Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198625 – DoubsBavans – Abri de La Roche

1986
25 – Doubs

Bavans – Abri de La Roche

Sauvetage programmé (1985-1986)
Responsables d'opération : Gérard Aimé, Pierre Moret et Élisabeth Schall

Texte intégral

1Les dernières découvertes faites en 1985 et 1986 ainsi que les premiers résultats des analyses et des études pluridisciplinaires viennent préciser davantage la chronologie et l’organisation des occupations des abris-sous-roches de Bavans.

2Dans la couche 4 un horizon attribué au Bronze final III a fourni quelques tessons et rebords décorés, accompagnés selon les fouilleurs de trois coquillages perforés fossiles du type Columbella rustica. Les stigmates de travail de ces parures sont identiques à ceux que l’on a pu observer ailleurs dans le Mésolithique sur des Potamides laevissimus ou Potamides plicatus. G. Aimé s’interroge sur la provenance de ces pièces qui auraient pu être récupérées par les occupants du Bronze final à l’occasion de fouissements divers. En outre, l’occupation du Bronze final III, bien attestée pour la première fois par un horizon en place, n’apparaît constituer qu’une halte temporaire comme c’est le cas d’ailleurs dans de nombreuses grottes franc-comtoises de cette époque.

3La couche 5 qui renferme des témoignages du Mésolithique et du Néolithique ancien a fourni de nouveaux tessons décorés du type de La Hoguette à la base de la couche, une perle en spondyle et quelques tessons rubanés dans sa partie supérieure. Deux dates radiocarbone ont été réalisées à la jonction de ce qui pourrait être la limite stratigraphique entre les deux traditions culturelles. Elles ont donné les résultats suivants : abri sud/sud-ouest, LV 1588 = 6500 ± 100 BP, soit en datation calibrée : 5705 à 5205 av. J.-C. ; abri central, LV 1590 = 6410 ± 95 BP, soit en datation calibrée : 5615 à 5090 av. J.-C. Ces dates synchrones situeraient sous les deux abris le contact entre la base de l’ensemble à céramique Rubané récent et celui plutôt dominé par celle de La Hoguette vers 4500 BC (date conventionnelle), c’est-à-dire deux à trois siècles plus haut que les dates généralement admises pour le Rubané récent.

4Ces dernières investigations tendent aussi à démontrer la persistance d’une tradition mésolithique influencée par des apports rubanés d’origine alsacienne. La céramique dite de La Hoguette (fig. 1) semble apparaître antérieurement au Rubané récent (fig. 2). S’il s’agit bien de deux groupes culturellement différents, on peut s’interroger sur l’impact respectif qu’ils ont pu avoir sur le processus de néolithisation du Nord de la Franche-Comté. Les résultats des analyses de la faune attendus avec impatience seront sans doute déterminants pour cette approche.

Fig. 1 – Mobilier de la couche 5 (partie inférieure) : ensemble culturel dit de « La Hoguette »

Fig. 1 – Mobilier de la couche 5 (partie inférieure) : ensemble culturel dit de « La Hoguette »

Dessins : G. Aimé, P. Moret, E. Schall.

Fig. 2 – Mobilier de la couche 5 (partie supérieure) : ensemble culturel du Rubané récent

Fig. 2 – Mobilier de la couche 5 (partie supérieure) : ensemble culturel du Rubané récent

Dessins : G. Aimé, P. Moret, E. Schall.

5La suite des recherches dans les couches 6 et 7, datant du Boréal (Mésolithique moyen ou Beuronien B) a contribué à affiner encore la connaissance de ces niveaux épais (près de 1 m) accumulés semble-t-il en un laps de temps très bref, aux débuts du Boréal (6600 à 6100 BC, dates non calibrées, quatre datations pour la couche 7 et deux pour la couche 6 se trouvant dans cette fourchette).

6La faune, très abondante et bien conservée, est en cours d’étude ; l’industrie lithique est homogène et également bien représentée (plusieurs centaines de microlithes). Les spectres de pollens présentent des silhouettes relativement constantes. Enfin, les structures du quotidien, surtout de combustion, abondent et font l’objet d’études détaillées. Il résulte de ces faits nouveaux que les abris de Bavans, lors de la première moitié du Boréal, entre 6800 et 6000 BC, ont reçu fréquemment des habitats temporaires de populations numériquement restreintes, ceci en plusieurs siècles, émanant de groupes relativement homogènes et proches culturellement de ceux de l’Allemagne du Sud-Ouest et de la Suisse occidentale. Les deux efforts principaux portent actuellement sur l’étude plus fine de l’industrie lithique (types de débitage, matières premières utilisées et provenance) et sur les structures de combustion, nombreuses en ces couches.

7En ce qui concerne les structures, la couche 7 de l’abri central (Mésolithique moyen de la première moitié du Boréal, couche pour laquelle ont été obtenues les dates suivantes : 8560 ± BP et 8420 ± BP) montre, sur environ 12 m2 et 30 cm d’épaisseur, quatorze structures ou zones de combustion dont on constate qu’elles sont étroitement enchevêtrées (fig. 3). On y observe la prééminence des foyers à plat limités (six exemplaires nos 1, 3, 12, 6, 10 et 15, situés à des profondeurs comprises entre 154 et 187 cm de profondeur). Viennent ensuite les autres structures (cinq exemplaires) : no 2, vidange de foyer, à 177 cm de profondeur ; no 5, concentration de charbons sur le substrat rocheux à 173 cm ; no 7, zone à rubéfaction le long du substrat, qui marque un décrochement vers l’extérieur en ce point (profondeur : 160 cm), ce pourrait être une vidange du foyer 8 ou faire partie de sa structure ; no 14, foyer à plat, (quelques pierres sur le pourtour et jusqu’au centre de forme ovoïde : 90 cm x 60 cm), profonde de 3 à 4 cm, cette structure a produit des fragments de coquilles de noisettes brûlées. Il y a enfin trois foyers en cuvette aménagée : no 8, à 160 cm de profondeur ; no 11, à 162cm ; no 13, à 179 cm, et un foyer à plat simple no 4, à 153 cm. La structure no 8 a produit une très grosse concentration d’os carbonisés formant un amas aggloméré jusqu’à 181 cm de profondeur, la profondeur de la cuvette atteignant 21 cm en son centre tandis que les dimensions de la structure au sommet sont de 100 cm x 70 cm. Plus petite, la cuvette no 13, de 60 cm x 50 cm d’ouverture pour 20 cm de profondeur, présente une zone rubéfiée et des os carbonisés autour du foyer ; enfin la cuvette no 11 (100 cm x 90 cm pour une profondeur de 15 cm) possède une couronne circulaire de pierres au sommet et un dallage de grosses pierres au fond de la cuvette ; la terre est très rubéfiée, les charbons abondants, et l’on trouve, sur le dallage de fond, des fragments de coquilles de noisettes brûlées. Le foyer no 4 est intéressant. Il contient quelques pierres brûlées sur leur face inférieure et il est entouré de deux vidanges et d’un anneau de charbons, enfin il révèle une microstratigraphie qui témoigne d’au moins deux utilisations successives. On a trouvé, dans l’anneau de charbons, des coquillages de parures. Pour revenir à certaines particularités, le foyer no 1 contenait des galets (de 6 cm x 10 cm) qui auraient pu servir de pierres de chauffe. Enfin, le foyer no 12 a produit des silex brûlés.

Fig. 3 – Structures de combustion de la couche 7

Fig. 3 – Structures de combustion de la couche 7

Dessin : G. Aimé, P. Moret, E. Schall.

8Une telle complexité (qui se retrouve dans d’autres emplacements ou locus et couches du gisement) ne facilite pas les interprétations. Pour ce qui est de la chronologie par exemple (tabl. I), s’il est aisé d’affirmer l’antériorité de certaines structures par rapport à d’autres, ceci en fonction de leur position stratigraphique, il n’est plus possible de le faire pour deux structures voisines situées à la même profondeur. Chaque type de foyer pourrait correspondre à un mode spécifique d’utilisation mais au stade actuel des observations, une spécialisation ne paraît toutefois pas évidente.

Tabl. I – Tableau synoptique des différentes occupations des abris-sous-roches

Tabl. I – Tableau synoptique des différentes occupations des abris-sous-roches

G. Aimé, P. Moret, E. Schall.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Mobilier de la couche 5 (partie inférieure) : ensemble culturel dit de « La Hoguette »
Crédits Dessins : G. Aimé, P. Moret, E. Schall.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 – Mobilier de la couche 5 (partie supérieure) : ensemble culturel du Rubané récent
Crédits Dessins : G. Aimé, P. Moret, E. Schall.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 3 – Structures de combustion de la couche 7
Crédits Dessin : G. Aimé, P. Moret, E. Schall.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Tabl. I – Tableau synoptique des différentes occupations des abris-sous-roches
Crédits G. Aimé, P. Moret, E. Schall.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Aimé, Pierre Moret, Élisabeth Schall, « Bavans – Abri de La Roche » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27178

Haut de page

Auteurs

Gérard Aimé

Articles du même auteur

Pierre Moret

Élisabeth Schall

Haut de page

Responsables d'opération

Gérard Aimé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pierre Moret

Élisabeth Schall

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search