Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199025 – DoubsMoyenne vallée du Doubs

1990
25 – Doubs

Moyenne vallée du Doubs

Prospection (1984-1990)
Responsables d'opération : Jean-Louis Dousson et P. Marais

Texte intégral

1Depuis 1984, la prospection systématique de la moyenne vallée du Doubs entre Besançon et Baume-les-Dames porte sur deux entités géographiques bien distinctes dont les altitudes varient de 250 à 500-600 m.

2La vallée du Doubs, encadrée de reliefs accentués, qui constitue un axe de circulation privilégiée le long duquel les découvertes archéologiques, antérieures à ces travaux d’inventaire, ont été les plus nombreuses et s’échelonnent du Paléolithique moyen à l’époque gallo-romaine.

3À l’est, la bordure occidentale au premier plateau jurassien, entre Gennes et Silley-Bléfond, zone tabulaire comprise entre la vallée du Cusançin au nord et les monts de Mamirolle au sud-est qui se caractérise par la présence de petits cours d’eau au débit irrégulier (le Cour, l’Andeux) et de nombreux affleurements de chaille argovienne de bonne qualité. Des découvertes avaient montré les potentialités archéologiques de ce secteur : silex taillés néolithiques signalés à Nancray dans les années 1920 ; vases du Néolithique moyen II trouvés dans la grotte de Gonsans ; cachette de l’âge du Bronze final II-III mise au jour lors de travaux de terrassements à Bouclans ; découverte récente de sites de surface mésolithiques et néolithiques par M. Duquet sur les communes de Saône et Mamirolle.

4J.-L. Dousson a mis en évidence une soixantaine de sites de plein air ou de découvertes isolées de surface. Inconnus ou presque jusqu’alors, ils sont attribuables dans la majorité des cas au Mésolithique et au Néolithique. Pour l’instant, aucune découverte ne permet d’identifier avec certitude une industrie paléolithique. Cependant quelques lamelles à dos plaident en faveur d’une présence discrète de l’Épipaléolithique (Alleröd-Dryas III). Le Mésolithique, quant à lui, est bien représenté pendant, ses stades moyen et récent. Au stade moyen contemporain du Boréal, on connaît un site d’habitat en vallée (Gallia Informations, 1987-1988, 2, p. 129-130, Thise) ; sur le plateau, il faut noter la découverte sporadique d’armatures triangulaires à base retouchée de type pointe du Tardenois.

5Le stade récent et final (Période atlantique) a été repéré en vallée et sur le plateau. Il faudra insister sur la découverte d’un important gisement à Vaire-Arcier (Gallia Préhistoire, 28, 1985, p. 240-242) qui a livré un lot d’outils très homogène (grattoirs sur éclats, lames et lamelles Montbani, trapèze, troncatures...). Un site à trapèze doit être signalé également à Silley-Bléfond.

6Le Néolithique reste cependant la période la mieux documentée sur l’ensemble de la zone étudiée. Des habitats ont été détectés tant en vallée que sur le plateau. Dans ce dernier cas, les séries lithiques sont parfois abondantes comme à Côtebrune où elles sont associées à de petits ateliers de débitage sur affleurement de chaille argovienne en tout point comparables à ceux repérés sur la bordure du plateau lédonien. Parmi l’outillage caractéristique, notons la présence de plusieurs haches polies (aphanite ou roche verte) et de nombreuses pointes de flèches qui se placent dans la fourchette Néolithique moyen II/Néolithique final/Bronze ancien. À Glamondans, une grande meule en roche verte laisse présager l’existence d’un habitat néolithique ou protohistorique de relativement longue durée. À travers les matières premières lithiques utilisées pendant le Néolithique, on peut entrevoir des différences en fonction de l’éloignement des sources d’approvisionnement. Sur le plateau où les affleurements de chaille sont nombreux, le débitage et l’outillage sont en majorité tirés de matériaux locaux. Quelques matières exogènes sont toutefois présentes : silex crétacé probable et silex lacustre tertiaire. Dans la vallée du Doubs, où les affleurements sont moins accessibles et plus rares, les matières utilisées sont plus diversifiées ; le débitage est moins abondant et à l’inverse, l’outillage mieux représenté (fig. 1).

Fig. 1 – Industrie lithique

Fig. 1 – Industrie lithique

Dessins : J.-L. Dousson.

7En conclusion, le mérite de cette étude est d’avoir démontré, sur le premier plateau jurassien, l’importance des occupations de plein air dès le Mésolithique. Cette tendance, du reste, se confirme pendant le Néolithique moyen II où l’on peut concevoir une exploitation du terroir déjà bien développée. Ces observations sont confirmées par ce que l’on sait de la colonisation agricole dans d’autres domaines similaires en Franche-Comté et en particulier dans la région de Salins-les-Bains (Jura). À titre d’hypothèse d’étude, on peut envisager, d’après certains indices, une complémentarité économique entre sites de vallées (camp en particulier) et sites de plein air de plateaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Industrie lithique
Crédits Dessins : J.-L. Dousson.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 839k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Dousson, P. Marais, « Moyenne vallée du Doubs » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30413

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Dousson

Articles du même auteur

P. Marais

Haut de page

Responsables d'opération

Jean-Louis Dousson

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

P. Marais

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search