Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198925 – DoubsMandeure – Montoille

1989
25 – Doubs

Mandeure – Montoille

Sauvetage programmé (1988-1989)
Responsables d'opération : Pierre Mougin, Laurent Vaxelaire, Christine Bedu et Sylviane Humbert

Texte intégral

1Suite à une convention concernant un projet de résorption d’habitat insalubre pour un ensemble d’immeubles anciens, au lieu-dit Montoille (centre du village actuel : place F.-Bataille), une fouille archéologique a été programmée en deux temps : un sauvetage effectué à l’emplacement de deux collectifs (4 500 m2) et une surveillance des tranchées d’assainissement et des travaux de voirie. La place F.-Bataille, située au sud-est de l’agglomération antique, borde la voie du Rhin qui coupait le méandre du Doubs à cet endroit. La voie et les habitations qui la bordent suivent une orientation est-ouest divergente de l’orientation générale de l’agglomération antique (nord-ouest – sud-est) (fig. 1, no 2). Ce groupe forme un faubourg qui était déjà connu. Au niveau de la place F.-Bataille, la voie est coupée par un des axes issu de la ville antique. Une dédicace avait incité les auteurs anciens à y localiser un temple dédié à Castor et Pollux (CIL XIII, 5409).

Fig. 1 – Plan général des voies et traces d’urbanisme

Fig. 1 – Plan général des voies et traces d’urbanisme

D’après le catalogue Epomanduodurum.

2La fouille a permis de mettre au jour des structures d’habitat à vocation mixte : rurale et artisanale, établies en bordure de la voie principale de l’agglomération. Quatre phases d’occupation ont été distinguées, de l’époque Claude-Néron à la fin du iie s. apr. J.-C. L’habitat, lors de ces quatre états, ne subit pas de profonds bouleversements mais une évolution avec des aménagements partiels, en fonction des besoins et des activités liés à l’essor économique du site (fig. 2).

Fig. 2 – Les quatre états de l’occupation gallo-romaine

Fig. 2 – Les quatre états de l’occupation gallo-romaine

DAO : C. Bedu, S. Humbert, P. Mougin, L. Vaxelaire.

État I

3Correspondant à l’installation d’un premier habitat sur les dépôts alluvionnaires du Doubs, les différentes structures découvertes appartiennent à plusieurs constructions établies de part et d’autre d’une zone médiane vierge d’occupation. L’ensemble est orienté nord-sud ; les vestiges appartiennent à un habitat de surface fait de grandes pièces, organisées autour de cours. Si le bâtiment à l’est (de meilleure facture) était probablement réservé à l’habitation, les autres structures (de construction moins soignée) devaient être destinées à des activités domestiques diverses. On s’étonne ici de l’absence de sous-sol pourtant fréquent sur le site durant cette période. Cet habitat domestique s’intègre dans une occupation diffuse, le long de la voie principale du site.

4Le mobilier le plus ancien a été recueilli dans les sols ; il s’agit de céramique sigillée de La Graufesenque de la première moitié du ier s. (Drag. 18/31, Drag. 27, fragment de céramique à paroi fine avec décor à pastilles provenant de l’atelier de la Butte à Lyon) ; de trois monnaies (une imitation d’un as d’Auguste de restitution, frappé sous Tibère ; deux imitations d’as de Tibère à l’autel de Lyon).

5Le matériel le plus récent provient du comblement d’une fosse et des unités stratigraphiques de remblais. Il est constitué de formes de céramique du milieu du ier s. apr. J.-C. soit, de la sigillée du Sud de la Gaule (Drag. 29 et 37), anse d’amphore Dr. 20 avec l’estampille MIM, provenant de Bétique ; une fibule de type Hod Hill et deux as de Vespasien. Le matériel des remblais correspond à la dernière phase d’utilisation de cet état que l’on peut situer à la fin de l’époque de Vespasien.

État II

6À l’occupation lâche de l’état primitif succède un habitat plus organisé, constitué de deux ensembles de bâtiments encadrant un espace médian. La vocation rurale de l’habitat semble confirmée par la présence d’une aire de stockage (caves-silos) dans l’espace intermédiaire. Nous n’avons pas décelé de constructions en relation avec ces structures excavées : on peut néanmoins imaginer une couverture dont les traces auraient disparu lors des aménagements postérieurs. La vocation de ces structures n’a pas encore pu être définie avec précision. La présence de nombreux poids de tisserand dans certaines a conduit à les interpréter comme des ateliers de tisserand. Cependant l’usage le plus plausible reste le stockage des récoltes, mis en évidence en 1963 avec la découverte de nombreuses graines calcinées.

7Pour cet état, le mobilier provient des unités stratigraphiques de remblais, apportées pour surélever les sols de l’habitat et des unités stratigraphiques d’occupation situées sur les niveaux. L’ensemble est assez homogène et ne présente pas de différence sensible entre ce qui provient de l’installation ou de l’occupation. On retiendra en particulier : une anse d’amphore Dr. 20 estampillée POLYCLIT (Espagne, ier s. apr. J.-C.) ; de la sigillée sud gauloise Drag. 29 et Drag. 37 (dont une estampillée OF PRIMI) postérieure au milieu du ier s. apr. J.-C. On peut situer cet état dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C.

État III

8Cet état est surtout caractérisé par l’apparition de l’artisanat au sein du quartier. En effet, deux structures rectangulaires (2 m par 0,70 m et 1,30 m par 0,50 m) l’une avec pierres et l’autre avec tuiles appartiennent visiblement au même type que les petits fours de métallurgie découverts dans l’atelier des Bolards ou à Mathay au lieu-dit les Oichottes. Les dimensions restreintes de ces fours et l’absence de scories nous font écarter l’éventualité de fours de réduction directe ou de fours de refonte. Ces structures correspondent davantage à des fours de forge.

9Le matériel le plus ancien provient des unités stratigraphiques de remblais constituant les sols de cet état. Il s’agit de sigillée des ateliers du Sud de la Gaule : Drag. 29, 35, 37 (fin du ier s., milieu du iie s.). Le plus récent est issu des unités stratigraphiques de comblement des caves-silos et des remblais situés au-dessus des niveaux de sol de l’état. Ce sont des formes de céramique sigillée des ateliers du Centre (Lezoux) et de l’Est : Drag. 37, les plus abondants, Drag. 43 et 45, ainsi que des formes de céramique à revêtement métallescent. Ce mobilier situe l’installation de l’état III à la fin du ier et au début du iie s., son utilisation au iie s. apr. J.-C. Parmi le mobilier archéologique, on retiendra deux bronzes figurés de petites dimensions : un Mercure, debout, en position de repos ; un Mars, représenté debout, nu.

État IV

10Durant l’état IV, on note une amélioration de l’habitat avec installation d’un hypocauste et la persistance des activités artisanales et agricoles. La construction d’un hypocauste à l’intérieur d’une zone d’habitat n’a rien d’étonnant, toutefois le mode de construction de celui-ci est assez rare. De petites dimensions (4,20 m de côté), cette structure offre la particularité d’être entièrement construite en pierres, y compris les pilettes. Après une première phase d’utilisation l’ensemble a subi une réfection : toutes les pilettes portent des traces de réparation ; dans leur partie supérieure, on a remplacé les moellons calcaires par des fragments de tegulae. La réfection la plus importante se situe au niveau du débouché du canal de chauffe où quatre pilettes ont été presque entièrement remontées avec des tuiles de réemploi. Des conduits horizontaux formés d’imbrex ont été aménagés à l’intérieur des deux nouvelles pilettes situées de part et d’autre du canal. Ce système original devait permettre l’amélioration du tirage ou de la diffusion de l’air chaud dans la chambre. Il ne subsiste qu’un fragment de la suspensura : épaisse chape en mortier de tuileau, reposant sur des dalles calcaires et des tuiles, assises sur les pilettes. De nombreux fragments d’enduit peint et de verre à vitre ont été découverts dans les remblais couvrant cette structure. Nous n’avons trouvé que très peu d’éléments de comparaison. On retiendra surtout les problèmes posés par l’utilisation de matériaux non réfractaires au débouché du conduit de chaleur. La datation de ces ensembles est toujours tardive : fin du iie (?), iiie s. ailleurs. Nous sommes certainement ici en présence de structures de transition entre l’hypocauste classique à pilettes en terre cuite et les hypocaustes à canaux qui intègrent parfaitement l’utilisation de matériaux non réfractaires.

11Dans le bâtiment situé à l’est, une structure rappelle celle déjà fouillée sur le faubourg de pont à Mathay et interprétée comme séchoir. La zone médiane de stockage fait l’objet d’un aménagement plus important avec l’utilisation de substructures maçonnées.

12Le matériel de cet état provient essentiellement des unités stratigraphiques de comblement des silos et de celles de destruction apparues lors du décapage des niveaux du xixe s. Il est constitué de nombreux fragments de céramique à revêtement métallescent, de céramique sigillée des ateliers de la Gaule de l’Est (Rheinzabern) et de deux sesterces l’un de Commode, l’autre de Crispine. Ce qui situe la dernière séquence d’occupation du site vers la fin du règne de Commode.

13Cette première phase de la programmation a permis d’observer l’évolution d’une zone d’habitat, de la fin de l’époque claudienne à la fin du iie s. apr. J.-C. Il s’agit d’une occupation à vocation domestique et rurale de plan très lâche, dans un premier temps, qui ensuite s’organise de façon plus rigoureuse à l’époque de Vespasien. À partir de Domitien, un changement intervient dans la fonction de l’habitat avec l’installation d’artisans. Cette évolution, contemporaine de la création de « l’Essarté » et du développement du faubourg de pont (fig. 1), illustre la croissance de l’économie du vicus à cette période. La persistance de l’utilisation de la zone de stockage (caves-silos) semble démontrer que l’essor des activités artisanales n’a pas évincé l’activité rurale originelle, mais que les deux fonctions ont perduré jusqu’à la fin de l’occupation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des voies et traces d’urbanisme
Crédits D’après le catalogue Epomanduodurum.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 2 – Les quatre états de l’occupation gallo-romaine
Crédits DAO : C. Bedu, S. Humbert, P. Mougin, L. Vaxelaire.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Mougin, Laurent Vaxelaire, Christine Bedu, Sylviane Humbert, « Mandeure – Montoille » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27026

Haut de page

Auteurs

Pierre Mougin

SIVU de Mandeure-Mathay

Articles du même auteur

Laurent Vaxelaire

Afan

Articles du même auteur

Christine Bedu

Sylviane Humbert

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Pierre Mougin

SIVU de Mandeure-Mathay

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Laurent Vaxelaire

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Christine Bedu

Sylviane Humbert

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search