Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté198225 – DoubsBesançon – Rue Ronchaux et rue Re...

1982
25 – Doubs

Besançon – Rue Ronchaux et rue Renan, immeuble Saint-Jean

Fouille (1981-1982)
Responsables d'opération : Jean-Louis Odouze et Jean-Pierre Urlacher
Notice rédigée avec Jean-Paul Jacob

Texte intégral

1Durant l’hiver 1981-1982, la démolition de l’ancienne imprimerie de l’Est-Républicain a révélé d’importants vestiges archéologiques, au pied de la citadelle. En raison des contraintes techniques et aussi de la volonté des promoteurs d’aller vite, seuls les niveaux profonds ont pu être étudiés, sur une surface de 450 m2, alors que l’ensemble du chantier était de 1 500 m2. Les conditions particulières de mise en place des dépôts archéologiques en milieu humide ont favorisé la conservation d’éléments organiques. Ce phénomène, joint à la présence d’un mobilier archéologique abondant, confère un caractère tout à fait remarquable à cette fouille.

2Les structures découvertes sont de plusieurs types : des fosses, des « coffres », des puits et des murs (Passard, Urlacher 1983).

322 fosses ont été reconnues, de formes ovoïdes, circulaires ou quadrangulaires ; elles étaient creusées dans des argiles imperméables. Leur profondeur oscillait entre 0,40 m et 1,50 m. Si leur destination initiale nous est inconnue, elles ont été presque systématiquement réutilisées comme dépotoir. Certains aménagements en bois destinés à maintenir les parois de ces fosses, voire à les couvrir, étaient particulièrement bien conservés (fig. 1).

Fig. 1 – Fosse no 16 (-50 av. J.-C. – 50 apr. J.-C.)

Fig. 1 – Fosse no 16 (-50 av. J.-C. – 50 apr. J.-C.)

Claie bloquée verticalement entre des pieux (détail).

Cliché : J.-L. Odouze, J.-P. Urlacher.

44 structures, baptisées arbitrairement coffres, se différenciaient nettement des fosses. Ces coffres constituaient des sortes de cuves, creusées dans l’argile jusqu’au niveau de graviers, sous-jacent, permettant ainsi un apport permanent d’eau par infiltration. Pour éviter l’effondrement des parois en argile, un système de coffrage en rondins de bois était construit à l’intérieur de la fosse (fig. 2).

Fig. 2 – Coffre no 1 (-50 av. J.-C. – 50 apr. J.-C.)

Fig. 2 – Coffre no 1 (-50 av. J.-C. – 50 apr. J.-C.)

Les rondins de bois, long de 1,40 m, étaient superposés horizontalement, le long des parois internes de la fosse.

Cliché : J.-L. Odouze, J.-P. Urlacher.

5Deux puits ont été trouvés, l’un médiéval et l’autre gallo-romain. Ce dernier, profond de 3 m, et d’un diamètre intérieur n’excédant pas 0,90 m, était construit au centre d’une grande fosse quadrangulaire de 2,50 m de côté. À la base de celle-ci, 4 poutres en chêne constituaient un coffrage carré, servant de soubassement au parement en pierres, légèrement ovoïde.

6Un bâtiment avait été construit après l’abandon des fosses et, des coffres. Ses fondations, dans le secteur nord-est de la fouille sont constituées par un alignement de pieux battus remplaçant les pierres traditionnelles qui n’auraient sans doute pas été suffisantes pour stabiliser le sol dans cette zone très remaniée.

7En dehors de vestiges médiévaux, la majorité de ces structures peut être datée entre 50 av. J.-C. et 50 apr. J.-C. Le matériel céramique, très abondant, l’indique clairement. Le fonds gaulois est bien attesté par des céramiques peintes et des vases ouverts à décor onde lisse. Les apports italiques sont importants : amphores, céramique campanienne A. Les centres de production du Sud et tout particulièrement la Graufesenque sont représentés mais en petite quantité. On remarque aussi des imitations de céramique campanienne C. De nombreux objets en bois ont été trouvés : bols, peigne, fusaïoles, « toupies » tronconiques, charnières, poignées de coffrets, planchettes à rainures (sorte de gabarits ?), une pioche-hache, une gouge et un burin emmanchés (fig. 3).

Fig. 3 – Pioche-hache gallo-romaine avec son manche en bois

Fig. 3 – Pioche-hache gallo-romaine avec son manche en bois

Cliché : J.-L. Odouze, J.-P. Urlacher.

8Enfin, l’étude des matières organiques qui constituent la grande partie des remplissages des coffres et des fosses, apportera des renseignements décisifs pour reconstituer l’environnement de Besançon au début de notre ère.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fosse no 16 (-50 av. J.-C. – 50 apr. J.-C.)
Légende Claie bloquée verticalement entre des pieux (détail).
Crédits Cliché : J.-L. Odouze, J.-P. Urlacher.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Fig. 2 – Coffre no 1 (-50 av. J.-C. – 50 apr. J.-C.)
Légende Les rondins de bois, long de 1,40 m, étaient superposés horizontalement, le long des parois internes de la fosse.
Crédits Cliché : J.-L. Odouze, J.-P. Urlacher.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 3 – Pioche-hache gallo-romaine avec son manche en bois
Crédits Cliché : J.-L. Odouze, J.-P. Urlacher.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/27307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Odouze, Jean-Pierre Urlacher, Jean-Paul Jacob, « Besançon – Rue Ronchaux et rue Renan, immeuble Saint-Jean » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/27307

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Jacob

Directeur de la Circonscription de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Jean-Louis Odouze

Direction des Antiquités

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-Pierre Urlacher

Conseil départemental du Doubs

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search