Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté199070 – Haute-SaôneVallée de la Saône

1990
70 – Haute-Saône

Vallée de la Saône

Prospection (1986-1990)
Responsables d'opération : Christophe Cupillard, Jean-François Piningre, Luc Staniaszek, Véronique Ganard et Nathalie Bonvalot

Texte intégral

Chronologie et géographie des occupations paléolithiques et mésolithiques

1Après quatre années de prospection, le nombre des sites paléolithiques-mésolithiques dans le bassin de la haute vallée de la Saône a été multiplié par cinq, celui des découvertes isolées par six. À l’heure actuelle on compte ainsi 105 sites de plein air et 131 découvertes isolées de surface. Sur ces 105 gisements, plus de la moitié (61) appartient au Paléolithique ancien et moyen. Le reste est partagé entre le Paléolithique supérieur (24) et l’Épipaléolithique-Mésolithique (20). Rien (pue toutes ces industries n’aient pas fait l’objet d’études détaillées, il est néanmoins possible de dresser une synthèse provisoire sur la chronologie et la géographie des occupations.

Paléolithique ancien-moyen

Le Paléolithique ancien

2Déterminé par des critères essentiellement typologiques et en particulier par la présence de certains types de bifaces (Huguenin 1987b), l’Acheuléen est peu abondant, il est rare à l’intérieur des plateaux et se trouve généralement à proximité de la Saône actuelle sur les hautes terrasses (FW) ou les formations limoneuses qui lui sont contemporaines. Les bifaces amygdaloïdes de grande taille (Lavoncourt, Port-sur-Saône), hachereaux, bifaces ovalaires (Rigny), bifaces plaideraient en faveur de l’existence d’un Acheuléen moyen bien représenté à Delain (Gallia Informations, 1987-1988, 2, p. 117). Les industries sur galets de quartzite de Fédry ou de Jonvelle (Gallia Préhistoire, 26, 1983, p. 439) pourraient être contemporaines de cet Acheuléen ou éventuellement plus anciennes. L’Acheuléen supérieur fait des apparitions sporadiques sur deux ou trois sites (bifaces de Soing) et certains gisements sont peut-être attribuables à un Acheuléen final que G. Huguenin (1987a) compare à l’Épi-acheuléen du Nord de la France.

Le Paléolithique moyen, les industries mouslériennes

3Il regroupe la majorité des sites de plein air et les industries moustériennes se rencontrent :

  • en vallée, sur les hautes terrasses (FW et FX) et en fond de vallée dans les alluvions würmiennes qui livrent régulièrement des ossements de mammouth. Jusqu’à présent, ces industries n’ont pas été trouvées en surface sur la basse terrasse sableuse (Fy) que les géologues datent du Riss ;
  • dans les zones de plateaux de part et d’autre de la Saône le long de ses affluents en dehors des limites du glaciaire rissien vosgien ;
  • dans les zones d’affleurement de matière première, à l’ouest, affleurements de chaille dans le secteur d’Argillières (fig. 1), Frettes, Pierrecourt ; à l’est, à l’intérieur du bassin tertiaire (Oligocène inférieur) de Haute-Saône ;
  • sur les limons des plateaux, à une distance généralement peu éloignée de la Saône. Les séries lithiques d’importance variable (Huguenin 1987a), parfois abondantes, sont rapportables soit à un Moustérien de type Quina-Ferrassie oriental à débitage Levallois, soit à un Moustérien de Tradition Acheuléenne. Jusqu’à présent, dans la vallée de la Saône, il n’existe aucun gisement stratifié.

Fig. 1 – Argillières (Haute-Saône), Bois de l’Hospice : industrie lithique du Paléolithique moyen

Fig. 1 – Argillières (Haute-Saône), Bois de l’Hospice : industrie lithique du Paléolithique moyen

Dessins : C. Cupillard.

Paléolithique supérieur

4Vingt-quatre sites de plein air sont attribuables au Paléolithique supérieur. Ils se situent essentiellement dans les zones de vallée et sur la basse terrasse sableuse (Fy) ; ponctuellement sur les hautes et moyennes terrasses. On les rencontre de manière diffuse à l’intérieur des plateaux. Les affleurements de matière première ont été fréquentés de manière différente. Si le bassin tertiaire d’Étrelles-et-la-Montbleuse livre de nombreuses stations, il n’en est pas de même sur les affleurements de chaille de la région de Frettes-Argillières. Un tel état de fait peut être mis sur le compte des différences de qualité de la matière première : les hommes du Paléolithique supérieur ayant probablement privilégié l’utilisation du silex à celui de la chaille. Chronologiquement, les occupations doivent être classées dans le Magdalénien. Jusqu’à présent, en effet, les civilisations du Paléolithique supérieur ancien et moyen ne sont pas attestées. Seul le gisement de Fouvent-le-Bas, récemment découvert, pourrait éventuellement être Chatelperronien. Le peuplement magdalénien de la vallée de la Saône et des plateaux qui l’encadrent (David, Richard 1989) commence au Dryas I, période froide où seules des installations en grotte, couches M3, et M4 éventuellement, sont connues pour l’instant (Farincourt, Haute-Marne ; Frétigney-et-Velloreille — Gallia Informations, 1987-1988, 2, p. 117-121). À partir du réchauffement du Bôlling et durant le Dryas II, la vallée de la Saône voit une multiplication des sites du Magdalénien supérieur. La plupart des stations de surface reconnues sont, contemporaines de cette période (gisement de Champ Chaillot à Mantoche, gisement d’En Terredey à Rigny : Gallia Préhistoire, 28, 1985, p. 248). À la fin du Dryas II et au tout début de l’Alleröd, la Franche-Comté voit l’apparition et le développement du Magdalénien final : Frétigney couche M1, Rigney (Doubs) niveau supérieur. Dans la vallée de la Saône, les sites du Magdalénien final sont rares, on peut signaler le site D’ en Chanevaux à Mantoche.

Épipaléolithique et Mésolithique

5Vingt sites en plein air ont été découverts. Leur localisation est à peu près identique à celle du Paléolithique supérieur. Elle est fortement dépendante des vallées mais les découvertes isolées attestent une fréquentation plus large des plateaux. D’une manière générale, les sites les plus importants se situent en vallée sur la basse terrasse sableuse (Fy) : site des Maizières à Mantoche, site de La Planche à Fédry, site de Sur la Noue la Lande à Quitteur. Parmi ces gisements, un seul est véritablement épipaléolithique (Alleröd-Dryas III). Il s’agit du site d’Aubigney (basse vallée de l’Ognon). Tous les autres sont du Mésolithique (Préboréal Atlantique ancien). À l’intérieur de ce Mésolithique, le stade ancien (Préboréal) est absent, le stade moyen (Boréal) regroupe la majorité des stations. Parmi celles-ci, notons en particulier les gisements des Maizières à Mantoche et les sites d’Apremont et d’Esmoulins découverts par M. Demesy. Le stade récent final (fin Boréal Atlantique ancien) est faiblement représenté : sites de Fédry, d’Ovanches. Des trapèzes sont à signaler à Ovanches, Le Val-Saint-Éloi.

Occupations néolithiques et protohistoriques

6Les résultats obtenus pour le Néolithique et la Protohistoire montrent que la vallée supérieure de la Saône et les plateaux encaissants constituent un milieu particulièrement favorable pour une approche du peuplement par des méthodes de prospection classique. Dans cette région d’agriculture intensive, les menaces insidieuses que fait peser sur les vestiges peu enfouis l’action répétée d’une agriculture de plus en plus mécanisée justifient l’urgence et la poursuite de telles opérations. Les différentes entités naturelles qui composent ce secteur sont susceptibles d’avoir déterminé différemment l’implantation humaine, mais aussi les conditions de la recherche actuelle par des laideurs de conservation et de détection inégaux.

7Conjointement à l’enregistrement des données archéologiques disponibles, les recherches ont été axées dans trois directions. Premièrement, l’échantillonnage de zones représentatives, choisies en fonction de leurs caractères topographiques et géologiques différents : confluence Saône-Ognon, plateau de Vesoul et région de Port-sur-Saône. Deuxième¬ ment la prospection systématique d’une zone test entre Gray et Seveux qui permet d’élargir les résultats de la fouille de l’habitat de terrasse de Quitteur. Troisièmement la détection et la topographie des habitats fortifiés et des nécropoles tumulaires.

8Au terme de cinq années un bilan positif peut être dressé (tabl. 1).

Tabl. I – Sites néolithiques et protohistoriques découverts entre 1986-1990

Tabl. I – Sites néolithiques et protohistoriques découverts entre 1986-1990

C. Cupillard.

9Le début du Néolithique (Néolithique ancien Néolithique moyen I) n’est connu que par quelques indices qui reflètent un impact des cultures nord-orientales (Rubané, Grossgartach, Rôssen). Avec le Néolithique-Moyen-Bourguignon se manifestent les premiers témoins d’une occupation culturellement identifiable de la plaine alluviale (Apremont, Véreux), des terrasses (Quitteur) et des éperons fortifiés (Bourguignon-lès-Morey, Noroy-lès-Jussey). Le Néolithique moyen au sens large, tel qu’on peut le déterminer à travers les industries lithiques, correspond à une implantation sur des terroirs variés : vallée de la Saône et affluents, rebords de plateaux, dépressions limoneuses. Le passage au Néolithique final se marque par une diminution des sites recensés. Toutefois, lorsque les prospections sont nombreuses, la fréquentation des mêmes sites au Néolithique moyen et final n’est pas exceptionnelle. Il est maintenant possible de replacer le groupe des sépultures mégalithiques (Traves, Aroz, Chariez, Colombe-lès-Vesoul) dans un contexte de plus en plus fourni d’habitats ouverts.

10La localisation privilégiée des sites de l’âge du Bronze, puis du premier âge du Fer dans la vallée de la Saône, correspond sans doute en partie à de meilleures conditions de détection et de conservation, mais peut-être aussi à des implantations plus denses (fig. 2). La documentation repose sur des objets isolés recueillis en dragages, des sites d’habitats de terrasses et quelques sépultures toutes datées du Bronze final. En retrait de la vallée, les habitats défensifs de bords de plateaux semblent avoir été occupés sporadiquement au Bronze ancien et moyen, puis plus continuellement durant le premier âge du Fer.

Fig. 2 – Carte de répartition des sites du Bronze final dans le bassin supérieur de la Saône

Fig. 2 – Carte de répartition des sites du Bronze final dans le bassin supérieur de la Saône

DAO : J.-F. Piningre.

11Les données chronologiques actuelles permettent de distinguer le début de l’âge du Bronze jusqu’au Bronze final Ha où les indices de sites sont localisés et discontinus. Alors que le Bronze ancien est représenté à plusieurs reprises (méandre de Beaujeu-Quitteur, Soing, Ovanches, Apremont, Broye-Aubigney-Montseugny), l’identification des occupations du Bronze moyen et du début du Bronze final est plus malaisée. La phase moyenne du Bronze final (IIb) marque une évolution sensible. La densité des vestiges permet de déterminer des aires d’occupation étendues, régulièrement espacées le long de la vallée et une plus grande stabilité des sites occupés à plusieurs reprises entre le Bronze final IIb et la fin du premier âge du Fer (Beaujeu-Quitteur, Rigny, Mercey, Ovanches, Chassey-lès-Scey, Chaux-lès-Port).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Argillières (Haute-Saône), Bois de l’Hospice : industrie lithique du Paléolithique moyen
Crédits Dessins : C. Cupillard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Tabl. I – Sites néolithiques et protohistoriques découverts entre 1986-1990
Crédits C. Cupillard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 2 – Carte de répartition des sites du Bronze final dans le bassin supérieur de la Saône
Crédits DAO : J.-F. Piningre.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30417/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cupillard, Jean-François Piningre, Luc Staniaszek, Véronique Ganard, Nathalie Bonvalot, « Vallée de la Saône » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30417

Haut de page

Auteurs

Christophe Cupillard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Jean-François Piningre

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Luc Staniaszek

Articles du même auteur

Véronique Ganard

Afan

Articles du même auteur

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Christophe Cupillard

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-François Piningre

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Luc Staniaszek

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Véronique Ganard

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Nathalie Bonvalot

Drac Franche-Comté (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search