Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198890 – Territoire-de-BelfortBelfort – Rue de l’Étuve

1988
90 – Territoire-de-Belfort

Belfort – Rue de l’Étuve

Sauvetage urgent (1988)
Responsable d’opération : Michel Rilliot

Entrées d’index

Année de l'opération :

1988

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1On s’accorde à croire que les vieux immeubles de la rue du Rosemont qui surplombent la rue de l’Étuve constituent une limite ancienne de Belfort, avant son extension au début du xive s. qui a été parfaitement localisée lors des sauvetages réalisés il y a quelques années. Trois points étaient à surveiller.

2Le premier situé à l’angle de la rue du Diable et de la rue de la Grande Fontaine n’a rien révélé de cohérent sauf la présence d’un égout ancien et d’un lot d’outils aratoires en fer.

3Le deuxième point se situait entre la rue de l’Étuve et l’impasse de l’Arsenal dont le tracé pouvait correspondre à l’un des points non vérifiés jusqu’à ce jour du rempart de la Charte de 1307. Une surveillance des fondations de l’immeuble jouxtant l’impasse de l’Arsenal a été organisée. Sur plusieurs sondages étudiés dans des conditions difficiles un seul (no 5) révéla la présence de la muraille du xive s. et du fossé avec peu de matériel archéologique. Un autre (no 14), effectué à proximité, permit de vérifier la présence du rempart mais, à cause d’une importante arrivée d’eau, un effondrement se produisit : une épée Renaissance a été retrouvée dans les déblais après pompage.

4Le troisième point du sauvetage se situait directement près du surplomb de la rue du Rosemont. Dans un premier îlot, l’amas très épais de cendres doit correspondre aux foyers de l’ancien four banal. Un pilier central du bâtiment démoli portait la date de 1625. Le second îlot a donné une stratigraphie peu interprétable, avec une partie de dépotoir bien daté de la fin du xviiie s. Sur le troisième îlot, des dalles de grès portant des chiffres romains recouvraient un sol qui a livré des tessons de céramique, un poids monétaire, un grelot... Une monnaie de 1625 est. venue confirmer la datation de la céramique (rebords, pieds, panses de vases tripodes, etc.). Sous cette couche du xviie s., la base d’un poêle détruit sur place été dégagée, la sole a été positionnée. Les gobelets ouverts vernissés ou non, le pisé d’assemblage parfois très noirci présentant des traces de baguettes de montage, étaient répartis sur une épaisseur de 30 à 40 cm. À proximité de cette sole, des céréales et des pois calcinés ont été ramassés. Avant d’atteindre le sol naturel (?), une couche d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur a livré, outre des ossements, des céramiques noires à dégraissant blanc dont les formes pourraient correspondre à celles du xiiie s. De semblables céramiques ont été retrouvées à Bavilliers. Dans ce troisième îlot, sept foyers ont été identifiés dont l’un bâti sur des galets et des culots (?) de fonderie.

5La surveillance des fondations entre le surplomb et la rue de l’Étuve a permis d’entrevoir l’existence d’un talus important sur la pente duquel se trouvait rejetée de la céramique du milieu du xiiie s. et le départ d’un fossé vraisemblablement antérieur à celui du xive s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Rilliot, « Belfort – Rue de l’Étuve » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27111

Haut de page

Auteur

Michel Rilliot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Rilliot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search