Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199025 – DoubsBesançon – Parking de la Mairie

1990
25 – Doubs

Besançon – Parking de la Mairie

Sauvetage urgent (1989-1990)
Responsables d'opération : Jean-Olivier Guilhot, Éric Llopis, Francis Choel et Corinne Goy

Texte intégral

1Cette opération située en plein centre urbain aura permis de traiter en 16 mois, 4 000 m2 avant la construction d’un parking (fig. 1). La richesse du site est venue confirmer l’aperçu des sondages et des études documentaires préalables (Gallia Informations, 1987-1988, 2, p. 83) avec l’observation d’une stratigraphie continue d’habitat de La Tène finale (fin du iie s. av. J.-C.) à la fin du iie s. apr. J.-C. et la réoccupation du site par un couvent de Clarisses du milieu du xiiie au xviiie s.

Fig. 1 – La ville gallo-romaine et les dernières interventions archéologiques

Fig. 1 – La ville gallo-romaine et les dernières interventions archéologiques

DAO : J.-O. Guilhot, d’après Guilhot, Goy 1990.

2Parmi les nombreux résultats, plusieurs sujets se révèlent d’un intérêt majeur : l’évolution de l’urbanisme sur les quatre premiers siècles d’occupation ; cette évolution se lit aussi bien sur les trames urbaines qu’à partir des phases de reconstruction. Très schématiquement, le secteur étudié présente la variation d’organisation suivante :

  • de 120 à 40 av. J.-C., le secteur étudié est situé en pleine ville gauloise (une dizaine de maisons) dans un quartier établi en bordure d’un bras du Doubs. La trame présente une orientation est-ouest ;
  • de 40 à 30 av. J.-C., le site révèle une occupation très diffuse où l’habitat semble presque absent. Seuls de vastes enclos à bestiaux succèdent aux maisons gauloises ;
  • de 30 avant à 15 apr. J.-C., le bras du Doubs complètement colmaté est recouvert par un nouvel habitat très uniforme dans son module (4 x 7 m), ses matériaux et son organisation. Il est disposé de part et d’autre d’un grand axe nord-est – sud-ouest ;
  • de 15 à 60-70 apr. J.-C., le quartier augustéen est intégralement rasé en 15 apr. J.-C. pour laisser place à un nouvel urbanisme reprenant les orientations précédentes. Désormais, habitats, entrepôts et boutiques avec portiques bordent la voie qui a été élargie à 15 m. Une vaste construction avec des mosaïques occupe alors près d’un quart de la surface fouillée (fig. 2). Elle s’organise autour d’une grande pièce centrale couverte (15 m de côté) précédée par un hall important ouvrant sur la rue par un portique monumental. La destination de ce bâtiment, domus ou plutôt « maison de corporation », n’est pas assurée ;
  • de 70 à 156-170 apr. J.-C., le tracé des voies est alors modifié surtout, au niveau du carrefour à l’ouest. Ce bouleversement s’explique par la construction du grand péribole (04 m de diamètre) du temple de l’Arsenal (fig. 2).

Fig. 2 – Mosaïque à décor géométrique et bordure florale, noir et blanc

Fig. 2 – Mosaïque à décor géométrique et bordure florale, noir et blanc

Cliché : J.-P. Tupin.

3La superficie fouillée (4 000 m2) peut en effet être ajoutée à celle fouillée (6 000 m2) au xixe s. lors de la construction de l’Arsenal (jouxtant l’actuel chantier). Aujourd’hui, la confrontation des découvertes permet une relecture et une datation des vestiges découverts anciennement, mais aussi de dépasser le strict cadre du quartier pour passer à celui de la ville.

4L’autre résultat majeur de la fouille est l’étude de l’évolution des plans, matériaux et techniques de construction des habitations. L’habitat de La Tène finale et de l’époque augustéenne est presque inconnu dans le Nord-Est de la Gaule, il a pu ici largement être étudié sur un ensemble important :

  • on observe pour la période de La Tène des habitations de plan carré à foyer central. La structure est en bois et torchis. Une cave est systématiquement creusée dans un angle de la maison. Elle est le plus souvent parementée en bois, parfois en pierres sèches pour les plus grandes. La couverture est réalisée en bardeaux de sapin ou de chêne ;
  • à l’époque augustéenne les maisons sont de plan rectangulaire ; le foyer, construit le plus souvent en tuiles, est adossé au mur de fond opposé à la porte. La structure générale est en briques d’adobe renforcée aux angles par des poteaux. Les murs sont recouverts d’enduits peints de couleur uniforme (jaune, violet ou bleu). L’espace entre les habitations, de faible largeur (1,50 m environ) peut également présenter des « foyers d’été » adossés aux murs extérieurs. Il faut attendre le tout début du ier s. pour voir apparaître les premières maisons maçonnées en pierre. Ce matériau se généralisera vers 15 apr. J.-C. sans totalement éclipser la brique de terre crue pour les élévations.

5Le mobilier abondant des ensembles clos et niveaux très stratifiés permettra de construire des systèmes de référence pour les périodes de La Tène finale et gallo-romaine précoce. Les dépotoirs des époques médiévale et moderne ont eux aussi fourni, contrairement aux structures très arasées de ces époques, des ensembles exceptionnels par le nombre (200 formes complètes de céramique en moyenne par dépotoir, autant de verre) et par la qualité (nombreuses faïences de Nevers, Delft et Chine pour la fin du xviie s.).

6Pour ce qui concerne le paléoenvironnement, la présence d’un bras du Doubs se colmatant progressivement devrait permettre d’étudier au moyen de la sédimentologie et de la palynologie les mutations climatiques généralement perçues à la transition de La Tène et de l’époque augustéenne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La ville gallo-romaine et les dernières interventions archéologiques
Crédits DAO : J.-O. Guilhot, d’après Guilhot, Goy 1990.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Fig. 2 – Mosaïque à décor géométrique et bordure florale, noir et blanc
Crédits Cliché : J.-P. Tupin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Olivier Guilhot, Éric Llopis, Francis Choel, Corinne Goy, « Besançon – Parking de la Mairie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27011

Haut de page

Auteurs

Jean-Olivier Guilhot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Éric Llopis

Articles du même auteur

Francis Choel

Articles du même auteur

Corinne Goy

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Jean-Olivier Guilhot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Éric Llopis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Francis Choel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Corinne Goy

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search