Navigation – Plan du site
2008

Saint-Germain-et-Mons – La Jarthe

Responsable(s) des opérations : Vanessa Elizagoyen
Notice rédigée par : Vanessa Elizagoyen

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025304

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Dans le cadre du projet de construction d’une maison individuelle, une opération de diagnostic archéologique a été réalisée sur la parcelle A 795. Le terrain est situé sur la basse terrasse alluviale de la Dordogne, bordé à l’est par le Couillou.

2Des explorations archéologiques antérieures attestent une grande richesse de vestiges dans les environs. Ainsi, ont été référencées plusieurs zones d’occupation gallo-romaine, notamment du Haut-Empire et la proximité d’un site du Néolithique final. On peut notamment citer l’occupation du Haut-Empire localisée par A. Pons-Métois lors d’un diagnostic conduit en 2006 sur les parcelles se trouvant de l’autre côté de la départementale 21 E 3. La parcelle A 794, jouxtant notre terrain au sud a également révélé un site de la même période lors d’un sondage effectué en 1993.

3Au cours de l’opération, six sondages disposés est-ouest ont été réalisés afin d’évaluer et de caractériser le potentiel archéologique de la zone. Ils ont permis de discerner deux indices de site.

4Le premier, situé au sud-est de la parcelle est daté du deuxième âge du Fer, Tène C. C’est une période relativement mal connue et peu représentée dans la région. Un « épandage », qui est un probable vestige de sol, associé à des structures en creux a livré un lot assez conséquent et homogène de tessons d’amphore Dressel 1A et de céramique commune. Ces vestiges apparaissent sous la terre végétale, entre 0,30 m et 0,40 m sous la surface actuelle mais sont partiellement arasés et donc clairement discernables 0,10 m à 0,20 m plus bas. Le site s’étend sur une surface supérieure à 50 m2 et semble se poursuivre dans l’emprise du projet de construction de la maison, de même que dans la parcelle A 794. On peut sans doute y associer les six probables trous de poteau, localisés dans la partie occidentale du sondage 2, qui permettent de s’interroger sur la présence éventuelle, à cet endroit, d’une structure légère de type bâtiment. Les vestiges sont conservés sur une épaisseur n’excédant pas 0,15 m à 0,20 m, du fait de leur arasement.

5D’autre part, en limite de parcelle, au nord-ouest, un second indice de site a été distingué. Il s’agit des vestiges d’une occupation gallo-romaine se rapportant au Haut-Empire. Les vestiges sont constitués d’un épandage de galets, terre cuite et silex dans lequel sont creusées deux structures de combustion et une fosse-dépotoir liée à de l’activité métallurgique. Ces structures semblent contemporaines et sont complétées à l’est par un fossé orienté nord-est - sud-ouest qui semble avoir connu deux états successifs, le plus ancien datant du deuxième âge du Fer, et le plus récent du Haut-Empire. Comme pour le premier indice de site, les structures sont partiellement arasées et affleurent sous la terre végétale, entre 0,30 m et 0,50 m de profondeur, sur 0,20 m à 0,30 m d’épaisseur. On se trouverait à cet endroit dans une zone liée au travail artisanal. Elle serait à rapprocher du site de la même période localisé de l’autre côté de la départementale lors du diagnostic mené par A. Pons-Métois en 2006.

6Elizagoyen Vanessa

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vanessa Elizagoyen, « Saint-Germain-et-Mons – La Jarthe », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2827

Haut de page

Responsable d'opération

Vanessa Elizagoyen

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals