Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté1990InterdépartementalHaute vallée de l’Ognon

1990
Interdépartemental

Haute vallée de l’Ognon

Prospection (1986-1990)
Responsables d'opération : Denis Morin et H. Schmitt

Texte intégral

1Les industries du Paléolithique moyen sont bien présentes dans ce secteur. Les témoins du Paléolithique inférieur sont rares et hypothétiques (fig. 1). Les bifaces sont absents. Une seule pièce biface d’allure cordiforme et de facture très fruste a été ramassée à la cote 313 ; elle est accompagnée de quelques rares éclats corrodés à conchoïde très prononcé, rappelant un débitage de type clactonien. Cette découverte pourrait attester d’une occupation à l’Acheuléen ancien ou moyen. Un pebble-tool, de même facture, s’apparentant au biface a également été ramassé sur la rive gauche de l’Ognon, sur la terrasse +15-20 m. Ces deux objets sont en chaille locale très altérée. Plusieurs stations, désormais bien localisées, peuvent être différenciées par l’importance du matériel recueilli, la concentration des artefacts et les caractéristiques technologiques (fig. 2). Par leurs caractères techniques et typologiques les stations de Villersexel présentent un certain nombre de critères communs, que nous énumérons comme suit :

  • un débitage non Levallois dominant à partir de nucléus unipolaires à dos cortical et à plan de frappe non préparé, de calibre relativement réduit (4 à 10 cm). Ces derniers sont parfois repris en outils et passent au type uniface (Moimay) ;
  • les nucléus discoïdes et Levallois sont rares ;
  • les éclats sont peu nombreux par rapport à la quantité de nucléus.

Fig. 1 – Villersexel II (Haute-Saône) : limande du Paléolithique inférieur

Fig. 1 – Villersexel II (Haute-Saône) : limande du Paléolithique inférieur

Dessins : D. Morin.

Fig. 2 – Industrie lithique du Paléolithique moyen

Fig. 2 – Industrie lithique du Paléolithique moyen

Dessins : D. Morin

2Cette proportion numérique se rencontre dans la plupart des stations du bassin supérieur de l’Ognon. Sur ces sites, il ne reste qu’une partie des outils et des éclats de bonne facture. Les nucléus sont toujours dominants (parfois dans des proportions de 1 à 10). Le ramassage des pièces n’étant pas sélectif, il faut admettre que les outils trouvés ne représentent pas la totalité de l’outillage. Les chasseurs paléolithiques utilisent donc ces stations comme ateliers de taille, emportant avec eux, dans leurs multiples déplacements, éclats et outils dont ils avaient besoin. La coïncidence parfaite entre ces stations et les gisements d’affleurement, comme la chaille, confirme cette hypothèse.

3Du point de vue typologique, l’outillage se caractérise par un fort pourcentage de racloirs : racloirs simples convexes, racloirs transversaux convexes, quelques racloirs déjetés. Les bifaces sont totalement absents, de même que les pointes moustériennes. Les denticulés et les encoches sont fréquents, ce qui accroît parfois le caractère archaïque des séries. Les couteaux à dos naturels sont très rares. Quant à la matière première utilisée, elle présente une grande disparité ; les chailles locales sont abondamment utilisées. Quartzites et quartz représentent environ 7 à 15 % des ensembles. Les outils de type paléolithique supérieur sont présents, mais en quantité très faible. Plusieurs stations, en cours de prospection, marquent une occupation humaine fortement disséminée durant les périodes post-paléolithiques. Moins dépendants des gîtes de matières premières de la Lettenkôhle, les habitats de ces périodes sont localises plus profondément à l’intérieur des terres sur la partie orientale des plateaux calcaires du Dogger de la région de Vesoul ou sur les calcaires coquilliers du Trias moyen limités au sud par la cuesta médiojurassique des collines pré-jurassiennes. Les artefacts recueillis attestent une implantation dès le Paléolithique supérieur.

4Quelques rares témoins épipaléolithiques ont été découverts lors de terrassements récents sur le territoire de la commune de Marast, au lieu-dit La Chaffrerie. Dans le secteur des Magny et de Villers-la-Ville, plusieurs armatures de flèches à ailerons et pédoncule et des éclats lamellaires, en silex importé, témoignent d’une étape ultérieure d’occupation. Les hauteurs dominant la vallée de l’Ognon sont jalonnées par la découverte récente de plusieurs haches en aphanite : régions de Gouhenans. Villersexel et Moimay (fig. 3). Les haches, de formes et de dimensions variées, sont souvent accompagnées de broyons en quartzite ou de meules dormantes en roche grenue. À Villers-la-Ville, en bordure du Scey, une station de débitage lamellaire rappelle, par ses caractéristiques typologiques et techniques, certains gisements du Néolithique tardif de la région de Vesoul.

Fig. 3 – Pièces lithiques découvertes sur les hauteurs de la vallée

Fig. 3 – Pièces lithiques découvertes sur les hauteurs de la vallée

Dessins : D. Morin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Villersexel II (Haute-Saône) : limande du Paléolithique inférieur
Crédits Dessins : D. Morin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Fig. 2 – Industrie lithique du Paléolithique moyen
Crédits Dessins : D. Morin
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3 – Pièces lithiques découvertes sur les hauteurs de la vallée
Crédits Dessins : D. Morin
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Morin, H. Schmitt, « Haute vallée de l’Ognon » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30414

Haut de page

Auteurs

Denis Morin

Articles du même auteur

H. Schmitt

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Denis Morin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

H. Schmitt

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search