Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199025 – DoubsBesançon – Hôtel de la Région

1990
25 – Doubs

Besançon – Hôtel de la Région

Sauvetage urgent (1989-1990)
Responsables d'opération : Sylviane Humbert et Laurent Vaxelaire

Texte intégral

1Suite à la décision du Conseil régional de Franche-Comté de construire un parc de stationnement dans la cour de l’ancien collège Saint-Jean, à proximité du square Castan et de la « Porte Noire » (fig. 1), les travaux de terrassement ont entraîné la mise au jour de soubassements d’édifices monumentaux groupés dans la partie sud de la cour (fig. 2). Des sondages complémentaires ont permis d’évaluer le potentiel archéologique de la partie nord : quatre phases d’occupation du milieu du ier s. au ive s. apr. J.-C. ont été observées ; aucun niveau de La Tène finale ou augustéen n’a été découvert.

Fig. 1 – La ville gallo-romaine et les dernières interventions archéologiques

Fig. 1 – La ville gallo-romaine et les dernières interventions archéologiques

DAO : J.-O. Guilhot, d’après Guilhot, Goy 1990.

Fig. 2 – Plan d’ensemble des structures mises au jour en 1989 et 1990

Fig. 2 – Plan d’ensemble des structures mises au jour en 1989 et 1990

Dessins : S. Humbert, L. Vaxelaire.

Milieu du ier s. apr. J.-C.

2Cette première phase n’a pas été repérée dans la zone sud de la fouille où les importants travaux, réalisés lors des phases suivantes, ont fait disparaître toute trace d’occupation. La zone nord, en revanche, a livré les témoins d’une occupation à partir du règne de Claude avec habitat (sol de graviers et fosse), voie (petits galets) et un mur (largeur : 0,86 m ; hauteur de fondation : 1,90 m) formant un angle d’environ 130° (fig. 2, no 1), appartenant peut-être à un ensemble monumental en relation avec la première phase de construction du nymphée (square Castan).

Fin du ier s., début du iie s. apr. J.-C.

3D’importantes structures monumentales, appartenant à deux édifices différents, ont été mises au jour dans la partie sud de la cour.

4L’aqueduc (fig. 2, no 5) : la partie extérieure de l’ouvrage a été dégagée, ce qui permet de confirmer son tracé déjà connu. Venant des sources d’Arcier, à environ 10 km de Besançon, il longe la colline de la Citadelle pour aboutir au castrum divisiorum du square Castan. La voûte du conduit est formée de pierres très grossièrement équarries, disposées verticalement et prises dans du mortier. L’intérieur du conduit (largeur : 0,80 m ; hauteur : 1,60 m) est dans sa partie inférieure recouvert d’un mortier de tuileau étanche. Aucun élément nouveau n’a été découvert lors de cette fouille apportant quelque précision quant à la datation de l’ouvrage. La plus haute date émise jusqu’à présent est donnée par une monnaie de Vespasien.

5Les fondations du mur de scène du théâtre (fig. 2, no 6) : d’orientation est-ouest, le mur est conservé sur une longueur de 15,50 m et sur 3,25 m d’élévation, il mesure 2,30 m de large. La maçonnerie est en petit appareil, les moellons sont assises, à joints croisés et liés au mortier. Les logements des premiers boulins, qui supportaient les échafaudages, apparaissent à 2,60 m de la base du mur. Aucun élément mobilier ne permet de préciser la date de construction de ce mur, cependant la belle facture du parement, comparable à celle des murs de l’amphithéâtre (situé sur la rive droite du Doubs), laisse supposer un édifice d’époque flavienne.

6La découverte de ce mur apporte un élément essentiel qui, ajouté aux murs rayonnants découverts en 1986, vient corroborer l’hypothèse identifiant ces structures à celles du théâtre de la ville antique. Disposant à présent de données plus abondantes, on peut tenter une restitution du plan d’un édifice de 70 m de diamètre construit à flanc de colline et surplombant le temple du square Castan (fig. 1).

7Au nord des fondations du mur de scène, les sondages ont permis de découvrir une voie constituée d’un blocage de gros galets recouvert d’une couche de petits galets pris dans du mortier (fig. 2, no 3). Cette voie encadrée par deux murs en petit appareil, de même orientation que le mur de scène, devait permettre l’accès aux portiques, entrées et autres infrastructures situées habituellement en avant du mur de scène d’un théâtre antique.

Fin du iie s., début du iiie s. apr. J.-C.

8La plus grande partie de la zone sud est occupée par les fondations d’un édifice construit par-dessus l’aqueduc (fig. 3) ; elles ont nécessité trois techniques différentes :

  • le petit appareil (fig. 2, no 4a) : l’essentiel du massif est constitué d’une maçonnerie composée d’un noyau de pierres et de mortier contenu par deux parements en petit appareil formant plusieurs semelles superposées ;
  • des plates-formes en grand appareil (fig. 2, no 4b) : l’angle nord-est du massif et le franchissement est de l’aqueduc sont renforcés par des plates-formes constituées de deux assises de blocs de remploi en grand appareil. Des crampons de fer, en pi scellés au plomb, assurent les liaisons horizontales entre les blocs ;
  • des arcs de décharge (fig. 2, no 4c) : à l’ouest, le franchissement de l’aqueduc est assuré par une série d’arcs clavés dont il subsiste, côté sud, cinq piles perpendiculaires au conduit.

Fig. 3 – Vue d’ensemble des soubassements monumentaux et de l’aqueduc d’Arcier

Fig. 3 – Vue d’ensemble des soubassements monumentaux et de l’aqueduc d’Arcier

Cliché : S. Humbert.

9Le soin apporté à la solidité de ces fondations (largeur de base : 4 m) laisse supposer une construction importante pour un édifice monumental. Aucune élévation hors sol n’est conservée, ce qui ne facilite pas la compréhension de cette structure et nous ne pouvons formuler que quelques hypothèses : rempart du Bas-Empire, temple ou reconstruction du mur de scène du théâtre ? Dans la zone nord, deux murs importants ont été mis au jour (fig. 2, no 2). La présence de chaînage en grand appareil, inséré dans leur maçonnerie, révèle leur fonction « porteuse » peut-être d’une enceinte ou d’un portique en liaison avec l’édifice fondé sur le grand massif. Une deuxième hypothèse consisterait à les interpréter comme des murs de soutènement de terrasse. Tous les niveaux perturbés par ces constructions contiennent de la céramique de la fin du iie s. apr. J.-C.

Bas-Empire

10Cette occupation est uniquement représentée par une fosse située au nord du grand massif de fondation. Une monnaie de Constance permet d’en situer le remplissage au Bas-Empire.

11Bien qu’effectuée dans des conditions difficiles, cette campagne a donné lieu à d’importantes découvertes qui, un siècle après celles de Castan, sont essentielles pour une meilleure interprétation du centre monumental antique. La découverte du mur de scène autorise enfin la localisation précise du théâtre de la ville que Castan pensait avoir mis au jour sous l’ancienne place Saint-Jean. La fonction du massif de fondation reste hypothétique, mais la facture relativement tardive de cet ouvrage, son importance et sa proximité avec le nymphée relancent la recherche sur ce secteur de la ville antique.

12L’intervention au printemps 1990 s’inscrit dans le même programme (l’aménagement du parking mais au cours de la seconde phase de réalisation, des rétentions d’eau ont nécessité un drainage par surcreusement, mettant au jour et en péril d’autres structures gallo-romaines sous-jacentes au niveau de base du parking (fig. 1). À l’extrémité est du quadrilatère de 250 m2 qui faisait l’objet du sauvetage, ce sont les restes d’un habitat à flanc de colline qui ont été découverts. La partie de bâtiment dégagée montre deux pièces contiguës bordées à l’ouest par un couloir (8) d’une largeur de 1,50 ni. La pièce sud (2,50 x 3 m) a révélé les traces d’un plancher et d’un foyer domestique. L’autre salle (9) comportait un sol en terrazzo décoré en son centre d’un médaillon en mosaïque noir et blanc dont il ne subsiste qu’un modeste fragment (0,50 x 0,20 m) de triangles d’une frise périphérique. Les maçonneries fondées en pierre étaient, pour leur partie supérieure, constituées de matériaux périssables (terre et bois), à en juger par le bétonnage lissé qui surmonte la fondation et la démolition recouvrant les niveaux de sols. La datation établie en fonction de la céramique donne pour ce bâtiment une fourchette chronologique allant du milieu du ier au milieu du iie s. de notre ère.

13Dans la seconde moitié du iie s. (Marc-Aurèle), la physionomie du quartier est transformée et la pente de la colline est aménagée en terrasses. Sur l’une de ces terrasses, on édifie un bâtiment de dimensions respectables dont une partie a été fouillée (17 x 15 m environ). Cette construction se caractérise par la présence de nombreuses structures de chauffage par le sol (hypocaustes) et celle d’une mosaïque de 40 m2. L’extrême pauvreté en mobilier, les importants systèmes de chauffage et certains éléments comme la robustesse de la mosaïque orientent l’interprétation vers un complexe thermal. Néanmoins, en l’absence de caractère déterminant (bassin), cette idée demeurera au stade d’hypothèse. Les salles chaudes, construites sur pilettes avec un foyer extérieur (11), se sont sans doute révélées inefficaces car le foyer était en proie aux infiltrations d’eau ruisselant du haut de la colline. On installe alors la chaufferie à l’intérieur du bâtiment, perturbant l’agencement classique des salles et un nouveau foyer extérieur, non plus au sud mais à l’ouest, alimente une salle sur pilettes (13) et en série, un hypocauste à canaux rayonnants (14). À l’extrémité est, la salle pavée de mosaïque ne possède pas de chauffage propre mais doit être tempérée par la pièce chaude adjacente. Bien que maladroit, le motif du tapis n’en demeure pas moins complexe. Divisé en deux secteurs, dont l’un à damier simple, la partie principale se compose de panneaux à damiers, délimités par une frise périphérique et cruciforme dessinant des entrelacs (svastikas) et des métopes à décor géométrique ou floral stylisé (fig. 4). Malgré le peu de matériel retrouvé sur le site – niveau des seules salles de travail (chaufferies) –, la durée d’utilisation de ce bâtiment court sur un siècle au moins, soit l’aube du ive s.

Fig. 4 – Mosaïque à décor géométrique noir et blanc

Fig. 4 – Mosaïque à décor géométrique noir et blanc

Cliché : L. Vaxelaire.

14Ces découvertes, ajoutées à celles de l’été 1989 sur le même secteur, mettent en évidence à la fin du iie s. un renouveau architectural et urbanistique qui sera le décor de Vesontio durant tout le iiie s. au moins.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La ville gallo-romaine et les dernières interventions archéologiques
Crédits DAO : J.-O. Guilhot, d’après Guilhot, Goy 1990.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Fig. 2 – Plan d’ensemble des structures mises au jour en 1989 et 1990
Crédits Dessins : S. Humbert, L. Vaxelaire.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Titre Fig. 3 – Vue d’ensemble des soubassements monumentaux et de l’aqueduc d’Arcier
Crédits Cliché : S. Humbert.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre Fig. 4 – Mosaïque à décor géométrique noir et blanc
Crédits Cliché : L. Vaxelaire.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylviane Humbert, Laurent Vaxelaire, « Besançon – Hôtel de la Région » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27010

Haut de page

Auteurs

Sylviane Humbert

Articles du même auteur

Laurent Vaxelaire

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Sylviane Humbert

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Laurent Vaxelaire

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search