Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199539 – JuraÉvans – Cimetière des Sarrazins

1995
39 – Jura

Évans – Cimetière des Sarrazins

Sauvetage urgent (1995)
Responsable d’opération : Nathalie Bonvalot
Notice rédigée avec Pascal Pautrat

Entrées d’index

Année de l'opération :

1995

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Une fouille de sauvetage, précédée par des sondages, s’est déroulée du 18 septembre au 30 novembre 1995 sur l’emplacement d’un cimetière du haut Moyen Âge, préalablement à un projet de construction individuelle, au lieu-dit actuel « Prés du Bois ».

2Afin d’éviter toute ambiguïté, nous avons choisi de conserver le toponyme ancien et usuel, « Sarrazins », nom sous lequel le cimetière est connu depuis les fouilles de Bruand (dix tombes) effectuées au milieu du xixe s. En 1982, trois nouvelles tombes sont dégagées par le propriétaire à la suite de labours profonds. Cependant, ce n’est qu’à partir du sauvetage entrepris à l’automne 1995 que l’on a pu mesurer toute l’importance et l’intérêt du site. Au total, trente-neuf tombes ont été fouillées au cours de cette intervention.

3Situé au sud de la commune d’Évans, en bordure de la départementale RD226, le cimetière des Sarrazins s’est développé selon un axe nord-ouest – sud-est, dicté par la topographie des lieux (pente douce vers le sud). Les tombes organisées en rangées plus ou moins régulières sont orientées sud-ouest/nord-est, perpendiculairement à cet axe.

4Le cimetière comporte deux grands types d’inhumations. Les plus anciennes, rassemblées dans la partie septentrionale, sont constituées par des inhumations en fosses profondes, creusées dans des dépôts fluviatiles. Certaines d’entre-elles ne sont pas sans rappeler les « chambres funéraires » du cimetière des « Champs Traversains » à Saint-Vit (Doubs). Dans ces fosses, les ossements ne se sont pas conservés en raison de l’acidité des sols conjuguée probablement à des problèmes taphonomiques. D’une manière générale, le mobilier métallique y est très corrodé. Les inhumations les plus récentes, en coffres de dalles, de moellons ou en sarcophages, occupent l’extrémité méridionale du cimetière.

5La plupart des sépultures a livré du mobilier (armes, garnitures de ceintures, parures, céramiques...) qui permet de dater les inhumations entre la seconde moitié du vie s. et le troisième quart du viie s.

Fig. 1 – Coffre de dalles

Fig. 1 – Coffre de dalles

Cliché : P. Pautrat (Afan), N. Bonvalot (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coffre de dalles
Crédits Cliché : P. Pautrat (Afan), N. Bonvalot (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bonvalot, Pascal Pautrat, « Évans – Cimetière des Sarrazins » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26577

Haut de page

Auteurs

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Pascal Pautrat

Afan

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search