Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198970 – Haute-SaôneGouhenans – Ancien cimetière

1989
70 – Haute-Saône

Gouhenans – Ancien cimetière

Sauvetage urgent (1988-1989)
Responsable d’opération : Pierre Courbet

Entrées d’index

Année de l'opération :

1988, 1989

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1Selon la tradition, l’ancien cimetière entourait partiellement l’église paroissiale, qui domine le village, au pied du château, depuis le xiiie s. Un projet de parking rendait souhaitable la fouille de cet espace, désaffecté de longue date. Celle-ci a été réalisée, sous la direction de P. Courbet, instituteur, par les enfants de l’école communale, encadrés par des archéologues bénévoles de la Société d’archéologie et d’histoire de la région de Lure.

2Une ancienne entrée du cimetière a été mise au jour, ainsi que les restes d’une petite pièce carrée d’environ 3 m de côté, au sol dallé, où furent recueillis des morceaux de poêle en faïence (xve ou xvie s.). Les 200 sépultures rencontrées sont de dates et d’orientations très diverses. Les plus récentes ont généralement recoupé des tombes plus anciennes, provoquant des réductions et des dispersions de mobilier. Le renversement de l’orientation de l’église, en 1720, dut provoquer une nouvelle organisation du cimetière. Parmi les sépultures en place, les plus profondes, souvent orientées, semblent les plus anciennes. Certaines avaient été recoupées par les fondations de l’église, probablement à l’occasion d’un remaniement de l’édifice. D’autres, entourées de pierres de calage sur chant, se retrouvent sur tout l’ensemble de la zone fouillée. Ces sépultures, probablement médiévales, sont dépourvues de mobilier.

3Les sépultures modernes (xviie-xviiie s.) présentent des traces de cercueils. Les squelettes sont allongés en décubitus dorsal, les bras souvent ramenés sur l’abdomen ou croisés sur la poitrine. Beaucoup de tombes recelaient des défenses de sanglier ou des molaires de cheval, non percées, retrouvées au niveau des côtes. Le mobilier archéologique consiste en épingles de suaires en bronze et parfois en boutons de nacre. Les patenôtres sont nombreuses, constituées de grains de verre, pâte de verre ou bois, à chaînette de fer ou de bronze. Parfois, le chapelet est accompagné d’une croix ou de médailles de laiton. Parmi les offrandes d’accompagnement deux terres cuites de la Vierge d’Einsiedeln, une statuette en os représentant un évêque (fig. 1), une croix de Malte en argent et quelques monnaies royales ou seigneuriales. Une grande quantité de scories de fer ainsi que des scories de bronze, trouvées en place évoquent un atelier occasionnel de fonderie de cloche.

Fig. 1 – Figurine d’évêque en os des xviie-xviiie s.

Fig. 1 – Figurine d’évêque en os des xviie-xviiie s.

Cliché : P. Courbet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Figurine d’évêque en os des xviie-xviiie s.
Crédits Cliché : P. Courbet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Courbet, « Gouhenans – Ancien cimetière » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27092

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Courbet

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search