Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199539 – JuraChoisey – Parthey

1995
39 – Jura

Choisey – Parthey

Fouille préventive (1995)
Responsable d’opération : Laurent Vaxelaire
Notice rédigée avec Régis Labeaune

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1L’opération de Choisey « Parthey » s’inscrit à l’extrémité nord-ouest du tronçon de l’autoroute A39 reliant Dole à Bourg-en-Bresse. La position en sommet et sur le rebord d’une colline n’a pas permis la conservation des structures qui n’étaient pas ancrées dans le sol naturel. L’érosion des sols non couverts a été encore accentuée par des facteurs anthropiques, comme le prélèvement des matériaux de construction, et l’activité agricole (en l’occurrence la vigne).

2L’étude du site de Parthey, bien que réduit à l’état de « palimpseste », a permis de récolter de nombreuses informations sur la chronologie et l’organisation spatiale des vestiges et des structures. Nous nous proposons, à l’issue du dépouillement de la documentation primaire, d’établir l’inventaire des découvertes, de leurs interprétations directes et d’évoquer les potentialités d’intégration des résultats dans des recherches plus larges.

Les occupations protohistoriques

3Elles couvrent le sommet de la colline et correspondent à trois périodes distinctes :

  • le Bronze final I avec trois structures ;
  • le Bronze final IIIb avec deux structures ;
  • le Hallstatt ancien avec une trentaine de structures.

4Les traces d’occupations concernant le Bronze final (Bf I et Bf IIIb) sont rares et pauvres en mobilier. Les propositions de datation ont été réalisées grâce aux datations 14C et aux éléments mobiliers caractéristiques. Malgré la rareté des structures d’habitat et la pauvreté du mobilier, il est possible d’appréhender l’organisation spatiale.

5Un groupe de fosses se situe en bordure du sommet de la colline, au niveau de la rupture de pente. Ces creusements polylobés, comblés naturellement, font penser à des fosses vouées à l’extraction de carbonates pour l’obtention de dégraissant céramique. Le mobilier associé, rare et très fragmenté, ne nous permet pas d’établir une datation précise. Toutefois, l’absence de mobilier gallo-romain laisse supposer que les fosses ont été comblées avant l’Antiquité. Ces structures contenaient quatorze bois ou fragments de bois de cerf très érodés. Il s’agit de bois de mue dont l’utilisation comme pics est probable.

6L’occupation la mieux représentée est celle datée du Hallstatt ancien, constituée d’une trentaine de fosses-dépotoirs. Une de ces structures contenait, en dépôt, 2,11 m2 de restes de parois en clayonnage. Ces plaques sont identifiées par deux surfaces planes et lisses n’ayant subi qu’une faible cuisson (incendie ?).

7Malgré l’absence de trous de poteaux, plusieurs arguments plaident en faveur d’un habitat sur la colline. Les structures d’extraction sont situées à la rupture de pente, libérant ainsi le sommet de la colline. Les fosses-dépotoirs contenaient de nombreux indices d’activités domestiques ; ce sont, outre des restes de parois, des fragments de meules et un important mobilier céramique. L’érosion très importante du sommet ne permet pas l’élaboration d’un plan précis d’organisation spatiale. L’ensemble de la céramique, découverte principalement dans trois ensembles clos, est très homogène. Parmi les découvertes remarquables, on notera la présence de coupes graphitées ou peintes à bandes rouges et des assiettes excisées, trouvant de nombreux parallèles en Alsace et dans le Bade-Wurtemberg. Les objets en bronze, associés aux ensembles céramiques, sont une pointe de flèche, un rasoir, une lame de couteau et une épingle.

8Ces découvertes apportent de nouveaux éléments sur les influences culturelles qui existaient au début du premier âge du Fer dans cette partie du Jura occidental.

L’occupation gallo-romaine

9Le plan d’un vaste établissement gallo-romain a été mis au jour. Il borde une voie est-ouest ne subsistant qu’à l’état de lambeaux. Le bâti antique couvre une surface de plus d’1 ha et se poursuit au-delà de l’emprise autoroutière à l’ouest. Les démolitions et les prélèvements de matériaux, associés à l’érosion, ne nous en ont laissé que les fondations ou les tranchées d’épierrement. Aucun niveau de sol n’est conservé, à l’exception d’un fond de cave. Il est toutefois possible de distinguer les différentes phases de construction. Les rares éléments de datation, prélevés dans les niveaux d’abandon des structures enterrées, restent imprécis. On situe ainsi la première implantation dans la seconde moitié du ier s. de notre ère, une grande campagne de construction extensive aux alentours de 90-120 et un abandon vers la fin du iiie s. Le bâti gallo-romain présente des évolutions architecturales et des changements d’orientation. Les éléments de comparaison devraient permettre de déterminer la fonction de cet ensemble.

10Les données acquises à la fouille peuvent être confrontées aux résultats obtenus par Gérard Chouquer (CNRS) dans le cadre de sa recherche en photo-carto-interprétation, menée dans cette région du Finage dolois.

Fig. 1 – Les structures gallo-romaines (ier-ive s.)

Fig. 1 – Les structures gallo-romaines (ier-ive s.)

Cliché : P. Nowicki.

L’occupation du haut Moyen Âge

11Elle est représentée par deux ensembles bien distincts par leur nature et leur situation.

12Une nécropole, située en bordure sud de la voie, contre le mur est de l’établissement gallo-romain, avait été mise en évidence au xixe s., lors de travaux agricoles. En 1995, neuf tombes ont été mises au jour sur une surface de moins de 100 m2. Celles-ci, en raison de l’érosion, se situent à 20 cm à peine sous le sol actuel.

13De plus, certains squelettes ont été amputés par les tranchées de vigne. Le mobilier associé est particulièrement pauvre (scramasaxe cassé, plaques-boucles). Chronologiquement, il se situe dans la première moitié du viie s. L’analyse anthropologique, si elle a permis de déterminer l’âge et le sexe des individus, n’a pu indiquer d’éventuels liens de parenté. Une dizaine de mètres en amont (à l’ouest), une structure de type « fond de cabane » a été découverte. Elle contenait quelques fragments de céramique du Val de Saône (type Sevrey) et des charbons de bois. L’analyse 14C de ces derniers date la structure entre 645 et 780 apr. J.‑C.

14Au nord de la voie, un ensemble de vestiges, dont il ne subsistait que des trous de poteaux et des fonds de fosses, a pu être identifié comme étant du haut Moyen Âge. Les trous de poteaux dessinent les plans de six bâtiments se superposant en deux endroits. Ils sont disposés au niveau de la rupture de pente ; le sommet de la colline étant occupé par trois greniers. Aucun élément ne permet de dire si nous possédons l’intégralité de l’occupation. La datation repose sur la découverte de céramiques du Val de Saône (type Sevrey) et une analyse 14C des charbons de bois piégés dans les excavations. La fourchette chronologique obtenue situe une partie de ces vestiges entre la fin du viiie et la fin du ixe s. Le second groupe, constitué de deux bâtiments, peut être daté du début du viie s. et peut donc être mis en relation avec la nécropole et le fond de cabane.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les structures gallo-romaines (ier-ive s.)
Crédits Cliché : P. Nowicki.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Vaxelaire, Régis Labeaune, « Choisey – Parthey » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26567

Haut de page

Auteurs

Laurent Vaxelaire

Afan

Articles du même auteur

Régis Labeaune

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Vaxelaire

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search