Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198970 – Haute-SaôneLuxeuil-les-Bains – Le Haut-Bourey

1989
70 – Haute-Saône

Luxeuil-les-Bains – Le Haut-Bourey

Sauvetage urgent (1989)
Responsable d’opération : Christophe Card

Texte intégral

1Le site fouillé (fig. 1) appartient essentiellement à l’agglomération ouverte du Haut-Empire, groupée autour des sources thermales, situées en contrebas.

2Dans une première phase, au début du ier s. probablement, le site est partiellement occupé par un habitat marqué par des solins grossiers de blocs de grès, où l’on devine encore la trace de calage des sablières, avec présence d’un foyer domestique. Les élévations devaient être en matériaux légers. Le mobilier se réduit à quelques tessons mal conservés de céramique noire grossière, tournée.

Fig. 1 – Plan d’ensemble des structures dégagées

Fig. 1 – Plan d’ensemble des structures dégagées

DAO : P. Kahn.

3Dans une seconde phase et dans la même orientation, cet habitat est réaménagé avec une importante extension au nord du site. Ces nouvelles structures comportent un appareillage en petits moellons. Entre l’habitat primitif réaménagé et les nouveaux bâtiments, on trouve une cour, traversée par une canalisation reliant, vu son pendage, la zone nord à la zone sud. Le mobilier recueilli est datable de la fin du ier ou du début du iie s. : sigillée (Drag. 29 et 3536), métallescente (décor d’épingles ou guillochis, provenant du Chatigny, atelier de sigillée situé à 500 m à l’est du site) ; verre (col et anses d’un petit flacon en verre bleu de la fin du ier s.). Ces nouveaux bâtiments, probablement des entrepôts (absence de lover), sont ensuite entièrement détruits pour faire place à des thermes domestiques.

4Dans la troisième phase, l’orientation des nouvelles pièces est sensiblement différente des anciennes, bien qu’elles reprennent en partie leurs fondations. On peut identifier la succession classique du caldarium, tepidarium, frigidarium, avec accès au tepidarium par un vestibule nouvellement créé. (Test sur le sol de ce vestibule que fut retrouvée la seule monnaie du site : Faustine Jeune (161-175). Au nord, on implante dans la cour une structure avec solin, une sablière basse et des poteaux dont on distingue nettement les calages. Le mobilier est quasi absent, les matériaux ayant été soigneusement récupérés : les hypocaustes ont été démontés jusqu’à l’area. Cependant le peu de céramique recueilli correspond, comme la monnaie, à la fin du iie s.

5Dans la quatrième phase, le site est détruit, et les matériaux récupérés. Un grand mur traverse tout le site sur 30 m de long, sans aucun retour ni retend. Son orientation diffère de l’ensemble des autres structures, il est constitué d’un hérisson très grossier, de faible épaisseur, surmonté d’argile damée. Les niveaux de destruction n’ont fourni aucun matériel postérieur à la fin du iie s.

6Le site devait occuper la limite occidentale de la ville antique. Lorsque surviennent les crises de la fin du iie s., cet habitat péri-urbain est abandonné au profit d’un regroupement sur la colline du castrum.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble des structures dégagées
Crédits DAO : P. Kahn.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Card, « Luxeuil-les-Bains – Le Haut-Bourey » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27098

Haut de page

Auteur

Christophe Card

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Card

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search