Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199325 – DoubsMontbéliard – Parking de Velotte

1993
25 – Doubs

Montbéliard – Parking de Velotte

Fouille préventive (1993)
Responsable d’opération : Corinne Goy

Entrées d’index

Année de l'opération :

1993

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1En raison d’un important projet immobilier dans le secteur Gare-Alliés-Velotte à Montbéliard, des sondages d’évaluation archéologique ont été effectués en 1990 et 1991. Ils ont démontré l’importance historique de cette zone par la découverte de vestiges d’habitats des xiiie et xive s. détruits par un incendie.

2L’actuelle campagne de fouilles, débutée le 13 avril 1993 pour une durée de neuf mois, s’est effectuée en deux phases de 1 500 m2. Cinq archéologues et un dessinateur recrutés par l’Afan assuraient le suivi des travaux, secondés par dix ouvriers de fouilles employés dans le cadre de Contrats Emploi Solidarité.

3Le chantier se situe en limite du bourg Saint-Martin, quartier de Montbéliard créé au xiiie s. Les textes anciens offrent peu de renseignements relatifs à ce quartier. Quelques mentions plus récentes concernant la rue de Velotte (1482) signalent des réparations effectuées sur le rempart, ou la présence d’une fontaine (1438) et d’un puits, sans les situer précisément.

4Les informations recueillies dans la première phase du chantier illustrent trois thèmes principaux : la topographie urbaine, l’habitat et les techniques de construction, ainsi que l’étude du quotidien grâce au mobilier.

La topographie urbaine

5Le secteur fouillé correspond à l’extension du quartier au xve s. avec déplacement de la muraille. L’habitat est limité à l’est par une double enceinte et à l’ouest par la rue de Velotte. Le rempart connaît deux phases de construction : un premier mur en pierres grossièrement équarries enduit d’un mortier à la chaux est bordé sur l’extérieur de la ville par une double palissade, constituée de pieux de chêne reliés par un treillage de branches souples. Cette palissade sert à stabiliser le terrain argileux ; elle est surmontée par une sorte de contrefort en pierres sèches. Peu après un deuxième mur, parallèle au premier et de facture plus grossière, sera édifié pour renforcer le système défensif de Montbéliard.

L’habitat et les techniques de construction

6L’occupation du site au xve s. est assez dense. Les maisons en terre et en bois sont fondées sur solins de pierres, hormis le mur de façade, large de 1,20 m, qui est maçonné et fondé très profondément. Elles comportent de grandes pièces en longueur bordant la rue de Velotte qui étaient sans doute destinées au stockage, alors que les pièces de dimensions plus réduites, accolées au rempart, constituaient l’habitat proprement dit.

7Occupant un espace plus restreint, les maisons du xvie s. seront construites en pierres tandis que perdurent des maisons en pans de bois.

L’étude du quotidien : le mobilier

8Si les niveaux du xve s. ont livré très peu de vestiges mobiliers, deux dépotoirs des xvie et xviie s. ont fourni quantité d’objets de la vie quotidienne.

9Des latrines (?) appartenant au bâtiment du xvie s. étaient comblées par un résidu très humide qui a permis la bonne conservation des matières organiques. Ainsi, on a pu recueillir des objets en cuir (semelles de chaussures) ou en bois (cuillère, fourreau de couteau, montant de fenêtre...), des fragments de tissu et des macro-restes (noyaux et pépins de fruits, coquilles de noix et de noisettes).

10Le vaisselier est illustré par des céramiques culinaires (pots à cuire, poêlon, couvercle) et par des terrines servant à la préparation des aliments. Ce dépotoir domestique a également livré des objets métalliques : trousseau de clés, support de lampe, dé à coudre, épingles, éléments d’attache pour les vêtements. Le verre est très bien représenté : flacons, bouteilles, verres à boire et verres à vitre sont actuellement en cours d’étude. Ce mobilier est daté de la deuxième moitié du xvie s.

11Le second dépotoir quadrangulaire (6 m x 4 m), creusé à même le sol, pourrait correspondre à l’emplacement de la fontaine de Velotte. Son comblement date du début du xviie s. et le mobilier est ici plus fragmentaire ; le contexte a également permis la préservation des objets en bois (boules de jeu, montant d’échelle, pièces d’assemblage...). La céramique présente des formes plus diversifiées que dans le premier dépotoir : pots à cuire, terrines, poêlons, salières, bols, carreaux de poêle et pots à plante aux armes de Montbéliard. Le mobilier métallique, également bien représenté, se compose de couteaux, de clés, de pointes de flèches, de carreaux d’arbalètes, etc. En revanche le verre y est très rare.

Fig. 1 – Trousseau de clés

Fig. 1 – Trousseau de clés

Seconde moitié du xvie s.Dessin : J. Gelot.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Trousseau de clés
Crédits Seconde moitié du xvie s.Dessin : J. Gelot.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/26851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Goy, « Montbéliard – Parking de Velotte » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26851

Haut de page

Auteur

Corinne Goy

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Corinne Goy

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search