Navigation – Plan du site
2008

Périgueux – Rempart du centre national de la Préhistoire

Responsable(s) des opérations : Mélanie Chaillou
Notice rédigée par : Mélanie Chaillou

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025302

Date de l'opération : 2008 (RA)

1La « ville double » de Périgueux s’est développée autour des pôles constitués par « la Cité », ceinturée des vestiges du rempart du Bas-Empire, et par le Puy-Saint-Front, faubourg du Moyen Âge qui a prospéré à l’est de la première. Dans le cadre de l’aménagement

2de l’esplanade du musée Vesunna, la vue sur la façade sud-ouest du Centre national de la Préhistoire (CNP) a été dégagée. Ces bâtiments, construits sur une portion du rempart du Bas-Empire, ont alors fait l’objet d’un projet de mise en valeur par P. Oudin (ACMH). Ces élévations, qui se développent sur trois tours, deux courtines et un pavillon, présentent un fort potentiel patrimonial, de l’Antiquité tardive à l’époque moderne, ce qui a motivé la prescription d’une étude du bâti par le SRA et la CRMH (Fig. n°1 : Étude du bâti ). Confiée à la société Hadès, elle a été réalisée en collaboration avec J.-P. Fourdrin (CNRS), spécialiste des fortifications du Bas-Empire ; H. Gaillard (SRA) l’a complétée par un sondage à l’angle que forment la tour et la courtine occidentales.

3Bâti à sec, en gros blocs de remploi issus des monuments de la ville du Haut-Empire, le rempart antique est conservé en moyenne sur deux à cinq assises au soubassement des tours et des courtines du CNP ; jusqu’à quinze assises sur la première courtine (n° 8). L’étude de ces élévations a été rendue fructueuse grâce à l’érosion du matériau, laissant visible une partie de la face supérieure des blocs. Les traces laissées par les engins de levage ont permis d’identifier le sens premier d’utilisation de ces blocs, retaillés pour la mise en œuvre du rempart. Aussi, J.-P. Fourdrin a pu identifier des traces de pinces permettant de restituer avec satisfaction le mode opératoire du montage de cette partie de l’enceinte.

4À l’extrémité ouest du CNP, la tour quadrangulaire (G) repose sur les vestiges des fondations d’une tour semi-circulaire du Bas-Empire. Sa mise en œuvre en petits moellons équarris réglés contre des chaînages d’angle en pierre de taille, une fente d’éclairage et surtout un tesson de céramique rouge polie, mis au jour dans le remblai sous ses fondations, permettent de la dater aux environs du XIIe s. Une pierre portant une inscription antique a été remployée dans son chaînage d’angle sud-ouest. Son étude a été confiée à J.-P. Bost.

5Obturée au premier étage de la première courtine (n° 8), une baie géminée à linteau monolithe taillé en plein-cintre doit également dater des années 1100. Elle a peut-être été percée dans un parement élevé vers l’an Mil, comme semblerait l’indiquer l’appareil en épi qui l’entoure, mais les vestiges sont trop ténus pour l’affirmer.

6Plus à l’est, l’usage de chaînages d’angles intermédiaires, assurant la transition au plan arrondi de la tour H, semble témoigner d’une hésitation des bâtisseurs et caractérise peut-être une construction du début du XIIIe s. D’autres éléments plus discrets sont datables du XIVe s. et du XVe s., mais la dernière grande phase de construction date probablement de la fin du XVIe s. : elle se distingue par l’aménagement de la chapelle épiscopale et d’un oratoire, à l’origine de la reconstruction de la tour I et du pavillon est.

7En définitive, si cette étude a permis de dater plus précisément certaines parties du rempart, et en particulier de « vieillir » la tour quadrangulaire ouest, considérée jusque-là du XVe s., on ignore les dispositions intérieures des bâtiments et les subdivisions et regroupements des parcelles au fil des siècles. Il semble cependant acquis que, dès la fin du Moyen Âge, le caractère résidentiel des constructions est bien marqué, ce qui révèle peut-être un désintérêt assez précoce de l’entretien du rempart de la Cité, sans doute concurrencé par celui du Puy-Saint-Front, plus récent et sans doute mieux armé.

8Chaillou Mélanie

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Étude du bâti

Fig. n°1 : Étude du bâti

Auteur(s) : Chaillou, Mélanie (EP). Crédits : Chaillou, Mélanie, EP (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Étude du bâti
Crédits Auteur(s) : Chaillou, Mélanie (EP). Crédits : Chaillou, Mélanie, EP (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Mélanie Chaillou, « Périgueux – Rempart du centre national de la Préhistoire », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2758

Haut de page

Responsable d'opération

Mélanie Chaillou

EP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals