Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199390 – Territoire-de-BelfortSaint-Dizier-l’Évêque – Église

1993
90 – Territoire-de-Belfort

Saint-Dizier-l’Évêque – Église

Sauvetage urgent (1993)
Responsable d’opération : Yves Jeannin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Lieu de pèlerinage populaire aux confins de l’Alsace et de la Franche-Comté, l’église de Saint-Dizier doit son nom et sa célébrité à l’évêque pèlerin qui, victime de brigands non loin de là, y fut inhumé en compagnie de son diacre Rainfroi, vers la fin du viie s., comme le relate un récit du début du ixe s. Donnée par le comte Eberhard à l’abbaye de Murbach, dès l’année 737, la basilique établie sur le tombeau de saint Dizier est finalement rebâtie au xie s. Remaniée à l’époque romane, rhabillée à la mode gothique, modifiée à l’époque classique, l’église est restaurée au xixe s. Elle est inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1926. L’intervention archéologique de 1993 a été rendue nécessaire par l’installation d’un dispositif de chauffage avec chaufferie extérieure. L’opération comportait deux tranchées qui, dans ce site sensible, nécessitaient plus qu’une simple surveillance.

2Tracée dans l’axe de la seconde travée, perpendiculairement à la nef, la tranchée principale a recoupé un mur continu arasé, qui sépare la nef du collatéral nord et sur lequel reposent les piliers des arcades.

3La fouille a montré que le collatéral nord ne présente qu’un remblai de faible épaisseur qui recouvre un sol naturel en pente régulière jusqu’à affleurer, sous le mur gouttereau, le niveau de foulée actuel de l’église. Le mur gouttereau nord repose donc directement sur le rocher, sans trace de tranchée de fondation. La fouille du remblai archéologique du collatéral a révélé, presqu’en surface, les restes d’une réduction funéraire contenue dans un coffre en bois (traces charbonneuses) et des fragments d’ossements dispersés.

4Dans la nef, la couche archéologique plus puissante était surmontée d’une succession de niveaux bétonnés appuyés au mur, qui ont dû correspondre à des sols successifs. Horizontal, le sol supérieur en béton blanc portait, au voisinage du mur, des traces de lissage à l’aide d’un fin mortier de tuileau formant une infime pellicule discontinue de couleur rouge. Scellée par les sols bétonnés, à l’extrémité sud de la tranchée contre l’allée centrale de la nef, une sépulture a été rencontrée et partiellement dégagée; établie dans le remblai, elle reposait sur le sol naturel. Le seul mobilier archéologique retiré de la fouille de la nef consiste en petits fragments de tuiles romaines (tegulae et imbrices) épars dans le remblai.

5Quant au mur arasé retrouvé entre les piliers, sa largeur débordait légèrement celle de ces derniers. Les deux assises conservées étaient disposées en hérisson incliné et contrarié (arête de poisson). Il était confectionné en moellons calcaires débités sans forme particulière, liés par un mortier de chaux et sable, un lit de mortier horizontal recouvrant chaque assise. Des lambeaux d’une troisième assise étaient formé de moellons disposés à plat sur le dernier niveau du hérisson. La position de ce mur nous a incité à vérifier sa correspondance éventuelle avec d’autres éléments connus de l’église reconstruite au xie s.

6L’examen des élévations conservées dans les combles a permis, en effet, d’y raccorder la section dégagée en fouille, montrant ainsi que l’édifice du xie s. forme encore l’ossature de l’église, au moins en ce qui concerne la nef. Des adjonctions romanes ultérieures ont été greffées à chaque extrémité du vaisseau conservé (clocher, transept). La transformation en église gothique (xvie s. ?) n’a été qu’un habillage de la structure primitive. Cette fouille ouvre ainsi des perspectives inattendues sur l’intérêt architectural de l’édifice et de ses transformations.

7Autre enseignement de cette fouille, l’influence du pendage du substrat rocheux sur l’aménagement intérieur de l’édifice (pente du nord vers le sud). Ce pendage se traduisait par une dénivellation prononcée entre le collatéral et la nef (on sait que les travaux de décaissement de 1853 ont remis de niveau nef et bas-côtés). Le mur retrouvé devait donc être surmonté d’un emmarchement pour compenser cette différence de niveau.

8La présence générale, dans les couches archéologiques, de débris de tuiles antiques et d’un menu morceau de sigillée semblent témoigner de la présence d’un site gallo-romain très proche et confirment en tous cas l’existence d’une occupation dans l’Antiquité tardive et l’époque mérovingienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Jeannin, « Saint-Dizier-l’Évêque – Église » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/26909

Haut de page

Auteur

Yves Jeannin

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yves Jeannin

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search