Navigation – Plan du site
2008

Marsac-sur-l'Isle – Domaine de Saltegourde

Responsable(s) des opérations : Armelle Gueriteau
Notice rédigée par : Armelle Gueriteau

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025367

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Le lieu-dit « Saltgourde » est situé sur la commune de Marsac-sur-l’Isle à environ 5 km à l’ouest de Périgueux. Suite à l’acquisition du terrain par la société « SCCV Domaine de Saltgourde » avec un projet de construction de logements, une série de sondages diagnostic a été entreprise par l’Inrap (responsable L. Detrain) en mars 2006.

2 Le service régional d’archéologie d’Aquitaine ayant prescrit la fouille d’une parcelle du terrain (section AL, parcelle n° 149), c’est le bureau d’étude Hadès qui a mené l’opération au cours du mois de décembre 2007.

3Malgré des conditions de travail difficiles (inondation d’environ un tiers du terrain décapé, gel, mauvaise conservation des vestiges matériels, etc.), une grande partie des structures observées au décapage a pu être vérifiée. Il s’agissait exclusivement de structures en creux (trous de poteaux, fosses et fossés), une seule arase de fondation de mur d’époque assez récente (XIXe s.) a été mise au jour.

4 Cette fouille a alors permis de mettre en évidence des occupations in situpour trois grandes périodes : l’âge du Fer, le Moyen Âge (au sens large) et la période contemporaine (XIXe s.-XXe s.). La période gallo-romaine n’est évoquée que par la présence de trois tessons résiduels. Aucun vestige paléolithique n’a été identifié.

5La nature de l’occupation protohistorique de l’âge du Fer, localisée au nord-est du terrain, n’a pas été déterminée. Elle est caractérisée par des structures en creux (fosses, trous de poteau et sans doute fossé coudé) n’ayant fourni que très peu de matériel. Une datation radiocarbone d’un charbon de bois issu du comblement d’un trou de poteau confirme pourtant une implantation humaine à la transition des premier et second âge du Fer.

6La période médiévale, sur une fourchette chronologique très large, est la mieux représentée sur ce site. La datation des vestiges, à partir du mobilier céramique en particulier et des datations radiocarbones, propose deux phases d’occupation : le début du haut Moyen Âge (IVes-VIe s. apr. J.-C) et le plein Moyen Âge (Xe s. jusqu’au XIVe s.).

7La première phase n’est pas très bien identifiée, elle n’est caractérisée que par la présence de quelques tessons et une datation radiocarbone. Aucune structure assurée n’a pu y être associée. En revanche, la deuxième phase est bien mieux appréhendée. Elle se définit par une organisation de l’espace liée à une activité agricole. Cela se traduit par la mise en place de trois fossés quasi-parallèles creusés dans leur partie basse dans le substrat calcaire et présentant un même axe d’écoulement du nord vers le sud. La chronologie d’aménagement de ces fossés, sans lien stratigraphique, n’a pu être déterminée. La position topographique de ces structures, au pied d’un ressaut du calcaire séparant un replat occidental d’un plan incliné vers l’est, indique clairement qu’il s’agit de fossés drainant, destinés à l’assainissement de la zone haute (à l’ouest). C’est sur cette dernière zone qu’a été mis en évidence le seul plan probable d’un bâtiment conséquent sur poteaux appartenant à la fin de la période (XIIIe s.-XIVe s.). Ces fossés jouent aussi vraisemblablement un rôle de délimitation parcellaire, renforcé par la présence de deux fossés d’axe ouest-est (non fouillés car inondés) et par un alignement de trous de poteau, possible trace d’une ancienne palissade. Ces structures délimitent ainsi des surfaces cohérentes de largeur similaires à l’intérieur desquelles sont installées des structures légères sur poteaux.

8Bien que la zone d’habitat n’ait pas été perçue sur la parcelle décapée, il est envisageable qu’elle puisse se trouver à proximité, notamment en raison de la présomption de l’existence d’une motte castrale sur les rives de l’Isle vers le sud.

9Cette interprétation de terrains destinés à une activité rurale est renforcée par l’étude des fonds documentaires propres au domaine de Saltgourde et conservés aux archives départementales de la Dordogne à Périgueux. Ils témoignent de l’activité constante de ce domaine en tant que propriété à vocation agricole jusqu’au XXe s. Les vestiges de cette dernière période (fondations de bases de piliers, arase de mur, fossé drainant) sont concentrés sur la partie occidentale du site, située hors eau (zone sèche). Il est vraisemblable que cette installation ait effacé les traces plus anciennes, pouvant être liées à l’habitat médiéval.

10La fouille de ce site confirme une occupation ancienne mais non continue du lieu où l’irrégularité hydromorphe du milieu en justifie l’utilisation à des fins agropastorales.

11Gueriteau Armelle

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Armelle Gueriteau, « Marsac-sur-l'Isle – Domaine de Saltegourde », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2830

Haut de page

Responsable d'opération

Armelle Gueriteau

EP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals