Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199539 – JuraMarigny – Les Vernois

1995
39 – Jura

Marigny – Les Vernois

Fouille d’évaluation (1995)
Responsable d’opération : Frédéric Prodéo
Notice rédigée avec Sylvie Saintot et Pierre Pétrequin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1La reprise des projets de mise en valeur du patrimoine archéologique du lac de Chalain a motivé la recherche de terrains propres à accueillir un bâtiment d’exposition. Parmi ceux qui s’accordaient avec le projet muséographique et les impératifs de l’aménageur, une parcelle d’environ 2 ha a été retenue, au nord-ouest du lac, pour la réalisation d’une évaluation archéologique. Cette parcelle est inscrite dans le périmètre classé au titre des Monuments Historiques ; à ce titre, la découverte de vestiges était fort probable et justifiait une approche très détaillée.

2La superficie sondée représente environ 20 % de la superficie totale de la parcelle, assurant la bonne fiabilité des résultats acquis.

3Du point de vue géomorphologique, les tranchées perpendiculaires à la pente ont permis de reconstituer la géométrie des dépôts holocènes, en relation avec leurs assises tardi- ou pléniglaciaires. Les repères chronologiques sont fournis par les vestiges archéologiques (silex et céramique principalement) ; ils seront précisés par des datations 14C.

4Trois zones distinctes ont pu être individualisées. À l’est, vers l’aval, les craies lacustres sont recouvertes de dépôts argileux organiques peu développés, dont la mise en place semble débuter au Néolithique final. Au centre, le versant d’une ancienne terrasse fluvio-glaciaire est recouvert de colluvions. Ils ont contribué à fossiliser les dépôts néolithiques et ont enregistré plusieurs phases d’occupation protohistoriques (Hallstatt ancien), sous la forme de fines couches chargées de charbons de bois. À l’ouest, vers l’amont, une ancienne terrasse fluvio-glaciaire domine nettement la plaine inondable. La sédimentation y est peu développée. D’après la découverte de nombreuses structures en creux (fossés, fosses, poteaux), cette zone a été mise à profit, certainement au moment d’une phase de hautes eaux du lac durant le premier âge du Fer, pour l’établissement d’un village. Les sédiments qui scellent la totalité de la parcelle sont caractérisés par de nombreux nodules de terre rubéfiée, en relation avec une pratique de culture sur brûlis contemporaine du bas Moyen Âge. Mais des indices de telles pratiques existent dès les premières phases de colonisation de la zone (iiie millénaire av. J.‑C.), sous la forme de foyers d’essartage inscrits en stratigraphie.

5Des prélèvements en vue d’analyses palynologiques et micromorphologiques sont en cours de traitement au Laboratoire de Chrono-Écologie de Besançon. Ils viendront préciser le schéma mis en évidence sur les seules interprétations stratigraphiques.

6Le Paléolithique supérieur est représenté par un faible nombre de pièces lithiques réparties à la base de la séquence.

7Le Mésolithique semble témoigner d’une fréquentation plus assidue. Tous les sondages ont livré des pièces lithiques attribuables au Mésolithique moyen ou récent (armatures, nucléus, produits lamellaires). Ces témoins se retrouvent généralement à la base de la séquence, en position cohérente par rapport au tableau chrono-stratigraphique. D’autres pièces se répartissent dans les niveaux superficiels et doivent être rapprochées d’une dynamique colluviale ayant érodé des stations réparties en amont de la parcelle.

8Le Néolithique moyen se retrouve sous la forme d’indices épars, souvent en position anachronique. Leur présence est néanmoins significative du fait de la rareté de cette période dans la sériation des occupations littorales.

9Le Néolithique final est représenté par quelques témoins lithiques et céramiques. Leur technologie et typologie (herminette en roche verte, proto-racloir à encoches, céramique dégraissée au granit) peut être rapprochée des séquences Horgen bien attestées dans les niveaux littoraux. La présence de tels témoins pourrait être en relation avec les terroirs agricoles voisins des stations palafittiques.

10L’occupation du Hallstatt ancien se décompose en au moins trois séquences individualisées en stratigraphie. Elle marque l’implantation d’un village sur un point culminant, hors d’atteinte des crues les plus importantes. Les indices céramiques significatifs dans l’optique d’une attribution chronologique fine sont rares et relativement mal conservés. En première approche, le site avec lequel les comparaisons sont les plus convaincantes est celui de Besançon « Saint-Paul ».

11D’après le fort accroissement des dépôts colluviaux durant cette phase de colonisation, il est probable que la recherche de terroirs agricoles ait justifié une importante déforestation. Les prélèvements palynologiques effectués dans les séquences les plus dilatées devraient permettre de vérifier cette hypothèse.

12La période gallo-romaine, à l’instar du Moyen Âge n’est attestée que par des indices très diffus, marquant une faible fréquentation des lieux.

13Dès la fin de la Protohistoire, cette zone conservera un statut de zone agricole.

14L’évaluation menée à Marigny « Les Vernois » a permis d’apporter quelques précisions sur la nature de l’anthropisation riveraine du lac, en amont des craies lacustres. La découverte d’un habitat protohistorique témoigne d’une certaine continuité de l’occupation dans ce secteur, avec des variations latérales d’implantation, en relation avec les battements du niveau du lac.

15En fonction des options architecturales qui seront prises par l’aménageur à la lumière de cette évaluation archéologique, et compte tenu de la densité des témoins archéologiques, une fouille préventive devra nécessairement précéder toute construction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Prodéo, Sylvie Saintot et Pierre Pétrequin, « Marigny – Les Vernois » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26586

Haut de page

Auteurs

Frédéric Prodéo

Afan

Articles du même auteur

Sylvie Saintot

Afan

Articles du même auteur

Pierre Pétrequin

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Frédéric Prodéo

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search