Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198939 – JuraÉquevillon – Mont-Rivel

1989
39 – Jura

Équevillon – Mont-Rivel

Sauvetage programmé (1980-1989)
Responsables d'opération : François Leng et Fabrice Charlier

Texte intégral

1Face au fanum rectangulaire (Gallia Informations, 1987-1988, 2, p. 97, fig. 18), les structures semblent s’organiser dans deux îlots, si l’hypothèse émise par F. Leng sur le tracé des rues se vérifie (fig. 1). Le substrat rocheux, mis à nu pour l’établissement des constructions romaines, a fortement sou fier! de l’érosion en de nombreux points, ce qui rend toute vérification difficile, voire impossible. Les murs restent le guide le mieux conservé : ils ont pourtant disparu en de nombreux points. Ainsi aucune structure ne peut être rattachée avec certitude à la première période d’occupation du site (La Tène finale/époque gallo-romaine précoce) pourtant, les traces de cette époque sont assez nombreuses, mais les trouvailles proviennent de matériaux égarés ou nivelés dans les fentes du rocher (tu d’objets mêlés à des couches plus récentes.

Fig. 1 – Plan général des structures découvertes

Fig. 1 – Plan général des structures découvertes

DAO : J.-C. Barçon, , F. Charlier, F. Leng.

2Dans cette partie du site, F. Leng estime pouvoir dater certains grands édifices du début du ier s. : l’un ayant été occupé par une forge (structures 712-713). Dans la seconde moitié du ier s. et au cours du iie s., des modifications et compléments vont être apportés avant l’abandon définitif au iiie s. Notons la découverte d’une cave creusée dans l’angle d’un grand bâtiment du secteur 7 (structure 731). Cette cave (structure 730), accessible par un escalier qui lui est extérieur, comporte deux soupiraux et une grande niche-placard. Ce type d’aménagement, est, connu, son intérêt réside dans sa situation à l’intérieur d’une autre construction. Son étude stratigraphique permet de situer sa première utilisation au ier s. ; un double niveau d’incendie (plancher-plafond ?) est surmonté de mobilier d’époque automne.

3Plusieurs observations portent sur les structures :

  • existence de limites séparatives matérialisées par des ambitus, passages étroits (70 à 88 cm) séparant les murs de deux ensembles. Ce système semble adopté dès la seconde moitié du ier s. ;
  • F. Charlier a remarqué que l’on peut distinguer deux types de murs : un type ancien (époque flavienne) de 37 à 42 cm d’épaisseur, un type plus récent (début iie s.) de 50 cm d’épaisseur. Les murs sont constitués de petits moellons liés à l’argile avec des joints au mortier. F. Leng, pour sa part, estime qu’en élévation les murs étaient en terre sur solins en petit appareil. La fouille de la cave 730 a fourni des fragments de cloison brûlée (peut-être des cloisons internes de la salle 731 ?) ;
  • les couvertures de tuiles sont rares et certains bâtiments devaient être couverts en matériaux périssables (F. Charlier) ;
  • plusieurs foyers ont été mis en évidence dans les pièces contiguës, mais des ensembles complets en sont dépourvus. On s’étonne également de l’absence de seuils, mais seuls ceux du dernier état auraient pu subsister et cet état eut sans doute beaucoup à souffrir de l’érosion naturelle et anthropique.

4Le mobilier est abondant (fig. 2) : 10 fibules, 20 monnaies de bronze (demi-potin séquane, LT 5368, monnaies romaines d’Auguste à Commode), fragments de trois statuettes de Vénus en terre cuite (cave 730 et pièce 732, peu éloignées du temple rectangulaire). Quatre styles en fer viennent s’ajouter aux neuf déjà connus sur ce site. On a également trouvé, dans la pièce 720, une petite statuette de bronze haute de 59 mm et longue de 54 mm, représentant un félin. Dotée de trop grandes oreilles pour un lion, cette statuette évoque plutôt, par son attitude, patte levée, la panthère qui accompagne généralement Bacchus.

Fig. 2 Détail d’un mors de cheval à barre brisée

Fig. 2 – Détail d’un mors de cheval à barre brisée

Cliché : F. Leng.

5Les sondages pratiqués dans le fanum rectangulaire voisin (Gallia Informations, 1987-1988, 2, p. 97) ont confirmé l’existence de deux campagnes de construction, sans apporter d’information supplémentaire sur leur datation. Notons enfin qu’une campagne de télédétection organisée par la société MATRA a livré deux clichés aériens qui font apparaître des structures jusqu’alors inconnues en particulier un mur qui semble former la limite ouest de la bourgade.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des structures découvertes
Crédits DAO : J.-C. Barçon, , F. Charlier, F. Leng.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 2 Détail d’un mors de cheval à barre brisée
Crédits Cliché : F. Leng.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Leng, Fabrice Charlier, « Équevillon – Mont-Rivel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27064

Haut de page

Auteurs

François Leng

Articles du même auteur

Fabrice Charlier

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

François Leng

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Fabrice Charlier

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search