Navigation – Plan du site
2008

Travaux miniers de la région de la vallée de Baïgorry et du Baztan

Responsable(s) des opérations : Gilles Parent
Notice rédigée par : Gilles Parent

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025343

Date de l'opération : 2008 (PT)

1    - La mine de Zebia (Monhoa, St-Étienne de Baïgorry)

2 Au cours des années précédentes, la mine de cuivre de Monhoa avait fait l’objet d’une première étude et de quelques sondages. Cette mine de faible développement s’organise en deux niveaux étagés sur un peu plus de dix mètres de hauteur, reliés par un chantier sub-vertical pratiqué dans le filon fortement incliné. Une reprise timide au XVIIIe s. avait affecté uniquement le niveau inférieur.

3 Ouverte en partie dans des grès et quartzites, sur un épais filon à gangue de quartz, sa première exploitation avait nécessité l’abattage par le feu.

4 La datation de deux prélèvements de charbons de bois, au fond du diverticule supérieur, nous renvoyait au début du IIe s. av. J.-C., tandis qu’un sondage dans la zone d’entrée évoquait une exploitation à la fin du Ier s. av. J.-C. Un troisième prélèvement réalisé dans une salle du niveau inférieur situait le creusement de cette partie au début du Ier s. apr. J.-C.

5   - L’opération de 2008

6 Elle a consisté à fouiller la galerie d’entrée du niveau supérieur, sur une longueur d’environ six mètres. Le niveau induré, rencontré lors du sondage de 2007, a été reconnu sur toute la longueur de la fouille et interprété sans ambiguïté comme un sol d’exploitation très compacté, sorte de ballast formé par le passage répété des mineurs. Ce ballast s’est constitué au sommet d’un remplissage réalisé volontairement par les mineurs sur le fond très inégal de la galerie, sur une épaisseur variant de 0,20 m à un mètre, afin d’offrir une surface de circulation plane et faiblement inclinée vers l’intérieur de la mine. L’inégalité du sol rocheux s’explique par la situation de la galerie dans le filon, et par la recherche du minerai par affouillement du sol. Un muret de pierres sèches, construit afin de barrer la galerie dans le but probable d’éviter les chutes d’animaux dans le chantier descendant, repose directement sur le niveau d’exploitation.

7 Une nouvelle datation d’un prélèvement de charbons issus des couches reposant sous le niveau de circulation, confirme la réalisation de cette phase à la fin du Ier s. av. J.-C. (-86, 63) av.-apr. J.-C. (probabilités décroissantes : -17, 1, -13.)

8Cette opération a permis en outre de dégager, en paroi sud et sur environ quatre mètres de long, une margelle ou épaulement dont la largeur varie de 0,10 m à 0,50 m, vestige du niveau d’un ancien sol rocheux de la galerie.

9Ceci met en évidence trois principales phases anciennes :

10     - une première phase durant laquelle une galerie est ouverte, légèrement descendante près de l’entrée, puis accentuant sa descente avec façonnage de gradins inversés à la voûte. Cette période pourrait correspondre aux datations du début du IIe s. av. J.-C ;

11   - une seconde phase, au début de notre ère ou peu avant, au cours de laquelle est défoncé le sol ancien. Le sol descendant du chantier est ainsi affouillé, avec réservation d’une margelle, témoin du niveau du sol d’origine ;

12   - une troisième phase, semble-t-il dans la continuité de la précédente, où le sol, rendu très irrégulier par les affouillements, est remblayé pour y établir un niveau de circulation plus régulier et moins incliné, tandis que le chantier descendant est réalisé.

13Une fouille du fond du niveau supérieur, où ont été obtenues les datations les plus anciennes, est prévue pour 2009.

14    - Travaux du Jara 1

15 Ces anciens travaux pour cuivre, non repris à l’époque moderne, montrant une remarquable typologie d’abattage par le feu, avaient fait l’objet en 2005 d’un sondage en contrebas dans les haldes ou déblais miniers, recouverts par 0,40 m de colluvionnement. Une datation sur charbons de bois évoquait une exploitation au cours du Ier s. av. J.-C.

16En 2008, il a été décidé de dégager un des orifices les plus caractéristiques, donnant sur ce qui semble être le départ d’un ouvrage en descenderie. Dans l’hypothèse de l’existence d’un couloir de surcreusement, abaissant le seuil de la galerie afin d’en faciliter l’exhaure et l’évacuation des déblais (comme observé à Banca à trois reprises), une tranchée a été attaquée plusieurs mètres en contrebas. Elle a permis de traverser les haldes et de collecter des charbons de bois dont l’analyse fournit les résultats suivants : [-87, 57] av.-apr. J.-C. (probabilités décroissantes : -35, 0, -11, -19, -30)

17Le débourrage de la galerie dévoile un ouvrage aux formes très arrondies (résultant de l’abattage par le feu) d’une hauteur de près de 3 mètres. Les sédiments sont complètement gorgés d’eau à partir de 0,50 m de profondeur et recèlent de nombreux éléments de bois, soit naturels (racines), soit anthropiques et dont la relation avec l’exploitation minière reste à démontrer. Le débourrage est à poursuivre en 2009 avec pour fil conducteur, outre la reconnaissance de la typologie de la galerie, la possibilité de découvrir des éléments organiques liés à l’exploitation.

18    - Travaux du Jara 3

19 Différentes attaques minières se répartissent en versant nord du Jara, près du sommet, le long d’un accident sensiblement parallèle à la crête et proche du contact entre les calcaires dévoniens et les grès du Permo-Trias. Les travaux sont ordinairement pratiqués dans les calcaires, porteurs des minéralisations cuprifères, mais peuvent aussi se propager dans les grés triasiques sus-jacents, cas des travaux précédents du Jara 1.

20Les travaux du Jara 3, bien que montrant de larges coupoles d’attaques par le feu, ont subi une exploitation « en carrière » à l’époque moderne, si ce n’est bien avant. En effet, compte tenu du faible nombre de traces de tirs, confinés en un seul endroit, il est difficile d’attribuer au seul explosif l’éclatement de la roche et la quasi disparition des travaux ouverts au feu.

21Quoiqu’il en soit, le seul diverticule contenant des remblais, manifestement antérieur à cette attaque en carrière et dont la typologie évoque sans conteste l’usage du feu, mesure moins de trois mètres de longueur pour moins d’un mètre de large, etc. Une coupe stratigraphique y a été pratiquée et a permis la récolte d’échantillons de charbons de bois à la base du remplissage, au contact de la roche. Résultats : [- 48, 72] av.-apr. J.-C. ] (probabilités décroissantes : 5, 17, 12 -15)

22    - La mine de cuivre d’Uniz (Navarre, Baztan) 

23 Cette petite mine de cuivre a fait l’objet d’une nouvelle tentative de datation en 2008. La poursuite de son étude a notamment permis de mieux mesurer l’ampleur et la nature de la reprise du XVIIIe s. : là encore, il semble bien qu’un véritable travail d’abattage de la roche, « en carrière », y ait été pratiqué à l’époque moderne, réduisant considérablement le développement des travaux plus anciens. Une petite chambre d’exploitation a cependant été reconnue comme antérieure à l’époque moderne. L’enduit d’argile sèche qui recouvre la partie inférieure de ses parois témoigne en outre d’un ennoiement partiel qui ne se produit plus, vraisemblablement depuis que les travaux ont été approfondis. Le décapage de cet enduit, sur un replat vestige du sol originel de cette petite chambre d’exploitation, n’a livré aucun fragment de charbon de bois ni autre élément de datation.

24Les recherches dans ce site ne se poursuivront pas en 2009, compte tenu de l’important travail de déblaiement nécessaire afin de descendre vers les travaux inférieurs (les modernes ont jeté dans un chantier descendant le produit stérile de l’abattage de la barre rocheuse), en regard de notre très modeste effectif.

25Parent Gilles 

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gilles Parent, « Travaux miniers de la région de la vallée de Baïgorry et du Baztan », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2769

Haut de page

Responsable d'opération

Gilles Parent

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals