par exemple témoigne d’un pôle particulièrement attractif au moment de la « francisation » de la Gaule du Nord. Les objectifs de cette fouille, engagée pour plusieurs années, devraient permettre d’affiner le cadre chronologique du peuplement en liaison avec l’expansion franque à partir de 534, puis 561, date à laquelle le royaume franc de Burgondie voit la mise en place de cadres administratifs et politiques francs sur une grande partie des territoires romano-burgondes. La réalisation d’une fouille exhaustive pourra ainsi permettre de mieux appréhender une séquence dont la connaissance repose sur des fouilles souvent anciennes et une observation des structures le plus souvent déficiente, l’un des enjeux étant de comprendre également les caractères du peuplement à partir de l’analyse anthropologique. En outre, l’étude des vestiges de l’âge du Fer notamment mérite une attention toute particulière : l’étude du double enclos d’un diamètre de plus de 60 m et des éventuelles structures annexes sera l’occasion de compléter nos connaissances sur l’occupation de ce secteur et sur l’aménagement de cet ensemble funéraire.

Fig. 1 – La surface décapée en 1995 a permis d’observer différents types de structures funéraires

Fig. 1 – La surface décapée en 1995 a permis d’observer différents types de structures funéraires

Cliché : J.-P. Urlacher.

Fig. 2 – Le peigne en os suspendu à une châtelaine apparaît à Saint-Vit comme un élément caractéristique du costume féminin

Fig. 2 – Le peigne en os suspendu à une châtelaine apparaît à Saint-Vit comme un élément caractéristique du costume féminin

Cliché : S. Gizard.

Haut de page

Bibliographie

Urlacher J.-P. et al. 1988 : Le site néolithique, protohistorique et mérovingien de Saint-Vit (Doubs). L’occupation néolithique, les structures et les enclos protohistoriques du Fossard et des Champs Traversains. II. La nécropole mérovingienne des Champs Traversains, RAE, XXXIX, p. 231-272.

Haut de page

Notes

2 Cette pratique, contemporaine ou légèrement postérieure aux ensevelissements, est couramment observée au cours de la période du haut Moyen Âge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La surface décapée en 1995 a permis d’observer différents types de structures funéraires
Crédits Cliché : J.-P. Urlacher.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 2 – Le peigne en os suspendu à une châtelaine apparaît à Saint-Vit comme un élément caractéristique du costume féminin
Crédits Cliché : S. Gizard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Urlacher, Sophie Manfredi-Gizard et Françoise Passard, « Saint-Vit – Les Champs Traversains, nécropole mérovingienne » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26548

Haut de page

Auteurs

Sophie Manfredi-Gizard

Collectivité territoriale

Articles du même auteur

Jean-Pierre Urlacher

Conseil départemental du Doubs

Articles du même auteur

Françoise Passard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Pierre Urlacher

Conseil départemental du Doubs

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search