Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198725 – DoubsMontbéliard – Rue de Belfort

1987
25 – Doubs

Montbéliard – Rue de Belfort

Sauvetage urgent (1987)
Responsables d'opération : Bernard Goetz et Jean-Claude Voisin

Entrées d’index

Année de l'opération :

1987

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1Le quartier de la rue de Belfort et, tout particulièrement la rue (anciennement rue du Patet, rue Pouhat, rue Derrière) représente le premier noyau urbain du bourg castrai et comtal de Montbéliard. Des travaux de réfection et d’assainissement, de la rue de Belfort ont été entrepris par la ville dans le cadre d’une opération de restructuration de son cœur historique. Cette rue est mentionnée dans les textes dès le xiiie s. sous l’appellation de rue du Pesteux. À son extrémité est, l’ancienne enceinte était percée d’une porte dite « porte Pouhat » citée dans la documentation écrite en 1361. Abandonnée à la fin du xve s., elle cède la place à une nouvelle porte, placée à l’extérieur de l’enceinte urbaine primitive. Les deux portes, souvent confondues, n’ont jamais fait l’objet d’études particulières. La fouille, menée dans des conditions techniques difficiles (nombreux réseaux) et en temps accéléré, a permis de situer le tracé de l’enceinte collective dans ce secteur de la rue, de déterminer l’impact du sol de la porte et la mise en évidence d’un boulevard cité dans les archives en 1481. Le sol médiéval (fin xve s.) se situe à -1,50 m du sol actuel. La porte, abandonnée, fut murée sur une hauteur de plus de 1 m, le tracé de la rue déporté de quelques mètres et l’emprise de la porte sur le domaine public fut occupée par un habitat civil dont, le mobilier recueilli atteste la présence à la fin du xvie s. ou au début du xviie s. Les traces de cet aménagement du système défensif collectif ont été matérialisées au sol. Les sondages et relevés stratigraphiques ont mis en évidence ses différents niveaux d’utilisation ainsi qu’un véritable « pont flottant » établi dans la partie centrale de la chaussée à 1,80 m de profondeur.

Composition de la chaussée

2Sur une couche de branchages disposés perpendiculairement à la rue étaient posés des lits de planchettes entrecroisées ; sur ces lits de planchettes, étaient alignés des troncs de différents diamètres (de 7 à 20 cm), certains calés soigneusement par des cailloux, d’autres enrobés de terre glaise. Ces poutres disposées perpendiculairement à la rue, en suivant des espaces irréguliers, étaient pour la plupart taillées en biseau dans leurs extrémités. Cet ensemble formait ainsi une chaussée beaucoup plus stable. Les matériaux mis en œuvre évoquent les constructions à pans de bois qui bordaient la rue. Un des sondages a révélé sous le niveau des poutres une succession de sols, des couches d’argile recouvertes de cailloutis, puis des sols de terre de décomposition correspondant aux différentes périodes d’utilisation de la rue. Le matériel archéologique reste très pauvre.

3L’étude dendrochronologique effectuée sur quatre bois de chêne par le laboratoire de chrono-écologie de Besançon (G. Lambert et C. Lavier) daterait l’aménagement de cette partie de chaussée de 1521 ou 1522.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Goetz, Jean-Claude Voisin, « Montbéliard – Rue de Belfort » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27048

Haut de page

Auteurs

Bernard Goetz

Articles du même auteur

Jean-Claude Voisin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Bernard Goetz

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-Claude Voisin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search