Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté1995Projets collectifs de rechercheLes nécropoles de la région salin...

1995
Projets collectifs de recherche

Les nécropoles de la région salinoise à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer

Projet collectif de recherche (1995)
Responsable d’opération : Véronique Ganard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1La documentation issue des nombreuses fouilles réalisées depuis le xixe s., permet d’évaluer à plus d’une soixantaine le nombre des tumulus explorés dans la forêt des Moidons et ses environs immédiats. Depuis 1993, les contrôles de terrain ont permis de recenser quatre-vingt-un tumuli fouillés partiellement ou en totalité. Les nécropoles des Moidons et de Parançot sont implantées dans la partie occidentale du plateau, coïncidant étroitement aux affleurements du Bajocien moyen. Une relation avec le milieu forestier, à l’écart des terroirs agricoles actuels installés sur des placages argilo-limoneux, permet de s’interroger sur la représentativité de cette localisation et sur l’existence de tertres arasés de longue date sur les terroirs cultivés. Trois ensembles situés en zone agricole font toutefois exception : les tumuli de Chilly, celui du « Champ-Peupin » sur la bordure orientale des Moidons et les deux tertres anciennement fouillés et non documentés d’Ivory « Château-Farlantin ». Cette situation n’a pas évolué depuis près d’un siècle, si l’on se fonde sur la documentation et les publications anciennes.

2Le plan général des nécropoles montre une nette différence dans l’organisation des tumulus entre le groupe de Parançot et celui des Moidons. Le premier ensemble se répartit suivant un semis presque régulier d’orientation nord-sud, sur une longueur de 1 800 m et une largeur de 750 m. Les tertres sont très espacés les uns des autres, entre 95 et 400 m. Un seul groupe de trois tumulus distants de 25 m environ peut être signalé. Inversement, les tumulus des Moidons reflètent une répartition très différente : l’espacement moyen, beaucoup plus faible, est accentué par la présence de fréquents regroupements comprenant deux à quatre tumulus. Cette disposition se distingue enfin de l’organisation groupée des tumulus du Bronze final IIIb/Hallstatt C, que ce soit dans notre région d’étude ou plus généralement sur les plateaux du Jura et dans la Combe d’Ain.

3Topographiquement, les tumulus présentent plusieurs types d’implantations. Ces situations impliquent la recherche d’une position élevée mais où la situation dominante n’est pas systématique. Les tertres situés en position dominante semblent refléter deux tendances. On y retrouve fréquemment des tertres du Hallstatt D à mobilier riche, de volume souvent important, ou des tertres du Bronze ancien. La nature du sol dans l’environnement immédiat des tumulus se répartit équitablement entre les substrats calcaires à faible couverture sédimentaire et les sols argileux plus profonds. Ils excluent toutefois les zones de lapiaz dénudés et accidentés ainsi que les vastes étendues planes aux sols argileux profonds. Les quelques tertres faisant exception se distinguent par leur chronologie ou leur sépultures particulières. C’est le cas des tumulus de la fin du Bronze final ou ceux du Hallstatt D à sépulture riche. On peut ainsi envisager une délocalisation des nécropoles au Hallstatt D vers des terroirs moins utilisables pour l’agriculture, consécutifs à une extension des défrichements et à une pression démographique ?

4Si les contrôles de terrain ont apporté des compléments substantiels sur l’implantation des tertres et sur leur organisation, la documentation concernant leur structure est en grande partie redevable aux informations issues des fouilles anciennes. Les prospections ont toutefois permis de préciser quelques aspects concernant les matériaux ou l’emprise au sol de ces monuments. Nous avons précédemment souligné une certaine systématique dans le choix des matériaux utilisés pour la construction des tumulus :

  • l’utilisation de dalles et plaquettes calcaires disposées en écaille caractérise bien les tertres du Hallstatt D dans leur grande majorité ;
  • la présence de structures périphériques ou concentriques apparaît à plusieurs reprises sous la forme de couronnes de dalles dressées ou de murettes ;
  • enfin, la structure interne laisse apparaître aussi d’autres aménagements particuliers en relation avec certaines sépultures, ainsi que des rehaussements du tertre. Avant les dernières fouilles des tumulus de Parançot 18 et 19, ces dispositifs périphériques semblaient distinguer exclusivement des tertres à sépultures riches du Hallstatt D ou des tumulus du Bronze ancien. La présence d’aménagements comparables sur les tertres nouvellement fouillés, qui ne se distinguent pas par des sépultures de richesse particulières, permettent de nous interroger sur l’existence d’autres aménagements périphériques ignorés par les fouilles anciennes. Enfin, les tumulus en terre sont peu nombreux et se distinguent par leur datation du Bronze final ou par la particularité de certaines sépultures : tombes à char, parure en or. Plusieurs paramètres peuvent intervenir dans ce choix. Celui d’une relation directe avec le terrain environnant ne se vérifie pas totalement. Si les tertres en terre sont tous implantés en milieu argileux, la réciproque ne se vérifie pas et bon nombre de tumulus situés dans de tels contextes sont en dalles. Il semble donc y avoir un choix délibéré dans les matériaux de construction.

5Les mobiliers de quatre-vingt-dix-neuf sépultures identifiables provenant des nécropoles de la région salinoise ont été répertoriés. Ils ont permis, avec d’autres ensembles funéraires du Jura et du Bassin supérieur de la Saône, d’élaborer une périodisation à l’aide d’une matrice diagonalisée de soixante-douze types de parures et d’objets sélectionnés. Il a ainsi été possible d’insérer dans cette chronologie des ensembles funéraires ne possédant qu’un seul type caractéristique de l’une de ces phases. Ainsi, soixante-neuf ensembles, soit un peu plus des deux-tiers des sépultures parées, ont pu être situés chronologiquement ; ce qui est important pour les phases récentes (Hallstatt D2/D3, La Tène A) où le nombre des parures funéraires par ensemble diminue sensiblement et se résume souvent à un bracelet ou une fibule isolée. Si l’identification des sépultures féminines parées ne pose guère de problèmes sur la base de parures caractéristiques, nous constatons une sous-représentation des sépultures masculines identifiables à partir du seul mobilier spécifique (armement, rasoir). Il conviendra d’accorder ultérieurement une attention particulière, autant que faire se peut, dans l’identification anthropologique des sexes des inhumations sans mobilier et à mobilier unique, notamment les fibules qui représentent le tiers de cette catégorie.

Fig. 1 – La Châtelaine, tumulus 1 : parure d’une sépulture féminine, premier âge du Fer

Fig. 1 – La Châtelaine, tumulus 1 : parure d’une sépulture féminine, premier âge du Fer

Dessins : V. Ganard.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La Châtelaine, tumulus 1 : parure d’une sépulture féminine, premier âge du Fer
Crédits Dessins : V. Ganard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Ganard, « Les nécropoles de la région salinoise à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26701

Haut de page

Auteur

Véronique Ganard

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Véronique Ganard

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search