Navigation – Plan du site
2008

Arudy – Grotte de Laà 2

Responsable(s) des opérations : Patrice Dumontier
Notice rédigée par : François Réchin et Patrice Dumontier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 025116

Date de l'opération : 2008 (FP)

1La grotte de Laa 2 est située dans le petit massif calcaire de Garli, au sud-ouest du village d’Arudy. À la suite d’une première opération de fouille programmée en 2006 qui avait permis d’évaluer plus précisément le fort potentiel archéologique de cette cavité, nous avons engagé un programme tri annuel.

2La campagne de fouilles 2008 a concerné deux secteurs dinstincts : l’ensemble salle 1 et salle 3 de la grotte principale et la petite entrée sud-est (dite  « Laa 3 »). 

Entrée sud-est (Laa 3)

3En 2007 nous indiquions que le Néolithique final était représenté par deux ensembles distincts, les occupations des US 9 et 10 d’une part et celles correspondant au foyer F2 associé à l’US 18 d’autre part.

4Les décapages 2008 de la base de l’US 9 et de l’US 10 ont montré une superposition de trois états nous donnant ici une chronologie plus fine que celle obtenue lors de la fouille de la bande C en 2007. Du fait du profil de la cavité au Néolithique final, l’axe de circulation dans cette petite salle se limitait exclusivement aux bandes B et C. Cette configuration particulière a protégé les dépôts latéraux, alors que les déplacements dans les bandes B/C ont remobilisé des documents sur 10 cm à 15 cm d’épaisseur.

5Ces niveaux sont également marqués par deux foyers qui évoquent des occupations domestiques. Le premier, mis au jour en 2007, était entouré de restes de faune et a été daté et entre le 26e et le 24e siècle BC. Le second, étudié cette année est un foyer à plat (F3 carré D11/12) qui n’a livré que très peu de vestiges associés.

6La cavité a également accueilli le cadavre d’un adulte dont nous n’avons retrouvé que des vestiges incomplets qui ont permis une datation plaçant ce dépôt entre 2902 et 2630 Cal BC. Cependant le statut funéraire de la cavité n’a pas pu être démontré par la découverte d’autres sujets. De même, la large répartition spatiale des éléments du squelette interdit un éventuel rapprochement avec un mobilier qui aurait pu être associé au dépôt.

7Le mobilier céramique ne comporte pas d’éléments nouveaux et le mobilier lithique reste indigent ce qui pourrait être la traduction d’occupations de très courtes durées.

8Dans le niveau sous-jacent, l’US 18 le foyer F2 (ST1) mis au jour en 2007 a permis deux datations par AMS l’une sur os et l’autre à partir de charbons prélevés sur le fond de la structure. Les résultats ne concordent pas et une réflexion est en cours avec le laboratoire. À partir des données actuelles, le point de contact entre les deux résultats 14C, se situerait au 29e siècle. L’US 18, qui correspond au niveau sédimentaire associé à l’ouverture du foyer F2 a été lessivée et elle n’a livré que des fragments osseux en cours d’étude.

9Enfin, dans un sondage réalisé dans la bande 13 nous avons atteint un niveau archéologique (US 21) qui conservait un foyer (US 22). La documentation, foyer à plat, coquilles d’escargots en grande quantité, rares restes de faune traduisant une activité cynégétique, suggère une occupation de courte durée, de type campement. Le mobilier lithique ne contient aucun document diagnostique. En l’état il est difficile de conclure sur un positionnement culturel. Cependant, du fait de la présence exclusive de faune sauvage et de l’abondance des coquilles d’Helix, cette occupation pourrait appartenir à un Mésolithique.

Les salles 1 et 3 – Occupations antiques et du Second Âge du Fer

10Concernant les niveaux protohistoriques récents et la période tardo-antique, la problématique de la campagne 2008 peut se résumer à trois questions essentielles pour ce genre d’établissement souterrain :       

11    - établir des données chronologiques plus solides sur les différentes phases d’occupation du site ;

12    - mieux comprendre l’organisation des structures d’occupation qui en ont ponctué l’histoire ;

13    - essayer de caractériser les types d’occupation qui s’y sont succédé.

14Dans la salle 1, le mobilier recueilli dans les déblais de fouilles clandestines avait permis d’établir d’emblée que ce secteur de la grotte avait été occupé durant une période embrassant au moins, comme dans la salle 3, le second âge du Fer et la partie finale de l’Antiquité. Sur cette base, il fallait d’abord établir une continuité stratigraphique entre les salles 1 et 3 et vérifier si les phases d’occupation observées dans la partie inférieure de la grotte trouvaient leur pendant dans la partie supérieure. Mais, d’autre part, l’espace disponible dans la salle 1 étant plus favorable à une fouille plus extensive que celle qui avait été possible dans l’étroit volume de la salle 3, nous avons privilégié, en 2008, une approche visant avant tout à restituer l’organisation de l’espace de la salle 1. En complément des observations réalisées en 2007 dans la salle 3, cette démarche nous permettait d’espérer caractériser le type d’occupation connu par la grotte aux époques concernées. En fonction de ces objectifs, nous avons implanté une fouille d’environ 12 m2, dans la continuité de celle de 2007, au sein de la zone un peu moins pentue qui se situe dans la partie inférieure de la salle 1.

15Il convient toutefois de préciser clairement que, durant la campagne 2008, nous avons dû composer avec une difficulté majeure liée au démontage et à l’évacuation de volumes considérables de blocs de calcaire dur, avant même d’atteindre le moindre niveau archéologique. Au-delà de ces difficultés techniques, les acquis essentiels de cette campagne sont significatifs, à la fois pour la compréhension des aménagements qui y ont été mis en place, et pour les précisions chronologiques qui ont pu en être tirées.

16Sur le premier plan, la façon dont a été aménagée, en salle 3, une terrasse déterminée par un mur de gros blocs, au-dessus d’un éboulis régularisé au bas de la pente qui marque les salles 1 et 3, est maintenant élucidée. Cela livre une clef de compréhension supplémentaire sur la façon dont les groupes qui ont fréquenté la cavité ont agi pour aménager leur habitat. De plus, la fouille en aire ouverte pratiquée dans la salle 1 donne un aperçu de la façon dont cette grotte était occupée à l’époque romaine tardive et peut-être aussi antérieurement. La discontinuité des occupations, la fugacité des vestiges en cause et l’apparente absence de structures de stockage permettent sans doute de confirmer le caractère temporaire des différents séjours de ces groupes.

17Sur le second plan, il apparaît maintenant, au moins dans la salle 3, qu’il ne faut sans doute pas attendre d’occupation significative entre le second âge du Fer et le Paléolithique. Le sondage profond qui a été réalisé est des plus clairs à cet égard. C’est une donnée qui fournit des éléments de réflexion intéressants, autant pour situer l’occupation néolithique de Laa 3 que pour mettre en perspective les occupations protohistoriques et antiques de Laa 2. En même temps, ce sondage a confirmé la complexité de la séquence stratigraphique protohistorique de Laa 2, ce qui laisse présumer une occupation assez dense et constamment renouvelée au second âge du Fer. Enfin, même si elles doivent encore être étayées pour la période du Bas-Empire romain, les corrélations qui ont pu être réalisées entre les salles 1 et 3 montrent une certaine cohérence chronologique dans l’occupation de l’ensemble de la grotte.

18Dumontier Patrice et Réchin François

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François Réchin et Patrice Dumontier, « Arudy – Grotte de Laà 2 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2878

Haut de page

Responsables d'opération

François Réchin

Articles du même responsable de fouilles

Patrice Dumontier

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals