Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199425 – DoubsThoraise – Camp militaire

1994
25 – Doubs

Thoraise – Camp militaire

Sauvetage urgent (1994)
Responsable d’opération : David Watts
Notice rédigée avec Nicolas Meyer

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1L’école des ponts du 19e Régiment de Génie est située dans un méandre du Doubs, sur l’emplacement d’un habitat protohistorique (Pétrequin 1970) et d’une villa gallo-romaine (Jeannin 1972). Le projet de construction de quatre hangars et d’un petit bâtiment, sur environ 30 000 m2, a nécessité un diagnostic archéologique lourd, dans l’enceinte du camp. Une série de tranchées de diagnostic a été entreprise. Mais vu le mauvais état de conservation des vestiges, une série de décapages a été effectuée puis une fouille a été réalisée dans le but de lever la contrainte archéologique dans l’emprise des futurs aménagements. Afin d’établir des relations entre les vestiges et les découvertes anciennes, l’aménageur a autorisé la réalisation de sondages ponctuels hors emprise.

L’occupation protohistorique

2Trois fosses, un vase de stockage et un four de type polynésien ont été découverts.

3Une importante excavation d’environ 6,8 m de diamètre et de 1 m de profondeur présentait deux comblements différents : un colluvionnement de terre argilo-sableuse brune et trois poches de terre cendreuse, qui contenaient de nombreux tessons de céramiques, une épingle en bronze et quelques ossements d’animaux incinérés. Deux autres petites fosses ont été également mises au jour. Leurs comblements sont comparables, constitués de terre brune foncée, ils contenait des tessons de céramiques, des ossements d’animaux et quelques charbons de bois. La fonction primaire de ces fosses est inconnue. Dans un second état, elles ont servi de dépotoirs.

4Lors du décapage, est apparu un vase protohistorique en partie effondré sur lui même. Ce récipient était visiblement enterré volontairement. Bien qu’il s’agisse probablement d’un vase de stockage, aucun taxon carpologique n’a été retrouvé lors du tamisage de son contenu.

5Un four de type polynésien a été également mis en évidence (fig. 1). Il se présentait sous la forme d’une excavation de plan plus ou moins rectangulaire, de 3,10 m de long, 1,30 m de large et de 0,30 m de profondeur aux parois rubéfiées.

Fig. 1 – Four polynésien

Fig. 1 – Four polynésien

Cliché : D. Watts (Afan).

6Une première étude sommaire de la céramique découverte dans ces cinq structures protohistoriques, permet de les dater du Bronze Final IIIb.

L’occupation gallo-romaine

7Au centre du camp, les structures gallo-romaines, fortement arasées par des terrassements militaires, sont semblables. Il s’agit de longs murs (longueur 160 m, 170 m, 63 m repérés) conservant les mêmes orientations. Les quelques sols conservés correspondent tous à des aires extérieures de circulation. Nous sommes donc visiblement en présence de murs de clôture de la villa ou de cours. Les quelques fragments de céramique recueillis ne permettent pas de proposer de datation pour ces vestiges.

8Au nord-ouest du camp un décapage a permis de mettre au jour des vestiges mieux conservés que dans les autres secteurs. Trois bâtiments de dimensions identiques (21,5 m par 10,3 m) ont été mis en évidence. Ces structures possèdent d’importantes fondations d’au moins 4 m de profondeur. La taille des bâtiments, la largeur des murs (0,65 m) et la configuration géologique expliquent difficilement de telles excavations. Le module de base de leur plan est composé de deux unités rectangulaires de même dimension, placées de part et d’autre d’une unité centrale. Ces trois bâtiments sont reliés entre eux, au nord-est, par un mur en moellons, qui se poursuit au delà de l’ensemble vers le nord-ouest (110 m repéré).

9Trois cours différentes ont été individualisées dans ce secteur.

10La première, localisée au nord-est du bâti, présente un léger pendage vers le nord-est. Une seconde cour, de dimensions plus réduites, a été mise en évidence entre les bâtiments. Son sol disparaissait progressivement vers le sud. La communication entre les deux cours était assurée par un passage de 2 m de large, percé dans le mur de séparation.

11Un troisième sol de cour a été repéré au nord-ouest du bâtiment 3 à la limite de la zone.

12Cet ensemble correspond, donc, de nouveau à un espace de clôture de la villa. D’après le mobilier recueilli, l’occupation de ce secteur remonte jusqu’au milieu du ier s. de notre ère et ne dépasse pas le milieu du iie s.

13Depuis les opérations de 1969, il est clair que cette partie du méandre est occupée par une importante villa gallo-romaine. Les vestiges repérés occupent un secteur d’environ 850 m de long sur 250 m de large, soit 20 ha. Par sa superficie et par la richesse de certaines de ses constructions (mosaïques, successions d’exèdres), la villa de Thoraise est à classer dans la catégorie des grands domaines ruraux gallo-romains.

14Les constructions gallo-romaines les plus anciennes, sont celles fouillées en 1994. Elles sont occupées dès la deuxième moitié du ier s. de notre ère. Des bâtiments, de plans comparables ont été repérés le long du Doubs en 1970. En admettant la contemporanéité de ces structures, les parties connues de la villa primitive s’organiseraient selon un axe de symétrie sud-est nord-ouest. Des petits bâtiments de module semblable délimitent visiblement un espace de 175 m de large, de longueur inconnue, correspondant certainement à une cour. Ce type de plan, maintenant bien connu, est caractéristique des grands domaines.

15À partir des découvertes de 1970 et de 1994, trois autres cours, délimitées par des murs, ont été identifiées au sud-est de cet ensemble. Dans l’angle d’une de ces cours, en 1970, plusieurs pièces luxueuses d’un bâtiment ont été fouillées (Lerat 1972). Elles étaient reliées à un ensemble thermal, par une construction à exèdres. D’après les monnaies et les mosaïques, ce secteur aurait été occupé au iie s. En bordure de la cour primitive, un second ensemble thermal a également livré des monnaies du iie s. (Jeannin 1972). Toutes ces structures respectent l’orientation de la villa primitive du ier s. Il n’est pas à exclure qu’au moins une partie existait déjà à cette époque.

16Au iie s., la villa occupe au minimum 20 ha et comprend au moins quatre cours et neuf corps de bâtiments.

17La présence de monnaies du iiie et du ive s. laisse entrevoir une occupation tardive de la villa. Des aménagements du ive s. ont été fouillés dans les seconds thermes1. Plusieurs bâtiments, découverts en 1970 et en 1994 ne respectent pas les axes présumés de la villa. Il pourrait s’agir d’un changement d’orientation de la villa dans l’antiquité tardive. La présence de monnaies de cette époque dans une des constructions confirmerait cette hypothèse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Four polynésien
Crédits Cliché : D. Watts (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Watts, Nicolas Meyer, « Thoraise – Camp militaire » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26723

Haut de page

Auteurs

David Watts

Afan

Articles du même auteur

Nicolas Meyer

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Watts

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search