Navigation – Plan du site
2008

Baleyssagues, Duras et Esclottes (Protohistoire et période gallo-romaine)

Responsable(s) des opérations : Nicolas Rampnoux
Notice rédigée par : Nicolas Rampnoux

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025291

Date de l'opération : 2008 (PT)

1L’étude que nous avons réalisée est une prospection pédestre sur trois communes du Lot-et-Garonne, dans la moyenne vallée du Dropt. Le but était de renforcer le corpus des sites archéologiques connus dans cette zone qui, comme précisé dans le premier colloque sur la vallée du Dropt en 2003, est relativement faible. Ce fait n’est pas dû à une absence de site, mais à un manque de recherche. Nous ne nous sommes pas contentés de garder les découvertes en rapport avec les époques concernées, toutes nouvelles informations furent consignées pour les périodes rencontrées.

2Nous sommes partis d’un corpus de départ d’une vingtaine de sites, à la fin de l’étude un total de 84 références a été obtenu.

3La majorité des indices retrouvés concernent comme souvent, les époques gallo-romaines et modernes. Dans de plus faibles proportions la Préhistoire et l’époque médiévale sont représentées ; en ce qui concerne la Protohistoire, les indices sont quasi inexistants. La carte représente une répartition schématique simplifiée des découvertes suivant les périodes.

4Le bilan archéologique est relativement faible au vue de la superficie étudiée (environ 1 130 ha prospectés).

5La Préhistoire est présente en quelques endroits par de rares éléments, des morceaux de lames, des racloirs et essentiellement des éclats de tailles. Un seul objet serait à dater du Néolithique et ressemble à ceux retrouvés en Dordogne. Les sites déjà connus de « Grand champ » (1) ou de « Talemon » (2) n’ont pu être vérifiés à cause du terrain impossible à prospecter.

6La Protohistoire est quasi absente dans les nouvelles données, excepté un fragment d’amphore italique (Dressel Dr-1b) retrouvé (3). Le seul site de cette période déjà signalé, au lieu-dit « Mounicat » à Baleyssagues, il se trouve être actuellement un pré et donc impossible à confirmer.

7L’époque gallo-romaine est la plus représentée parmi les découvertes. Nous déplorons l’impossibilité en général de confirmer les sites déjà connus. Les informations sont souvent anciennes (25-30 ans), et n’étant pas fouillés, les terrains ont évolués depuis. Nous noterons la présence reconnue de trois grosses structures, estimées du Haut-Empire, et attribuées à des villae(4 à 6). Les nouveaux indices de sites se manifestent par endroit par du mobilier céramique et des éléments de construction. On prendra l’exemple du lieu-dit « les Riquets » à Baleyssagues, outre la villa(6), non loin au sud se trouve une zone avec des débris de mobilier, peut être un même ensemble présent ici. Nous avons pu remarquer une possible confusion d’information entre deux sites, celui de « Mirathe » avec celui de « Bagnac », tous les deux à Baleyssagues. Après dépouillement des indications, il s’avère que c’est un seul et unique site (7-8) signalé sur les deux lieux-dits.

8La période médiévale n’est que peu représentée dans nos découvertes, ne faisant pas partie au départ de notre étude, elle n’a pas fait l’objet d’un approfondissement particulier. Cependant deux mottes médiévales étaient déjà signalées, ainsi que la présence d’un « cimetière mérovingien » (7-8). Seul quelques tessons, moins d’une dizaine, furent ramassés et datés comme tel.

9Le second corpus de mobilier par sa quantité, est d’époque moderne. Cela n’est pas une preuve réelle d’une occupation à un endroit précis. Une partie des habitations de cette période – comme le « château de Terra » (9), même si celui-ci est en ruine – sont toujours présentes de nos jours. La surabondance de ce matériel en surface traduit juste des actions anthropiques telles que l’épandage dans les champs du mobilier brisé.

10Les dernières informations que nous avons pu mettre en évidence, sont des traces d’extraction du substrat calcaire local. En plusieurs points de notre zone de recherche, nous avons rencontré ce que nous nommons « front de tailles ». Leur origine anthropique est confirmée par les découvertes situées au lieu-dit « Fonbouet » (10) à Duras. Nous avons aussi quelques lieux intéressants au lieu-dit « Point du Jour » (11) à Duras, ou encore, « A Barré » (12) dans la commune d’Esclottes. Leur attribution à une période chronologique reste pour le moment impossible sans une recherche plus approfondie.

11Cette zone, malgré une prospection dont les résultats furent moins importants que ceux escomptés, possède néanmoins un fort potentiel. Une prospection pédestre ne peut donner davantage de données sans un appui logistique plus conséquent, comme des sondages ou d’autres méthodes de prospection. L’implantation gallo-romaine est indiscutable et une présence protohistorique est fort possible au moins sur un site. Nous espérons que des études plus précises, notamment des découvertes protohistoriques et des quelques zones gallo-romaines, seront effectuées dans les années à venir.

12 (Fig. n°1 : Carte de répartition schématique des sites ou indices de sites pour toutes périodes rencontrées)

13Rampnoux Nicolas

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Carte de répartition schématique des sites ou indices de sites pour toutes périodes rencontrées

Fig. n°1 : Carte de répartition schématique des sites ou indices de sites pour toutes périodes rencontrées

Auteur(s) : Rampnoux, Nicolas (SUP). Crédits : Rampnoux, Nicolas (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Carte de répartition schématique des sites ou indices de sites pour toutes périodes rencontrées
Crédits Auteur(s) : Rampnoux, Nicolas (SUP). Crédits : Rampnoux, Nicolas (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nicolas Rampnoux, « Baleyssagues, Duras et Esclottes (Protohistoire et période gallo-romaine) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2707

Haut de page

Responsable d'opération

Nicolas Rampnoux

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals