Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198925 – DoubsMontbéliard – Rue de la Sous-Préf...

1989
25 – Doubs

Montbéliard – Rue de la Sous-Préfecture

Sauvetage urgent (1989)
Responsable d’opération : Christian Tchirakadzé

Entrées d’index

Année de l'opération :

1989

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1La première fouille organisée par la cellule d’archéologie urbaine a eu lieu sur le site de la porte médiévale d’Aiguillon. Venant en relève d’une importante documentation d’archives, ces recherches avaient pour but de mettre en évidence la porte, la muraille contiguë et le fossé qui les protégeait. Signalée dès 1307, c’est une des plus anciennes portes municipales, elle s’effondre et on la reconstruit en 1436, sous Henriette de Montbéliard-Wurtemberg. De cette porte subsistent un certain nombre d’éléments surtout dans la partie sud de la construction, mais aussi dans les soubassements de la muraille. Les couches archéologiques plaquées contre ces murs ont produit de la céramique que l’on peut croire contemporaine de ces derniers (début xive s.). La construction de 1436 s’appuie en partie sur ces vieux murs, le mode de construction est radicalement différent, les parements extérieurs sont exécutés en gros appareil (0,25 m x 1,20 de moyenne) très soigné. La tour-porte mesure 8 m de largeur en façade, elle est en saillie de 6 m sur la muraille, qui comme ses murs, a une épaisseur comprise entre 1,70 m et 2,00 m. La gravure de Mérian (milieu xviie s.) et une aquarelle non datée (musée historique de Montbéliard) nous donnent une élévation que l’on peut estimer entre 10 et 15 m.

2Le fossé qui baignait la porte et les courtines de part et d’autre a été transformé en dépotoir après la destruction des fortifications ordonnée par Louis XIV, lors de sa prise de possession de Montbéliard en 1677. Comblé en quelques années, pendant lesquelles on le franchissait, sur une passerelle de bois, ce fossé recelait de nombreux objets révélateurs de l’activité artisanale ou familiale du voisinage. On a recueilli des milliers de fragments de céramique populaire : jattes, poêlons, marmites, couvercles, éléments de poêle en faïence, dont un fragment de moule (fig. 1), pipes en ferre (certaines datées), des fragments de faïence décorés, des fragments de vases en grès (pichets rhénans) ; du verre : à vitre en quantité, des petits flacons de toutes sortes (proximité de l’hôpital), des verres à pied etc. ; des monnaies de France et Franche-Comté, d’Autriche, de Hongrie. Elles sont en bronze, en billon d’argent, en or (bractéates).

3Dans les boues du fossé profond de 4 m, on a trouvé des petits objets en bois, en cuir.

Fig. 1 – Fragment de moule de carreau de poêle

Fig. 1 – Fragment de moule de carreau de poêle

Cliché : C. Tchirakadzé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fragment de moule de carreau de poêle
Crédits Cliché : C. Tchirakadzé.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Tchirakadzé, « Montbéliard – Rue de la Sous-Préfecture » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27047

Haut de page

Auteur

Christian Tchirakadzé

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christian Tchirakadzé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search