Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté1990InterdépartementalSites archéologiques miniers de H...

1990
Interdépartemental

Sites archéologiques miniers de Haute-Saône et du nord du Doubs

Prospection thématique (1987-1990)
Responsables d'opération : Denis Morin, Jean-Jacques Parietti et Michel Py

Texte intégral

1L’effort porte sur la topographie et l’étude approfondie des complexes miniers souterrains les plus caractéristiques du secteur considéré.

Mines de fer

Haute-Saône

2Fleurey-lès-Favernay : l’étude de cette mine de fer oolithique a été engagée suite à des effondrements des galeries d’accès.

3Montcey : avec la topographie de la grotte-mine des Équevillons, dont l’étude se poursuit, on dispose désormais de documents précis, directement interprétables et comparables entre les deux systèmes d’extraction du minerai de fer parmi les plus fréquents de Haute-Saône.

4Plancher-les-Mines : le site de La Vieille-Hutte, qui possède un très long dépilage aérien déjà étudié, a révélé deux galeries de chaque côté de la rivière. L’une, très courte, est due aux tentatives d’un entrepreneur en 1926, elle fut très vite abandonnée avant le filon métallifère découvert en surface à 50 m de là. L’autre, apparemment creusée selon les techniques du xviiie s., possède un mobilier nettement plus récent : une porte de bois, des crochets et des clous en place au long d’une paroi et devant maintenir des câbles ou des tuyaux. Une hypothèse expliquerait qu’on est en présence de la fameuse galerie Gensanne tant recherchée au début du xxe s., puis réutilisée par un de ces entrepreneurs comme dépôt d’explosif.

5Servance : la mine est creusée dans des roches volcaniques anciennes ; l’hématite y fut exploitée. Le principal travail est le « Grand Creux » profonde entaille de 16 m et large de 4 m, avec des galeries d’exploitation dans les deux directions du filon. À une altitude inférieure, ont été creusées deux galeries dont l’une a atteint la base du « Grand Creux » pour lui servir d’exhaure.

6Vellefaux : l’exploitation de cette mine de fer remonte à 1831. Les explorations successives et la topographie détaillée ont nécessité plusieurs mois de travaux de terrain dont des plongées dans des zones ennoyées. Ce chantier a permis d’affiner les techniques de progression et d’étude, mais aussi d’analyser les différentes structures internes d’exploitation du minerai dans l’un des complexes les plus importants de Haute-Saône. Ici en effet, l’Aalénien atteint son maximum de puissance : 4 m pour une teneur moyenne en fer de 29 %.

7Velleminfroy : la mine de fer en roche a été partiellement étudiée. Une reconstitution des boisages du puits d’accès (4 m) à la galerie inférieure a été possible grâce aux encoches encore visibles.

Doubs

8Laissey Est : l’immense mine de fer au bord du Doubs a été complètement reconnue, topographiée et décrite. Un important mobilier constitué d’outils de mineurs a été découvert (fig. 1). Sa topographie est particulièrement intéressante, montrant des galeries adjacentes orientées de chaque côté d’un axe principal où devait aboutir le minerai axant sa sortie au jour. Dans le détail, retenons le profil régulier et spacieux de 4 m de large sur 2,50 m de haut de ces 2,5 km de galeries, des « lucarnes » dues à un rapprochement excessif de deux galeries voisines, des « banquettes » à de nombreux fronts de taille et une zone de « dérangement » où le niveau des galeries change pour une raison mal expliquée.

Fig. 1 – Lampe de mineur dite lampe à coke trouvée dans une halde de la mine

Fig. 1 – Lampe de mineur dite lampe à coke trouvée dans une halde de la mine

Dessin : J.-C. Parietti.

9Aux Écharquenans à Gondenans-Montby, non loin de Fallon, un complexe minier sur versant avec dépilages à ciel ouvert et galeries karstiques exploitées a été mis en évidence. Son étude et sa topographie ont été entreprises de même qu’un inventaire des minières dans ce secteur (travaux de P. Mouriaux et J.-F. Plissier).

Mines polymétalliques des Vosges saônoises

10Dans ce registre, plusieurs chantiers ont démarré :

  • exploitation et topographie de la mine souterraine des Baudys près du Haut-du-Them. Ce travail est lié à une étude plus vaste du filon mais aussi à la réouverture de deux accès récemment effondrés ;
  • recherches sur les traces de réexploitation minière dans le district de Plancher-les-Mines (travaux de Delauzun en 1930) et poursuite des explorations dans les mines utilisées comme captages communaux. À Château-Lambert, l’exploration en cours doit vérifier l’existence des différents accès au grand dépilage notamment au niveau du puits de la « Tète du Midi » où une jonction est actuellement tentée à la base des éboulis.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Lampe de mineur dite lampe à coke trouvée dans une halde de la mine
Crédits Dessin : J.-C. Parietti.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/30420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Morin, Jean-Jacques Parietti, Michel Py, « Sites archéologiques miniers de Haute-Saône et du nord du Doubs » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/30420

Haut de page

Auteurs

Denis Morin

Articles du même auteur

Jean-Jacques Parietti

Articles du même auteur

Michel Py

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Denis Morin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-Jacques Parietti

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Michel Py

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search