Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198939 – JuraRanchot – Abri des Cabônes

1989
39 – Jura

Ranchot – Abri des Cabônes

Sauvetage programmé (1978-1989)
Responsables d'opération : Michel Campy, Serge David et Christophe Cupillard

Texte intégral

1Connu dès les années 1950 à la suite des fouilles semi-clandestines (Gallia Préhistoire, I, 1958, p. 111), l’abri des Cabônes à Ranchot (ou abri du Colonel-Martin à Dampierre) a fait l’objet de différentes recherches (Gallia Préhistoire, 10, 1967, p. 372) avant qu’une fouille de sauvetage programmé soit organisée en 1978 dans le cadre du projet du canal à grand gabarit devant assurer la liaison entre le Rhin et le Rhône : Informations archéologiques publiées dans Gallia Préhistoire en 1979, 1981, 1983, 1985, et dans Gallia Informations en 1987-1988. La fouille, menée en collaboration avec de nombreux chercheurs en sciences naturelles, a été suspendue en 1989 et sa publication est en cours.

2L’abri, situé dans la basse vallée du Doubs entre Besançon et Dole, se trouve à quelques mètres de la rivière le long du chemin de halage entre Ranchot et Dampierre (fig. 1). Il est adossé à une corniche calcaire du Séquanien inférieur et correspond à une diaclase qui a dû fonctionner comme exutoire. La stratigraphie du gisement comporte de bas en haut trois ensembles principaux (Gallia Préhistoire, 28, 1985, p. 258, fig. 32).

Fig. 1 – a, implantation générale des fouilles ; b, coupe stratigraphique

Fig. 1 – a, implantation générale des fouilles ; b, coupe stratigraphique

DAO : M Campy, C. Cupillard, S. David.

Un ensemble inférieur stérile

3Constitué par des galets, il correspond à la terrasse würmienne du Doubs (couche 7). Ces sédiments grossiers reposent sur le substratum calcaire.

Un ensemble intermédiaire

4Limoneux et cryoclastique, il est constitué par des limons jaunes, gris-brun, ocre emballant un cailloutis anguleux et des blocs issus du déniant élément du [torche. Depuis 1988, plusieurs couches ont pu être mises en évidence dans cet ensemble complexe (couches 1 à 6) qui livre des occupations du Magdalénien final. Les dates 14C obtenues sont les suivantes : 12620 ± 250 BP (Ly 2296) et 11520 ± 191 BP (Ly 3079). D’après les données de la faune, le Magdalénien final de Ranchot se situerait chronologiquement à la fin du Dryas II ou au début de l’Alleröd. La fouille a intéressé 80 m2 environ soit à peu près 90 % du site. Plus de 5 000 silex ont été découverts de 1978 à 1988 et l’on dénombre 802 outils caractérisés par une forte représentation des lamelles à dos et des pointes de différents types (pointes aziliennes, à crans, à dos anguleux). La grande faune est dominée par le Renne (40 %). On doit noter une coexistence d’espèces tempérées (Cerf, Sanglier) et d’espèces froides (Renard polaire, Renne). L’industrie en matière dure animale est rare. Elle compte des aiguilles à chas, des fragments de sagaie à double biseau, une ébauche de harpon à un rang de barbelures. L’intérêt principal du gisement provient de l’art mobilier, rare d’une manière générale en Franche-Comté (David, Cupillard 1991) : galet calcaire avec gravure de bouquetin, os d’oiseau décoré, galets gravés de type azilien, parures fossiles élaborées à partir de coquilles tubiaires. Un nouvel élément d’art mobilier doit être signalé et confirme l’intérêt du gisement : il s’agit probablement d’une gravure de mammouth sur os crochu de bovidé (fig. 2). Les découvertes d’une structure circulaire et de plusieurs foyers indiquent un aménagement de l’espace correspondant à un campement de chasse temporaire. Plusieurs ossements humains ont également été exhumés. Il s’agit surtout de restes dentaires que l’on peut attribuer à six personnes au moins, jeunes pour la plupart. D’après S. David, ce Magdalénien final est très proche de celui que l’on rencontre dans le quart, sud-ouest, de la France et témoigne d’influences du Bassin parisien et du secteur germano-suisse (David, Richard 1989).

Fig. 2 – Gravure de mammouth sur os crochu de bovidé

Fig. 2 – Gravure de mammouth sur os crochu de bovidé

Dessin : F. D’Errico.

Un ensemble supérieur argileux à cryoclastes

5Dans sa partie supérieure, il s’agit d’une couche brune (couche AC ou 2) qui s’épaissit en direction du Doubs. Cette couche livre des occupations ponctuelles datant du Néolithique moyen II, des Âges des Métaux et de la période gallo-romaine. La couche 2 est en grande partie perturbée par les anciennes fouilles et les terriers de blaireaux. Dans sa partie inférieure, c’est une couche noire, organique (couche AOC ou 3) épaisse de 60 à 70 cm qui tend à s’amincir à l’extérieur de l’abri en direction du sud. Cette couche révèle une série de riches occupations du Mésolithique de stade moyen (fig. 3). Les dates 14C donnent les résultats suivants : 9940 ± 270 BP (Ly 3080), 8910 ± 300 BP (Ly 2810) et 8730 ± 170 BP (Ly 2297).

Fig. 3 Industrie lithique du Mésolithique moyen

Fig. 3 – Industrie lithique du Mésolithique moyen

Dessins : C. Cupillard.

6Excepté la première, elles se situent toutes dans la première moitié du Boréal. Cette datation est confirmée par l’outillage lithique très abondant dominé par les microlithes et particulièrement par les segments de cercle, les triangles scalènes et les pointes triangulaires à base transversale. La couche 3 a été fouillée sur une surface de 50 m2. D’une manière générale, le matériel est abondant. La faune, bien conservée, est dominée par le Sanglier et le Cerf. Les ossements de poissons (des milliers) ont montré la présence du Brochet, de la Truite ou de l’Ombre des rivières, de la Perche, du Chevaine, du Barbeau et peut-être de la Lote (détermination P. Morel, Bâle, Suisse).

7Plusieurs ossements humains ont été découverts : fragments mandibulaires, dents, fragments crâniens... En 1988, un pariétal droit appartenant à un adulte a été trouvé. Il porte sur sa face externe des traces d’incision au silex au niveau des insertions musculaires. L’outillage osseux reste rare : quelques fragments de poinçon, plusieurs métatarses de Cerf élaphe présentant des traces de polissage. Une mention particulière doit être faite au sujet des parures. En 1989, quatre incisives de cerf incisées ont été trouvées à l’intérieur de 1 m2. Ce type de parure bien connu pendant le Paléolithique supérieur (dents de renne) est exceptionnel pour le Mésolithique. Si l’outillage osseux proprement dit est peu diversifié, l’outillage sur bois de cerf est mieux représenté, on compte ainsi deux haches (ou lissoirs complets). De nombreux bois de cerf (bois de mue) correspondent à des déchets de bois sciés au silex, bois rainures en vue de prélèvement de baguette. Jusqu’à présent aucune structure d’habitat n’a pu être mise en évidence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – a, implantation générale des fouilles ; b, coupe stratigraphique
Crédits DAO : M Campy, C. Cupillard, S. David.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Titre Fig. 2 – Gravure de mammouth sur os crochu de bovidé
Crédits Dessin : F. D’Errico.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3 Industrie lithique du Mésolithique moyen
Crédits Dessins : C. Cupillard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Campy, Serge David, Christophe Cupillard, « Ranchot – Abri des Cabônes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27073

Haut de page

Auteurs

Michel Campy

Serge David

Articles du même auteur

Christophe Cupillard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Michel Campy

Serge David

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Christophe Cupillard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search