Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198970 – Haute-SaôneMélisey – Église Saint-Pierre

1989
70 – Haute-Saône

Mélisey – Église Saint-Pierre

Sauvetage urgent (1989)
Responsables d'opération : Nathalie Bonvalot et Michel Py

Texte intégral

1Le nom de Mélisey apparaît dans la première moitié du xe s. lors de transactions conclues entre le comte de Bourgogne et l’abbaye de Luxeuil. La paroisse de Mélisey est la plus ancienne de la haute vallée de l’Ognon. La construction de l’église Saint-Pierre bâtie sur un promontoire rocheux (verrou glaciaire) qui domine la vallée paraît remonter au xiie s. La nef a été détruite en 1860 pour faire place à un édifice plus vaste de style néogothique. Les travaux qui ont nécessité une intervention archéologique portaient sur la partie romane de l’édifice et des absidioles jusqu’au niveau du rocher. C’est au cours des travaux de consolidation des fondations que cinq sépultures ont été repérées. Il s’agit de fosses taillées dans la roche assez dure mais friable en surface. Une des sépultures se trouvait presque totalement incluse sous les fondations romanes. Il semble évident, malgré l’aspect ponctuel de cette opération, que des sépultures creusées dans la roche ont été implantées sur le verrou, sans doute autour d’un édifice cultuel plus ancien. La présence d’un mur oriental rectiligne appartenant à une construction antérieure pouvait se deviner sous les fondations des deux absidioles.

2Une des cinq sépultures, constituée d’un caisson en dalles de grès, est postérieure à l’église romane.

3Il faut signaler aussi la découverte sous les fondations de l’absidiole nord, dans un secteur ou l’assise rocheuse s’abaisse, de deux éléments sculptés, trouvés empilés. La première pierre est quadrangulaire, taillée dans un matériau local, elle est épaisse de 38 cm, large de 60 cm et on en ignore la longueur à cause d’une cassure transversale. Une des faces soigneusement polie présente au centre une profonde rainure. Sa facture soignée fait penser à un élément d’architecture antique qui pourrait provenir d’un ensemble monumental. La seconde pierre, en bon état, est un bloc de grès rose de 25 cm d’épaisseur et de 1,20 m de longueur, globalement quadrangulaire avec des bords arrondis. La moitié la plus large comporte un bassin circulaire de 18 cm de profondeur. Sur l’autre moitié un disque taillé sur la surface comporte une croix formée de deux gorges dont la plus profonde se prolonge vers le bassin. Il pourrait s’agir d’un élément cultuel lié au baptême ou à la purification.

4Les vestiges découverts à Mélisey permettent donc d’attester une occupation religieuse du site, antérieure à l’époque romane. Une chapelle ou une église a peut-être succédé à un édifice antique. Une nécropole devait l’entourer. Aux xie et xiie s. lors de la construction de l’église romane actuelle, les premières inhumations ont été détruites ou recouvertes par l’édifice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bonvalot, Michel Py, « Mélisey – Église Saint-Pierre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27102

Haut de page

Auteurs

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Michel Py

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Michel Py

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search